Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Le Kremlin planifierait une vaste campagne de dénigrement contre le principal opposant de Poutine

Image : Alexeï Navalny / Instagram, édité par Kevin Rothrock

Sauf mention contraire, les liens de cet article renvoient vers des pages en russe.

Le Kremlin a finalement décidé de défier Alexeï Navalny, ont indiqué quatre sources différentes à la chaîne de télévision indépendante Dozhd. Selon deux d'entre elles (juste identifiées comme “des individus proches du Kremlin”), la campagne contre le leader de l'opposition russe va bientôt commencer.

D'après une source qui le côtoie régulièrement, le directeur de cabinet adjoint de Poutine, Sergueï Kirienko, a renversé la position longtemps tenue du Kremlin selon laquelle Navalny ne représentait pas une véritable menace pour le régime. L'administration serait inquiète à l'idée que Navalny puisse gâcher la probable réélection de Poutine en mars prochain, alors que le Kremlin compte sur une “belle victoire”, avec une forte participation et sans la nécessité d'une répression ouverte contre l'opposition politique.

Selon le reportage de Dozhd, une équipe spéciale du bureau de politique intérieure de Poutine a mis en place une cellule de crise quelque part à l'extérieur du Kremlin, pour générer des données visant à discréditer Navalny. Dozhd indique qu'Alexander Kharichev et Andreï Yarine – deux hauts responsables de la politique intérieure de Poutine – superviseront l'opération de dénigrement.

« Ils tournent des vidéos, élaborent des clips viraux et conçoivent des petits jeux vidéos pour discréditer Navalny. Ils le combattent comme s'il était Hitler » a révélé l'une des sources à Dozhd.

Les analystes politiques ont confié à Dozhd que le public pouvait s'attendre à ce que la campagne contre Navalny ressemble aux diffamations dirigées contre l'ancien premier ministre Mikhaïl Kassianov. Sa candidature à un siège à la Douma d'Etat a échoué l'année dernière, après que la télévision russe eut diffusé des séquences de caméra cachée le montrant en train de tromper sa femme, provoquant par ailleurs l'effondrement [fr] de l'alliance de l'opposition démocratique en Russie.

Sur Internet, où Navalny bénéficie d'un maximum de soutien et de popularité, les Russes se moquent déjà d'un Kremlin travaillant sur des « jeux vidéos » pour discréditer l'activiste anti-corruption le plus populaire du pays. « J'ai hâte que sorte le jeu vidéo qui discrédite Alexeï Navalny » a tweeté ironiquement Anton Semakine, un artiste de Perm. « Après les manifestations contre la corruption, le Kremlin a décidé de sévir contre Navalny, pas contre la corruption » a plaisanté le comédien russe Bob Farber.

D'après les sources de Dozhd, ce sont les manifestations anti-corruption du mois dernier, menées presque exclusivement par Navalny, qui ont provoqué cette nouvelle riposte du Kremlin. Bien que les rassemblements n'aient représenté qu'une fraction infinitésimale de la population russe, la lutte anti-corruption de Navalny a incontestablement abouti à un mouvement plus large. Consultez à ce sujet l'article de RuNet Echo « Russia's Youngster Uprising » [en].

Des preuves statistiques montrent la progression de l'influence politique de Navalny : début avril, l'institut de sondage Centre Levada a enregistré une baisse de 10% de la cote de popularité du premier ministre Dimitri Medvedev après que Navalny eut publié une enquête explosive l'accusant de corruption à grande échelle.

Livrées dans une vidéo de présentation élégante et drôle, les allégations de Navalny ont attiré plus de 19 millions de vues sur YouTube.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site