Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Pour ce juge syrien, la bigamie est la solution idéale pour réduire le nombre de “vieilles filles”

Un mariage de groupe organisé pour les membres de l'armée d'Assad, “l'Armée arabe syrienne” (SAA). Source : Al Baath Media.

Les Syriens ont exprimé leur indignation sur les réseaux sociaux après une déclaration de Mahmoud Maarawi qui, en tant que premier juge du tribunal de la charia de Damas, dirige le tribunal religieux qui supervise les problèmes personnels des musulmans syriens sunnites, en majorité dans le pays. M. Maarawi a suggéré que les Syriens prennent une seconde épouse pour résoudre le “problème” des “vieilles filles”.

Dans un entretien avec le journal d'état Tishreen le 5 février 2017, Maarawi a proposé cette “solution” au fait que la population féminine syrienne surpasse la population masculine dans les régions tenues par le régime. D'après certaines estimations invérifiables, les femmes comprendraient jusqu'à 65 % de la population.

À Damas, par exemple, l'absence masculine relative a été remarquée par de nombreux visiteurs, et le nombres de mariages a diminué. Un militant de Homs a expliqué au Syrian Observer en may 2016 que :

People believe the rise in spinsterhood is related to the decreasing number of young men, including those who flee abroad or who join the military forces fighting in the country, in addition to the large number who have been killed. This exacerbates the problem and negatively affects young women and families, given the social norms that stigmatize unmarried women, divorcees, or even widows.

Les gens croient que l'augmentation du nombre de vieilles filles est liée à la diminution du nombre de jeunes hommes, dont ceux qui ont fui à l'étranger ou qui ont joint les forces armées, en plus du grand nombre qui a été tué. Cela exacerbe le problème et a des répercussions défavorables sur les jeunes femmes et les familles, compte tenu des normes sociales qui stigmatisent les femmes célibataires, les divorcées et même les veuves.

L'histoire fut immédiatement reprise par les sites Internet d'opposition tel que Enab Baladi :

Le premier juge du tribunal de la charia de Damas suggère de prendre une seconde épouse pour s'attaquer au problème du célibat.

La déclaration fut aussi moquée par des supporteurs du régime d'Assad :

Je suis d'accord avec le premier juge du tribunal de la charia de Damas, mais je veux une maison à Mazza [quartier aisé], un magasin dans le centre commercial Sham et un tank T-90.

Si un homme ne meurt pas à la guerre, sa seconde épouse le tuera sans doute, grâce à la fatwa du juge.

Sur Facebook, Ghassan Makdsi argumente que les ecclésiastiques s'impliquent dans la vie quotidienne de la population de la majeure partie du Moyen-Orient :

مشكلة الوطن العنوسة والحلّ هو النكاح !!؟؟
المشكلة أنه مازل هناك رجال دين تتدخل في الحياة العامة للمواطن بل بالحياة المنزلية لابل بالحياة الشخصية ..
المشكلة أنه لا يزال هناك رجال دين في السلطة تفكر كما يفكر رجال الدين لدى داعش ..
المشكلة أننا نعتبر من يتولى إدارة زمام الدولة هم من الطبقة المثقفة العلمانية المدنية ..
المشكلة الأكبر للأن لم يخرج أحد للإعلام السوري ويقول له ,,سكر تمك,, فأشكالك هم من دمروا الوطن ..
المشكلة إن فتواه ليست لسد رمق المواطن السوري ولا لسد جشع التجار ولا لكبح جماح العفيشة والسارقيين ولا لمن يخطف لقاء مال .. ولا للأولاد التي تنام في شوارع البرد والموت ولا للمهجريين الذين يموتون في العراء
فتواه فقط لأجل النكاح .. القاضي لا يشغل باله إلا بالنكاح ..

Le problème du pays serait les vieilles filles et votre solution, du sexe !!??
Le problème, c'est qu'il y a encore des clercs qui s'immiscent dans la vie quotidienne des citoyens, dans leurs maisons et même dans leurs vies personnelles.
Le problème, c'est qu'il y a des religieux au pouvoir qui pensent comme ceux de l'EI.
Le problème, c'est qu'on considère que ceux qui contrôlent l'administration de l'État font partie de la classe laïque éduquée.
Le plus gros problème, c'est qu'aucun média syrien n'a osé dire “tais-toi” à ceux dont les mentalités ont détruit notre pays.
Le problème, c'est que sa fatwa ne cherche pas à nourrir le citoyen syrien,  à arrêter les commerçants rapaces, ou à réduire le nombre de voleurs. Ni à aider les enfants qui dorment dans des rues froides et mortelles, ou les réfugiés qui sont en train de mourir dehors.
Sa fatwa ne porte que sur le sexe… C'est tout ce qui préoccupe ce juge.

Loin des “solutions” religieuses pour les Syriennes, le principal opérateur de téléphonie mobile syrien Syriatel (appartenant à Rami Makhlouf, un cousin de Bashar Al Assad et l'homme le plus riche du pays) a conduit son quatrième mariage de groupe le 30 janvier 2017, célébrant l'union de trente couples à Damas.

À Damas, le quatrième mariage de groupe organisé par Syriatel pour les membres de l'Armée arabe syrienne. Source : Facebook.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site