Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

C'est le nouvel an lunaire, et la jeunesse chinoise trouve ça casse-pieds

Photo: Pixabay

Le nouvel an lunaire chinois est la saison par excellence des réunions familiales en Chine et c'est la tradition pour chacun de retourner rendre visite á ses parents et à ses proches dans son village d'origine à la campagne, où les échanges de vœux et les bavardages, ainsi que les odeurs de pétards et de plats de fêtes emplissent l'air.

Chaque année, la fête est à l'origine de la plus grande migration humaine au monde, avec plus de 410 millions de Chinois prenant la route des grandes agglomérations vers leurs villes d'origine pour rejoindre leurs familles. Cette année, le réveillon du jour de l'an tombait le 26 janvier, et la migration annuelle commença une semaine avant. @Love_Stony a partagé sur Twitter une collection d'images éditées sur la mission impossible qu'est le voyage de retour dans sa famille pour le nouvel an lunaire.

Riche ou pauvre, rentrez pour le Nouvel An lunaire

Cependant, la tendance dans les déplacements a légèrement changé ces dernières années, de plus en plus de gens optant pour un voyage à l'étranger pendant les vacances, de façon à échapper entièrement à la réunion familiale. Au sein de la jeune génération en particulier, beaucoup trouvent fastidieux les échanges de vœux pour le nouvel an et les conversations avec les membres de la famille élargie à propos de leur mariage ou de leurs revenus.

L'observation de Seaya sur Weibo est assez représentative de ce que pensent les jeunes en Chine:

说句实话,我真的非常非常讨厌过年…从小就讨厌…被打乱的生活、必须去面对的人际、还要因为去谁家过三十儿而吵架……用血缘为纽带,强行绑架我们,排除异己。365天哪天不能团?就今天风水好吗?我觉得zf号召我们:有钱没钱,回家过年!就是想趁此捞一笔……

Franchement, je déteste fêter Ie nouvel an lunaire, et ce depuis que je suis toute petite. [La fête] perturbe notre vie quotidienne, nous force à voir du monde et à se disputer pour choisir chez qui la famille passera le réveillon du jour de l'an [aller chez les grands-parents paternels ou maternels]. ……Nous sommes pris en otage par les liens du sang et excluons les autres. Nous pourrions retrouver notre famille à n'importe quel moment, toute l'année. Pourquoi avons-nous besoin de le faire pour le nouvel an? Je pense que pousser les gens à rentrer pour célébrer le nouvel an est une tactique du gouvernement pour [stimuler l'économie].

Tandis que certains trouvent que l'atmosphère festive s'estompe, à cause de l'urbanisation rapide de la Chine, qui a transformé de nombreux villages en de denses quartiers d'immeubles résidentiels et créé une pollution atmosphérique élevée, d'autres persistent à dire que la tradition est tout de même casse-pieds.

“Light Cloud and Wind” sur Weibo compte parmi ceux qui n'apprécient pas la tradition :

要过年了,我好难过,讨厌过年,从小就讨厌,从记事起父亲就告诉我们,大年三十不能摔破碗碟,不吉利,于是本来一顿丰盛的年夜饭,变得个个紧张兮兮地根本吃不下,讨厌初一早上起床那几句生硬的拜年词,讨厌过年处处的鞭炮声,讨厌过年空气夹杂着的酒肉味,讨厌听到那刺耳的麻将声,讨厌过年!特别讨厌

Le nouvel an approche et ça m'ennuie.Je déteste le nouvel an lunaire depuis l'enfance. Je me souviens encore que mon père nous disait d'éviter de casser des bols ou des plats le soir du jour de l'an, car ça porte malheur. Nous étions si nerveux à l'heure du dîner que nous ne pouvions pas profiter du repas..J e déteste le rituel des échanges de vœux, tôt le matin,pendant la période du nouvel an. Je déteste le bruit des pétards et du mah-jong et l'odeur des banquets. Je déteste le nouvel an ! Sans blague.

Au lieu de retourner chez elles, de plus en plus de personnes choisissent de voyager à l’ étranger pour les vacances.

Cette année, un nombre record de 6 millions de Chinois — la plupart d'entre eux aisés — ont déclaré qu'ils prévoyaient de passer les vacances du nouvel an chinois à l’ étranger.

La Thaïlande, le Japon et les Etats-Unis sont les destinations les plus prisées, avec la Corée du Sud, passée de la troisième place l'année dernière à la septième, d'après un rapport de Ctrip, l'agence de voyage en ligne la plus importante de Chine.

Certaines de ces préférences dans le choix des destinations sont influencées par les politiques gouvernementales.

Par exemple, la Corée du Sud est devenue moins populaire auprès des touristes chinois après l'ordre du gouvernement chinois aux agences de voyage de réduire le traitement des visas pour la Corée du Sud, en riposte à l'accord du gouvernement sud coréen avec l'armée des Etats-Unis pour le déploiement du système de Défense Antimissile à Haute Altitude.

Taïwan  n'est plus non plus une destination de premier choix depuis l'accroissement des tensions dans les relations de part et d'autre du détroit.

Il y a juste quelques jours, la direction du Tourisme national de Chine a  appelé publiquement les voyageurs chinois à boycotter le groupe hôtelier japonais APA, après que plusieurs touristes chinois eurent déclaré avoir trouvé sur les étagères de leurs chambres d'hôtel des livres niant le massacre de Nankin.

Néanmoins, la relation volatile entre la Chine et le Japon n'a pas diminué l'enthousiasme chinois pour s'envoler vers le Japon, alimenté en grande partie par les paysages magnifiques du Japon, des installations modernes, des produits raffinés et des services de première qualité.

“Kung Fu Tiger” sur Weibo a tourné en dérision l'échec de l'Etat à attiser un nationalisme anti-japonais :

日本还是天朝出国的第二名,本质上应该第一的,因为泰国免签证,才成为第一的,天朝人口头上抵制日本,行动上喜欢去日本旅游购物[…]

Le Japon aurait été la première destination des voyages en partance de Chine, si la Thaïlande n'avait pas offert une entrée sans visa. Les Chinois s'opposent au Japon en paroles, mais aiment s'y rendre pour visiter et faire des achats…

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site