Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Des mèmes pour défendre les langues régionales : le berrichon-bourbonnais

Mème en berrichon créé par Pierre-Marie Chevreux. (Traduction : “Qu'est-ce qu'il ne faut pas faire pour soutenir sa langue ? Je vous jure !”)

Pierre-Marie Chevreux participe au Défi du mème de la langue maternelle et crée des mèmes en berrichon-bourbonnais.

Instituteur à Lyon, Pierre-Marie est originaire du centre de la France, et sa famille se trouve dans le Berry et l'ancien Bourbonnais (aujourd'hui : les départements de l'Allier et du Cher), où on peut encore entendre parler berrichon et bourbonnais. Ces deux langues d'oïl d'origine moyenâgeuse sont issues du latin vulgaire. Cette langue se retrouve dans la littérature, et est parlée par exemple par les personnages des nombreux romans de George Sand. Aujourd'hui, elle est principalement parlée et utilisée par les plus de soixante ans, mais les efforts de revitalisation existent.

Cette langue est de plus en plus présente sur Internet : en plus de deux blogs que Pierre-Marie anime en berrichon normalisé, il participe activement au Défi du mème de la langue maternelle. Il aborde ici sa participation au Défi, pour lequel il publie ses mèmes depuis son compte @Persian_Coral.

Rising Voices (RV): Quel est le status de votre langue, dans la vie courante ainsi que sur Internet ? 

Pierre-Marie Chevreux (PMC): Passionate people have created many sites where lexicons, sentences, and even some grammatical points have been edited on the net. It is even possible to find some online videos, such as of people counting or performing humorous stand-up comedy. Precisely the situation of the language, which for so long had been called and seen as ‘Bad French’ and the ‘language of isolated peasants’ deals with a kind of creole.

Pierre-Marie Chevreux (PMC) : Des gens passionnés ont créé de nombreux sites sur lesquels ont été publiés des lexiques, des phrases et même des sujets de grammaire. On peut même trouver des vidéos, comme des gens qui comptent en berrichon ou des comiques qui font un numéro. C'est exactement la situation de la langue en fait, qui pendant si longtemps a été vue comme et qualifiée de “mauvais français”. Cette “langue des paysans isolés” a été traitée comme une sorte de créole.

RV: Pourquoi avez-vous décidé de participer au Défi du mème de la langue maternelle ?

PMC: On Twitter, I noticed a meme in Gallo (another Language of Oïl, but from Eastern Britanny). I have been interested in promoting my language for the past three years, and I wanted to learn and know more about my family language. I think humour can be an excellent way to capture one’s attention. This has also been an occasion to discover some Northern Amerindian languages as Tsimshian (language found along the border between Southern Alaska and the Northern British-Columbia coast) and Asturian (in the Northern-Atlantic Spain).

PMC : J'ai remarqué sur Twitter un mème en gallo (une autre langue d'oïl, mais de Haute-Bretagne). Ça faisait environ trois ans que je m'intéressais à la promotion de ma langue, et je voulais en apprendre davantage sur ma famille linguistique. Je pense que l'humour peut être une excellente façon d'attirer l'attention. Ça a aussi été l'occasion de découvrir des langues amérindiennes comme le tsimshian (langue parlée le long de la frontière entre l'Alaska et la côte de la Colombie Britannique) et l'asturien (dans le nord-ouest de l'Espagne).

RV: À qui aimeriez-vous lancer le défi de créer un mème en berrichon ?

PMC: As social media is a very efficient tribune, this allows my language, Berrichon-Bourbonnais to be known wider as I could have ever imagined. People do not think that France and especially North and Central France have about a twenty of languages! So I want to create curiosity and focus on my peculiar medieval language.

PMC : Les médias sociaux sont une tribune très efficace et permettent à ma langue, le berrichon-bourbonnais, d'être plus connue que je n'aurais pu l'imaginer. Les gens ne pensent pas qu'il y a en France, et en particulier dans le nord et le centre de la France, une vingtaine de langues ! Je veux créer de la curiosité et attirer l'attention sur ma propre langue médiévale.

Découvrez plus de mèmes participant au Défi dans différentes langues du monde en recherchant le mot-clé #MemeML sur Instagram, Twitter, ou Facebook. Le Défi a aussi son groupe sur Facebook et accueille les contributions du monde entier.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site