Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Les socialistes russes fêtent la Journée Internationale des Femmes avec des contre-pubs dans le métro

Photo: Mouvement socialiste russe

Mardi, un jour avant que des millions d'hommes russes fassent pleuvoir les fleurs sur les femmes de leur vie pour la Journée internationale des femmes, les militant(e)s du Mouvement Socialiste Russe ont rompu avec les traditionnels bouquets pour placarder dans le métro de Saint-Pétersbourg de fausses publicités soulignant les problèmes des femmes tels que les violences domestiques, les inégalités de salaire et le harcèlement sexuel. Les affiches servaient aussi d'annonce pour une manifestation non autorisée prévue rue Malaîa Sadovaïa le 8 mars à 15 heures.

Selon le site web du mouvement, plus de 10.000 femmes meurent chaque année des suites de violences domestiques en Russie. Le groupe ne donne pas de références pour ce nombre, qui est cependant hautement crédible. En 2003, Amnesty International estimait même encore plus élevé le nombre de femmes ainsi tuées en Russie.

“Au lieu de créer des centres d'urgence et des abris, ou d'instaurer des mécanismes protecteurs comme les injonctions d'éloignement du domicile conjugal, l'Etat vient de décriminaliser la violence domestique”, écrivent en ligne les militantes.

Une de leurs “publicités” déployées dans le métro de Saint-Pétersbourg montrait une femme cachée derrière un bouquet de roses. Sur l'image, elle a un œil au beurre noir, et la légende dit : “les fleurs c'est tellement cliché !” En russe, l'expression joue sur le mot izbito, qui veut dire à la fois “rebattu” et, littéralement, “roué de coups”.

Photo: Mouvement socialiste russe

Les affiches des socialistes ont aussi visé les discriminations au travail, où les femmes russes gagnent en gros 30 pour cent de moins que les hommes. Les femmes se voient aussi interdire le droit à plus de 450 professions, comme, par exemple, conducteur de rame de métro. Dans cet esprit, une autre affiche montrait une femme mesurant son tour de taille, avec le slogan “Maigris ! Comme ton salaire”.

Photo: Mouvement socialiste russe

Une autre affiche traitait de la marchandisation, montrant une femme avec des annonces de rue de prostitution collées sur le visage, et le slogan “Sois belle ! On t'appréciera”.

Photo: Mouvement socialiste russe

Selon les militantes, cette image a été inspirée en partie par un scandale à la compagnie aérienne Aeroflot, que plusieurs salariées ont récemment accusée de discriminer les hôtesses plus âgées et plus corpulentes sur les lignes internationales — ce que qu'Aeroflot a totalement nié.

Si les socialistes de Saint-Pétersbourg ont réussi à faire quelques adeptes avec leur campagne du métro, elles en auront aussitôt besoin dans la bataille pour les droits et le respect des femmes en Russie.

Une publicité ouvertement sexiste pour des liens en plastique, parue le 8 mars.

Au moment même où ces progressistes dévoilaient mardi leurs affiches dans le métro, une entreprise locale de fabrication de liens plastiques publiait sur son site web un spot publicitaire montrant une femme en bikini ligotée, devenant bleue et dans l'incapacité de se libérer. L’URL de la publicité comporte les mots “Clara Zetkin brûle en enfer”, probable allusion à la marxiste allemande qui a contribué à la création de la Journée Internationale des Femmes il y a plus d'un siècle.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site