Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Deux ans après le meurtre du chef de file de l'opposition russe, sa fille lui écrit une lettre

Boris Nemtsov et sa fille, Janna. Photo: Facebook

Il y a deux ans, Boris Nemtsov, ancien vice-premier ministre de Russie devenu chef de file de l'opposition politique, était abattu à Moscou. Il avait 55 ans, et il a été tué de quatre balles dans la tête, le coeur, le foie et l'estomac alors qu'il traversait le pont Bolchoï Moskvorestski, à deux pas du Kremlin.

Dimanche, veille du deuxième anniversaire de l'assassinat de Nemtsov, des milliers de personnes ont défilé à Moscou en hommage à sa vie et en mémoire de sa mort. A l'endroit où il a été assassiné, sur la passerelle du pont Bolchoï Moskvorestski, des militants entretiennent un mémorial artisanal qui tient lieu de plaque commémorative que la ville a refusé de poser. Les employés municipaux enlèvent régulièrement les fleurs, les bougies et les photos, mais les partisans de Nemtsov remettent toujours le mémorial à neuf dès le départ des équipes de nettoyage.

Lundi, l'une des quatre enfants de Nemtsov, Janna Nemtsova, a publié sur Facebook une lettre à son père. Janna vit aujourd'hui en Allemagne et travaille en tant que journaliste pour Deutsche Welle. Elle dit avoir quitté la Russie en juin 2015 après avoir reçu des menaces de mort. Voici la traduction de la lettre à son défunt père.

Письмо отцу
Нет ни единого дня, чтоб я не думала о тебе. И я могу совершенно определенно сказать, что спустя два года ты ,мой отец- для меня главный и самый любимый человек в моей жизни. Таковым ты был при жизни и таковым остался после своей трагической гибели.
Эта потеря стала для меня совершенно неожиданной и я до сих пор не могу смириться с твоей гибелью. Этого не должно было случиться, но это случилось. Внезапно и навсегда.
Я неверующий человек, но тем не менее я надеюсь, что придет день, когда мы с тобой поговорим обо всем на свете.
Но сейчас тебя нет среди нас. Ты обладал магической силой, ты притягивал к себе совершенно разных людей и делал это не из надобности. Просто так получалось.
Тебе нравилось общаться, тебе нравились люди и ты страстно любил жизнь. Часто бывало так, что кто-то не соглашался с тобой, не одобрял твою деятельность,но тебя это не так волновало. Само человеческое общение было ценностью. Ты совмещал в себе невероятное: верность принципам и понимание тех, кто думал и поступал по-другому в силу разных причин.
Папа, я знаю, что ты не хотел и не думал, но ты стал героем. Героем нашего времени.
Твое имя стало именем нашей страны, которые вписано в нашу историю твоей жизнью и твоей кровью. Ты знаешь, как мало мы можем сделать, но мы делаем все что можем, чтобы реализовать то, во что ты верил и за что тебя убили. Я хочу, чтобы ты знал, а ты сомневался- для меня большая честь и везение быть твоей дочерью. И я надеюсь, что я хотя бы частично оправдала твои ожидания.
Жанна

Lettre à mon père

Pas un jour ne passe sans que je ne pense à toi. Deux ans plus tard, c'est avec la certitude la plus absolue que je peux dire que toi, mon père, es toujours la personne la plus importante et celle que j'aime le plus dans ma vie. C'était le cas quand tu étais en vie, et ça l'est encore après ta mort tragique.
Je ne m'attendais absolument pas à te perdre, et je n'arrive toujours pas à accepter ta mort, même maintenant. Ça n'aurait jamais dû arriver, mais pourtant c'est arrivé. Ce fut brutal et ce fut pour toujours.
Je ne suis pas croyante, mais je n'en espère pas moins qu'un jour viendra où nous pourrons discuter tous les deux des choses de ce monde.
Mais à présent tu n'es plus parmi nous. Tu étais magicien. Tu attirais des gens absolument différents, et ce sans jamais en avoir besoin. C'était juste comme ça que ça se passait.
Tu adorais discuter avec les gens ; tu adorais les gens ; et tu étais passionné par la vie. Maintes fois, quelqu'un n'était pas d'accord avec toi, ou n'appréciait pas ton travail, mais ça ne t'inquiétait jamais vraiment. Pour toi, le plus important, c'était la relation humaine. Tu savais faire quelque chose d'incroyable : avoir des principes tout en comprenant les gens qui pensaient et agissaient différemment pour différentes raisons.
Papa, je sais que tu ne le voulais pas, et je ne pensais pas que tu deviendrais un héros, mais tu étais un héros de notre temps.
Ton nom est devenu celui de notre pays ; il fait aujourd'hui partie, avec ta vie et ton sang, de notre histoire. Tu sais bien que nous ne pouvons pas faire grand-chose, mais nous mettons tout en œuvre pour accomplir ce en quoi tu croyais, ce pourquoi ils t'ont tué.
Je veux que tu saches (même si tu en doutais) que, pour moi, c'est un grand honneur et un merveilleux coup de chance que d'être ta fille. Et j'espère que tu es au moins un petit peu fier de moi.
Janna

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site