Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

A Hong Kong, l'offre d'une femme de partager l'addition tourne au pugilat

“La femme : Partageons l'addition. L'homme : Tu me crois incapable de payer le dîner ?!” Vignette de la planche “Is But Brother.” Celle-ci est reproduite dans son intégralité ci-dessous et avec autorisation.

A Hong Kong, une information est devenue virale le 24 avril, celle d'un homme et une femme arrêtés par la police. Ils en étaient venus aux mains dans un restaurant à cause de l'addition, d'un montant de 2 200 dollars (hongkongais, approximativement 270 euros).

Sur Internet, les récits ont supposé que la dispute fut déclenchée par le refus de la femme de partager l'addition. De nombreux commentateurs l'ont rapidement accusée d'avoir voulu profiter de son sexe et pousser l'homme à payer.

Quelques heures plus tard cependant, le propriétaire du restaurant a éclairci la situation et expliqué que cette bagarre fut en fait déclenchée par l'insistance de la femme à partager l'addition. L'homme aurait refusé, déchiré l'argent et en serait venu aux mains.

Malgré une vérité totalement différente de ce qu'ils avaient imaginé, certains internautes ont continué de présenter un scénario incriminant la femme.

Certaines réactions typiques, issues du site populaire Golden Forum, sont reproduites ci-dessous :

條女睇個樣應該都係死港女,覺得男人比埋應份.
分分鐘係個男既諗住比但條港女食7咁食本來300一個變左一千一個,條佬帶得700蚊出街點比?

D'après ce que je vois, cette femme a l'air d'être la fichue nana de Hong Kong typique qui croit que le gars devrait toujours payer l'addition. Le type était probablement prêt à payer mais la nana a commandé tellement de choses qu'un repas à 300 dollars par personne s'est transformé en un dîner à 1 100 dollars par tête. Mais le type n'avait que 700 dollars sur lui, comment pouvait-il payer ?

Un autre exprime son opinion, selon laquelle la femme est en tort, en termes “mathématiques” :

99% = 女既要人請,男人要AA
0.9% = 女既要AA,男人堅持要請
0.1% = 女既要AA,男既要人請

99 % = la femme veut que quelqu'un d'autre [qu'elle] paie l'addition et l'homme veut partager.
0,9 % = la femme veut partager et l'homme insiste pour payer l'addition.
0,1 % = la femme veut partager et l'homme veut que quelqu'un d'autre [que lui] paie l'addition.

Certains ont même suggéré que cette femme était une “petite amie à mi-temps”, c'est-à-dire une call-girl, qui aurait séduit l'homme pour se faire inviter à dîner mais aurait ensuite refusé d'avoir des rapports sexuels avec lui.

Même après que le propriétaire du restaurant a expliqué la situation aux journalistes, beaucoup ont malgré tout persisté et jugé la femme responsable :

當男方示意俾曬
女方不能提出 AA 制
因為十分不尊重男方,女方只能提出回請對方食甜品、睇戲之類

Si le type dit qu'il veut payer l'addition,
la femme ne doit pas proposer de partager.
Cette proposition est irrespectueuse pour l'homme. La femme doit offrir de rendre la pareille, par exemple en payant le dessert ou le cinéma.

男人自動提出比錢,條女唔肯,即係唔受溝,好明顯

Si le type dit qu'il veut payer l'addition et que la nana refuse, ça veut dire qu'elle ne veut pas avoir de relation avec lui. C'est clair.

L'artiste Ar Chu a illustré dans une planche les trois scénarios possibles selon lesquels peu importe le choix de la femme quant à l'addition, c'est toujours elle que l'on blâme : le stéréotype de la hongkongaise, la “Gong Nui,” veut que ce soit une femme narcissique, arrogante, fière et superficielle. Le terme gong nui est largement employé sur les forums depuis 2005 pour définir et critiquer le comportement féminin.

Dessins issus de la page Facebook de “Is But Brother”. Reproduits sur Global Voices avec autorisation.

Scénario un : La femme : Laisse-moi t'inviter. L'homme : Tu me méprises donc ?!
Scénario deux : La femme : D'accord, je te laisser régler l'addition. L'homme : Pourquoi devrais-je t'inviter ?!
Scénario trois : La femme : Partageons l'addition. L'homme : Tu me crois incapable de payer le dîner ?!

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site