Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Le premier court métrage d'animation non-américain primé aux Oscars était l'oeuvre d'un Croate

A frame from the Academy Award winning short film "The Substitute" by Dušan Vukotić.

Image extraite de “Surogat” de Dušan Vukotić, court métrage primé aux Academy Awards.

Les nominations aux Oscars doivent être annoncées aujourd'hui 24 janvier. Une fois encore, aucun film croate n'est en compétition, même si “De l'Autre côté” a postulé à l'Academy of Motion Picture Arts and Sciences, basée en Californie, qui supervise les Academy Awards.

En réalité, depuis l'indépendance d'avec la Yougoslavie en 1991, aucun film réalisé en Croatie n'a été sélectionné pour un Academy Award du Meilleur film en langue étrangère. Ce qui ne veut pas dire qu'aucun film croate n'a jamais obtenu d'Oscar.

Peu de gens savent qu'un réalisateur de ce pays, Dušan Vukotić (1927-1998), a reçu l'Oscar du meilleur court-métrage d'animation en 1961 pour “Le Succédané” (“Surogat” dans la langue d'origine, “Ersatz” en allemand, “The Substitute” en anglais). Représentant la Yougoslavie, ce fut le premier dessin animé non américain à obtenir cette récompense. Ce film comique à l'esthétique cubiste est conservé dans le fonds du Academy Preservation Program (le Programme de Conservation de l'académie des Oscars).

Vukotić s'est fait connaître comme l'un des fondateurs de l’Ecole de Zagreb de films d'animation, un studio qui a produit plus de 400 films depuis sa création en 1956 et a instauré les normes de haute qualité de l'animation en Yougoslavie.

Son travail a été porté aux nues durant sa vie, et certains de ses films, outre “Le Succédané”, sont disponibles en ligne, surtout grâce à des fervents devenus YouTubeurs.

En 1963, un autre film de Vukotić, “Le Jeu” a été nominé au même Oscar, sans le remporter.

Les fans adorent aussi “La Vache sur la lune” qui traitait en 1959 de sujets toujours d'actualité en 2017 : le harcèlement et ‘les filles dans la technologie’.

Autre court-métrage devenu un classique de Vukotić, “Le Vengeur” (1958), d'après une nouvelle du nouvelliste et dramaturge russe Anton Tchekhov.

Après les années 1960, Vukotić n'a pratiquement plus participé à de nouveaux projets d'animation, et s'est surtout consacré à la réalisation de longs-métrages et à l'enseignement de la mise en scène de cinéma au Conservatoire d'Art dramatique de Zagreb.

D'une famille originaire du Montenegro, Vukotić était né dans ce qui est aujourd'hui la Bosnie-Herzégovine, et ses racines mixtes comme le fait qu'il demeurait en Croatie cadrent parfaitement avec le credo de “fraternité et unité” de la société yougoslave. Pourtant, après l'éclatement de la Yougoslavie, divers auteurs nationalistes se sont approprié son héritage au profit de leur groupe ethnique particulier. C'est ainsi par exemple qu'un site internet de la diaspora serbe au Canada l'a inclus dans sa liste des “Magnificent Seven lauréats serbes d'un Oscar”. [NdT : Le très célèbre film américain ‘The Magnificent Seven’ a pour titre français ‘Les 7 mercenaires’, une ironie potentielle absente du titre serbe comme anglais]

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site