Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Au Mexique, gare aux tomates pour les mauvais politiciens

JitomatazoMx

Photo de tomates pourries, partagée sur Flickr par Alan Levine. Utilisée sous licence Creative Commons 2.0.

Arne aus den Ruthen Haag, jadis serviteur de l'Etat, aujourd'hui activiste citoyen, dirige la campagne appelée #JitomatazoMx pour jeter à la figure – littéralement – des membres de la classe politique le mécontentement de la société provoqué par leurs excès et leur gaspillage caractérisés.

Quand il n'existe pas de moyens légaux pour lutter contre les abus de la classe politique, le “jitomatazo” (le jet de tomates) est la meilleure manière de leur exprimer notre réprobation.

La campagne, qui se propage essentiellement grâce à Twitter, appelle les personnes intéressées à collecter des tomates – ou jitomates comme on dit à Mexico – pour pouvoir les jeter ensuite au visage des serviteurs de l'Etat.

Compte à rebours. Cette semaine nous allons commencer à agir comme un groupe citoyen de protestation.

Le premier concerné par cette forme de protestation a été le député César Camacho du Parti Révolutionnaire Institutionnel (PRI), organisation politique qui a dirigé le pays durant plus de 70 ans au siècle passé et qui est récemment revenu au pouvoir avec le président Enrique Peña Nieto. On reproche à Camacho d'avoir bénéficié d'une très discutable “prime de Noël” en décembre 2016.

Au Mexique, les députés comme Camacho sont totalement discrédités par les privilèges dont ils jouissent et qui ne cessent d'augmenter, alors que la population est confrontée à la hausse des prix de l'énergie et diverses difficultés économiques.

La campagne citoyenne a déjà soulevé la question de savoir quel allait être le prochain objectif. Après une enquête en ligne cela devrait être l'actrice septuagénaire Carmen Salinas, elle aussi députée du PRI, qui occupe cette fonction alors qu’elle n'est jamais allée au delà de l'école primaire.

Qui proposes-tu pour le prochain #Jitomatazo ?

En parlant d'enquêtes, le politologue Luis Rodolfo en a lancé une qui démontre que ses suiveurs sont favorables à cette campagne :

Es-tu pour ou contre le #jitomatazo? 🍅🍅🍅

La première réaction suscitée par le #JitomatazoMx a été celle de César Camacho qui a porté plainte, car il estime que les actions menées par Arne aus den Ruthen Haag constituent un délit à son encontre.

Certains utilisateurs de Twitter ont eux aussi exprimé leur désaccord avec le #JitomatazoMx en raison du caractère violent de l'action :

@DarioJimenezL Au sujet du “jitomatazo”, je suis contre toute sorte de violence, elle empêche la réconciliation sociale.

Je suis contre le jitomatazo, c'est de la violence, ne la sous-estimons pas, après, un exalté pourrait sortir avec une arme, évitons-le.

L’an dernier, Arne – que l'on peut suivre sur Facebook – s'est fait connaître en utilisant l'application Periscope sur son lieu de travail, mettant en ligne des vidéos de comportements illégaux, abusifs et violents de plusieurs citoyens. Peu de temps après, Arne a quitté le poste qu'il occupait dans la fonction publique et maintenant il consacre une bonne partie de son temps au militantisme.

*Note linguistique : Dans la ville de Mexico les habitants emploient le terme “jitomate” pour désigner le fruit rouge du plant de tomate, alors que le mot d'origine náhuatl tomatl, qui a donné le terme actuel s'utilise dans le nord du pays pour désigner ce même fruit.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site