Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Philippines : Des centaines de disparus dans un incendie d'usine dans une zone franche industrielle

Douze heures après le début de l'incendie, l'usine HTI toujours en feu vue depuis l'entrée du parc industriel. Photo : page Facebook de Iohsad Phils

Quelque 120 ouvriers ont été blessés dans l'incendie qui a entièrement détruit l'usine Housing Technology Industries (HTI, Industries de Technologie du Logement) située dans la zone franche industrielle de Cavite (CEPZ), au sud de la capitale philippine Manille. Le bilan des victimes pourrait s'alourdir car les autorités n'ont pas encore donné le décompte définitif des centaines d'ouvriers qui auraient été pris au piège à l'intérieur de l'usine pendant l'incendie.

Le départ de feu a eu lieu à 18hh20 le 1er février, après une explosion entendue au premier étage où étaient entreposés les produits chimiques utilisés par le personnel. Douze heures plus tard, les pompiers luttaient toujours pour éteindre l'incendie.

HTI produit des maisons préfabriquées pour l'exportation, dans la CEPZ, un centre manufacturier où syndicats et grèves sont prohibés.

Amis et familles des ouvriers, habitants du voisinage et autres internautes ont posté des photos et vidéos de l'incendie en cours. Les demandes d'assistance aux victimes et à leurs familles, ainsi que d'une liste complète de toutes les victimes ont de même fait le tour de l'internet. La tragédie est comparée à l’incendie de l'usine Kentex à Manille qui avait coûté la vie à 72 ouvriers en 2015.

Photo : compte Facebook de Ghie Nedo.

Le journaliste Kenneth Guda a posé quelques questions dérangeantes :

HTI, avec sa société-soeur HRD, fait des maisons préfabriquées à isolation technologiquement avancée et haute efficacité énergétique. Bien que HRD soit une société de Singapour, elle exporte essentiellement au Japon et à des filiales aux USA et en Australie (et peut-être ailleurs). Dans quelles conditions sont fabriquées ces maisons dans cette usine de la zone franche de Cavite ? Dans quelles conditions pouvait-on produire une maison saine, écologique, tout en exposant ceux qui la fabriquent à des risques comme par exemple un incendie se déclarant dans une mousse utilisée pour l'isolation de ces maisons ?

Les milieux syndicaux ont dénoncé le silence des autorités sur l'incident :

Nous sommes indignés par le silence persistant des responsables du Service du Travail et de l'Autorité des Zones Franches économiques philippines sur l'incendie meurtrier survenu hier à House Technology Industries, une usine située dans la zone franche économique Cavite. La presse a a rendu compte de plus d'une centaine d'ouvriers transportés d'urgence dans les divers hôpitaux du secteur. Des témoignages sur le terrain indiquent aussi que des centaines d'ouvriers étaient pris au piège à l'intérieur de l'usine.

Des groupes de travailleurs comme le Kilusang Mayo Uno ont en outre dénoncé ce qu'ils ont appelé des violations de la santé au travail et des normes de sécurité à l'origine de la tragédie :

Nos coeurs pleurent justice pour les ouvriers de HTI. Pas un seul travailleur ne devrait mourir sur le lieu de travail, pas même quand un incendie éclate. Le nombre estimé de travailleurs qui ont péri est un indicateur sans équivoque de violations de la santé au travail et des normes de sécurité. Nous tenons les actionnaires de HTI, l'Autorité philippine des zones franches (PEZA) et les Services du Travail et de l'Emploi (DOLE) responsables des négligences criminelles qui ont provoqué cette nouvelle tragédie  sur un lieu de travail.

Piquet de grève de militants devant les bureaux centraux de l'Autorité philippine des zones franches (PEZA) à Manille pour réclamer justice pour les victimes de l'incendie de l'usine HTI CEPZAe. Crédits photos : College Editors Guild of the Philippines

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site