Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

“Les degrés de l’enfer”, un reportage sur la crise des prisons mexicaines

Captura de pantalla del reportaje intitulado "Graduaciones Del Infierno" que expone la ruina del sistema penitenciario en México.

Capturae d'écran du reportage “Les degrés de l'enfer”.

Après avoir lancé en septembre 2016 la question : « Et qui en parle, des prisons mexicaines ? », quelques mois plus tard, il semblerait opportun de revenir sur la question en considérant la série de reportages diffusée sur la nouvelle chaîne télévisée en clair du pays : Imagen Televisión. On y constate la faible ou inexistante attention que les moyens de communication prêtent à la crise du système pénitentiaire du pays.

«  Que ce soit à travers l’appel d’une prétendue personne proche qui est en danger ou qui est prise en otage, des SMS qui alertent d’un « tirage au sort » auquel vous avez gagné, des menaces d’un supposé groupe criminel ou de l’alerte concernant la suspension temporaire de votre ligne téléphonique pour cause de problème dans le service, le racket est un délit grave que vous devez dénoncer.

Certains criminels utilisent cette méthode pour obtenir un profit économique, choisissent des numéros de téléphone au hasard pour passer des appels à des fins d’extorsion et réussissent à mettre la main sur leurs victimes, principalement à travers la violence psychologique.

Imagen Televisión a commencé à diffuser son signal fin 2016 comme solution au duopole télévisé de fait détenu par les compagnies prédominantes, Televisa et TV Azteca.

Dans le journal télévisé du soir de ladite chaîne, présenté par le journaliste vétéran Ciro Gómez Leyva, un travail d'investigation révèle comment les gardiens et techniciens pénitentiaires des centres de détention de la capitale mexicaine se trouvent impliqués dans des pratiques de corruption. On retrouve notamment parmi ces pratiques la vente ou la location de téléphones portables ouvertement utilisés par les détenus pour commettre des extorsions.

L'extorsion par téléphone est l’un des délits les plus rentables au Mexique ainsi décrit par l'administration :

Ya sea a través de la llamada de una supuesta persona familiar que está en apuros o secuestrada, del mensaje de texto que te avisa de un “sorteo” que ganaste, de las amenazas de un supuesto grupo delictivo o del aviso de la suspensión temporal de tu línea telefónica por fallas en el servicio, la extorsión es un delito grave que debes denunciar.

Algunos delincuentes, emplean este método para obtener un beneficio económico; eligen números telefónicos al azar para hacer llamadas extorsivas y consiguen enganchar a sus víctimas a través de la violencia psicológica, principalmente.

Que ce soit à travers l’appel d’une prétendue personne proche en danger ou prise en otage, des SMS qui annoncent un « tirage au sort » dont vous êtes le gagnant, des menaces d’un supposé groupe criminel ou de l’alerte concernant la suspension temporaire de votre ligne téléphonique pour cause de problème dans le service, le racket est un délit grave que vous devez dénoncer.
Certains criminels utilisent cette méthode pour obtenir un profit économique, choisissent des numéros de téléphones au hasard pour passer des appels à des fins d’extorsion et réussissent à accrocher leurs victimes, principalement à travers la violence psychologique.

Selon le journal Excélsior (qui fait partie du groupe Imagen auquel appartient la chaîne de télévision), au moins un des fonctionnaires exposés dans le travail journalistique a été appréhendé et fait l'objet d'un procès.

D’autres moyens de communication de masse, incluant les autres chaînes de télévision en clair du pays, se sont abstenus de relayer le reportage de la chaîne émergente, peut-être la considèrent-ils comme un concurrent direct. Cependant, les réseaux sociaux comme Twitter ont permis aux utilisateurs de communiquer le contenu et de commenter à ce sujet via le hashtag #GraduacionesDelInfierno (degrés de l’enfer) qui est le nom de la série de reportages :

L’épisode #GraduacionesDelinfierno de @ImagenTVMex est juste extraordinaire. Grande enquête sur la corruption dans les prisons

#GraduacionesDelinfierno, une infime partie de toute la corruption présente dans notre système pénitentiaire pourri.

L’utilisatrice Madame Déficit a mentionné le maire de la capitale Miguel Ángel Mancera, en l’invitant à expliquer la raison de l’inaction de son administration sur le sujet :

« Leçon à tirer du reportage #GraduacionesDelinfierno Si les politiciens mexicains ne le voient pas à la télévision, ils ne se mettent pas au travail ; n’est-ce-pas @ManceraMiguelMX ? »

Leçon à tirer du reportage #GraduacionesDelinfierno Si les politiciens mexicains ne le voient pas à la télévision, ils ne se mettent pas au travail ; n’est-ce pas @ManceraMiguelMX ?

À l’occasion du travail d’investigation de la chaîne Imagen Televisión, la faillite du système pénitentiaire mexicain fait l’objet d’intérêt et de commentaires. À présent, les questions sont : Pour combien de temps ? et Comment seront punis les responsables si nombre d’entre eux se trouvent déjà en prison ?

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site