Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Le président du Nigéria a de nouveau disparu et ses concitoyens veulent savoir pourquoi

Le président nigérian, Muhammadu Buhari. Photo Creative Commons de l'agence de presse Tasnim.

Le président nigérian, Muhammadu Buhari. Photo Creative Commons de l'agence de presse Tasnim.

[Article d'origine publié en anglais le 4 mai 2017] Le président nigérian Muhammadu Buhari a été malade récemment et il a manqué plusieurs cérémonies officielles. En mars, il est revenu du Royaume-Uni après sept semaines d'absence pour raisons médicales, mais des questions sur la santé du chef de la nation la plus peuplée d'Afrique ont refait surface lorsqu'il a manqué une réunion du gouvernement fédéral le 12 avril.

Selon le journal ThisDay, “l'absence manifeste” du Président Buhari a même soulevé des craintes qu'il ait été évacué encore à l'étranger, bien que le gouvernement ait nié ces rumeurs.

La spéculation a continué, cependant, lorsqu'il a manqué une réunion du cabinet, la semaine suivante. Son ministre de l'information, Lai Mohammed, a tenté de calmer la nation, en disant que le président travaillait à la maison.

L'explication n'a mené qu'à d'autres questions sur la localisation et la santé de M. Buhari.

Un autre conseil ministériel fédéral sans le président … Quelle en est l'excuse cette fois-ci?

Ensuite, le vendredi suivant, le président n'a pas assisté à la prière du Salat Al Jumu’a dans sa résidence officielle d'Aso Rock.

Buhari n'a pas été aujourd'hui aux prières du vendredi – ce qui, selon moi, selon moi, veut dire qu'il est très malade.

Au fur et à mesure que les absences se répètent, les demandes d'informations honnêtes sur son état se multiplient également. Wole Soyinka [fr], lauréat du Prix Nobel de littérature en 1986, s'est demandé pourquoi le président cache son état de santé :

Le président Buhari (@MBuhari) devrait rendre son état de santé public – Wole Soyinka
Regardez la vidéo complète ici:

Ensuite, chef Bisi Akande, ancien président du parti de M. Buhari, a averti que certains fonctionnaires du gouvernement “spéculent” sur la santé du président, disant que sa disparition du public “pourrait entraîner tout le pays vers un désastre évitable” et mettent en garde “ceux qui souhaitent exploiter la situation à des fins politiques “.

Pendant ce temps, les internautes nigérians utilisent le hashtag #WhereisBuhari, exigeant de voir leur président :

Un embarras national pour les Nigérians de manifester par des hashtags juste afin de voir leur président ou avoir des informations le concernant.

Nous sommes en mai 2017, nous n'avons pas de budget, nous ne sommes pas des gens normaux …

Nous cherchons également notre président …

If @MBuhari is very sick, let him proceed for medical leave. Good health is more important than any possession #WhereIsBuhari

— Obinna Chukwuezie (@obinnachukwuzie) May 2, 2017

Si @MBuhari est très malade, laissez-le continuer son congé de maladie. La bonne santé est plus importante que tout autre bien

“Les Nigérians devraient connaître l'état de santé de Buhari, son âge et sa santé ne peuvent supporter les exigences de la fonction” -

Certains utilisateurs de Twitter, comme celui ci-dessous, ont exprimé leur mécontentement à propos de l'information selon laquelle Buhari ne fait que travailler “à la maison”.

Le Nigeria n'est pas une entreprise en ligne que vous pouvez diriger de chez vous

D'autres ont appelé à une manifestation nationale :

Où sont tous ceux qui aiment le Nigeria ? En 2010, nous avons marché. Garçons, filles, hommes, femmes, musulmans, chrétiens … NOUS AVIONS MARCHÉ !

Vous avez marché quand le Président Yar'Adua a été malade , rampé à Hero, mais votre homme n'a pas à présider le gouvernement fédéral? Ou apparaitre en public?

L'utilisateur Twitter Tmak a rappelé au parti au pouvoir sa position pendant la maladie du défunt président Umaru Musa Yar'Adua :

L'opposition nigériane exige une preuve de la santé de Yar'Adua https://t.co/plf4QRISTu via @ Reuters @ APCNigeria maintenant c'est à votre tour!

Tous nos saints politiques ont refusé de dire la vérité sur la santé du président. Mais s'en donnaient à coeur joie sur la santé du Président Yar'Adua

Le Président Umaru Musa Yar'Adua est mort en 2010 après avoir lutté contre une maladie cardiaque pendant des mois. Le secret entourant sa maladie a conduit à un vide de pouvoir et à une crise politique ultérieure. Malgré les dispositions constitutionnelles pour le transfert de pouvoir lorsque le président devient incapable de gouverner, les conseillers de M. Yar'Adua l'ont empêché de démissionner. Au lieu de cela, “ses proches” ont répandu la désinformation sur sa santé.

Le parti de l'opposition d'alors a demandé par son porte-parole, Lai Mohammed, de produire des “preuves concrètes” avec une vidéo à l'appui du Président Yar'Adua sur son lit d'hôpital. M. Lai Mohammed, qui est maintenant le porte-parole du gouvernement, semble avoir oublié la solution qu'il avait préconisée il y a sept ans dans des circonstances similaires.

Bien sûr, certains utilisateurs de Twitter préfèrent l'humour pour traiter de la disparition du dernier en date des leaders nigérians :

Lorsque vous dites aux Nigérians que Buhari a bon pied bon œil

J'ai eu une légère douleur thoracique quand j'ai vu cela [à force de rire]

Commentant sur Medium, l'écrivain nigérian Tunde Leye a averti que des conséquences catastrophiques pourraient résulter d'une nouvelle négligence à propos de la santé du président, en disant que des religieux musulmans accusent les chrétiens d'avoir “empoisonné” le Président Buhari. “Un policier a même signalé publiquement qu'il allait tuer 200 personnes si le président Buhari décédait”, selon M. Leye.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site