Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Osaka devient la première municipalité japonaise à reconnaître les parents adoptifs de même sexe

Rainbow Pride 2012 Tokyo. Photo de l'utilisateur Flickr Lauren Anderson. Licence: Attribution-ShareAlike 2.0 Generic (CC BY-SA 2.0).

Marche Arc en Ciel 2012 à Tokyo. Photo de l'utilisateur Flickr Lauren Anderson. Licence: Attribution-ShareAlike 2.0 Generic (CC BY-SA 2.0).

Le 6 avril 2017, la ville d'Osaka est devenue la première municipalité japonaise à reconnaître les couples homosexuels comme parents adoptifs. Le changement de politique est survenu lorsque la ville a reconnu deux hommes qui souhaitent rester anonymes, comme parents nourriciers d'un adolescent qu'ils avaient pris en charge depuis février.

Jusqu'à la décision d'Osaka en avril, seuls les couples mariés ou les individus étaient autorisés à adopter au Japon, même si le pays a grand besoin de parents adoptifs et de familles d'accueil. En mars 2017, il y avait au moins 46 000 enfants à travers le Japon qui étaient pris en charge par l'État après avoir perdu un parent ou qui avaient été retirés de leur domicile en raison d'abus. La majorité de ces enfants vivent dans des institutions; seulement 10% sont pris en charge par des parents adoptifs.

Après cette décision historique, le terme #same-sex couple (#性カップル, (dansei kappuru, couple masculin de même sexe) est devenu tendance sur Twitter. Naver Matome, blogueur sur “Grade Up” (グレードアップ) a recueilli quelques réactions sur Twitter dans un billet. La majorité des réactions à la décision de la ville d'Osaka concernant cette parenté adoptive semblent positives:

Tweet: Deux hommes (“un couple de même sexe”) ont été reconnus par la municipalité d'Osaka comme parents adoptifs. Si un couple veut adopter un enfant qui a été maltraité par ses parents naturels, qu'ils soient ou non un couple de même sexe cela n'a pas d'importance.

Texte du billet: “Si vous aimez par-dessus tout les enfants que vous élevez, que vous soyez parents de même sexe ou de sexe opposé, le plus important est d'être parent”.

Le mariage homosexuel n'est pas encore reconnu au Japon. C'est parce que l’Article 24 de la Constitution comprend la phrase: “Le mariage ne se fonde que sur le consentement mutuel des deux sexes”, ce qui, pour l'instant, est considéré comme un obstacle au mariage homosexuel.

Au Japon, les municipalités jouent un rôle important dans la surveillance et la gestion du droit de la famille, y compris le mariage, l'union civile, l'adoption et le placement. Certaines parmi elles ont adopté des ordonnances locales qui reconnaissent les partenariats civils homosexuels, ce qui rend ces relations équivalentes au mariage.

La décision de la municipalité d'Osaka a été accompagnée d'un thème usuel – certains pourraient désapprouver, mais la chose la plus importante pour les enfants est d'être aimés :

Quand je vois des tweets qui confondent l'adoption de la part de parents homosexuels avec une famille d'accueil, je tiens à souligner que le placement dure jusqu'à ce que (l'enfant) ait 18 ans. L'enfant placé n'est pas inscrit au registre de la famille (et donc, au Japon, il n'est pas légalement reconnu comme membre de la famille).

Quoi qu'il en soit, je pense qu'il est formidable que l'enfant puisse faire partie d'une famille aimante, que ce soit de la part de parents masculins ou féminins jusqu'à ce qu'il atteigne l'âge de 18 ans.

Il y a beaucoup de personnes qui disent qu'en raison de la décision d'Osaka de reconnaître les couples homosexuels comme parents, on devrait avoir de la pitié pour les enfants. Cependant, je pense que quiconque aura été accueilli par deux hommes dira un jour qu'il a eu une vie heureuse (dans son enfance). Peu importe ce que l'on dit, la chose la plus importante est que les enfants seront pris en charge avec amour. Personne ne devrait se moquer (du fait que ces enfants ont grandi dans des familles de couples de même sexe).

Suite à l'annonce par la ville d'Osaka, le terme “Donuts” ( チ ョ コ レ ー ト ド ー ナ ツ ) – le titre de la version japonaise du film de 2012 Any Day Now qui raconte l'histoire d'un couple de même sexe qui se bat pour la garde d'un jeune vivant avec le syndrome de Down (trisomie 21) – a fait tendance sur Twitter aussi :

Étant donné que les parents adoptifs de même sexe sont devenus un sujet de débat, je recommande vivement le film ‘Any Day Now’. C'est l'histoire de deux hommes qui ont adopté un adolescent avec le syndrome de Down. Cependant, du fait de l'homosexualité des deux hommes, le garçon leur est enlevé. Ils n'abandonnent pas le combat et se battent pour pouvoir s'occuper du garçon. C'est un véritable déchirement et je recommande absolument à tout le monde de le voir.

Le compte Twitter de la firme qui a promu la sortie du film au Japon a également commenté la décision de la ville d'Osaka :

Lorsque nous avons vu la nouvelle, nous étions assez surpris, et quand ‘Any Day Now’ a commencé à devenir viral sur Twitter, nous avons également été surpris.

Bien sûr, il est toujours préférable que les enfants trouvent le bonheur avec leurs parents biologiques. Cependant, si cela n'est pas possible, ce n'est pas grave du tout si une autre personne est capable de fournir l'amour et l'affection dont l'enfant a besoin.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site