Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Riace, le village de Calabre où un habitant sur trois est un immigré

Riace, photo sur le site Italia che cambia.

Pendant des années, après une vague d'attention internationale due à la découverte des Bronzes de Riace le 16 août 1972, la commune de la province de Reggio de Calabre de laquelle les statues tiennent leur nom était replongée dans sa lente agonie, sort que partagent beaucoup d'autres petites communes rurales d'Italie, particulièrement dans le Sud.

Puis, en 1998, le débarquement d'un groupe de 200 réfugiés kurdes a donné à la bourgade une nouvelle vie : les habitants de la commune ont su transformer la tragédie de ces naufragés en opportunité. Le film “Un village de Calabreraconte comment :

Che il mondo si sia accorto di Riace è cosa nota. Meno noto, invece, è che ad accorgersene ci sia anche il cinema.

“Un paese di Calabria” è un film girato a Riace e opera dei registi Shu Aiello e Catherine Catella.

Racconta la storia di Rosa Maria che, in un giorno d’estate del 1931, ha lasciato Riace, il suo paese natale, in cerca di fortuna in Francia. Da allora gli abitanti di Riace hanno visto le case abbandonate dagli emigrati coprirsi di edera e le terre impoverirsi. Un giorno dal mare è arrivato un barcone con duecento profughi curdi. Le case degli emigrati d’inizio novecento sono state date ai migranti che le hanno restaurate. Oggi gli abitanti del paese calabro si chiamano Roberto, Ousmane, Emilia, Mohamed, Leonardo, Taira. Gli abitanti non hanno molto, ma s’inventano ogni giorno il loro destino comune. È la storia di un'amministrazione e di una cittadina che hanno saputo guardare lontano, facendo dell'accoglienza e dell'integrazione una missione. Oggi le case abbandonate sono di nuovo abitate e nel paese è tornata la vita grazie al progetto Futura, portato avanti dal sindaco Domenico Lucano, insieme ai migranti.

Que le monde se soit rendu compte de Riace est un fait connu. Moins connu, au contraire, le fait qu'à s'en rendre compte il y a aussi le cinéma.

“Un village de Calabre” est un film tourné à Riace et est l'œuvre des réalisatrices Shu Aiello et Catherine Catella.

Il raconte l'histoire de Rosa Maria qui, un jour d'été 1931, a quitté Riace, son village natal, pour faire fortune en France. Depuis lors, les habitants de Riace ont vu les maisons abandonnées par les émigrés se couvrir de lierre et les terres s'appauvrir. Un jour, de la mer est arrivé un bateau de fortune avec deux cents réfugiés kurdes. Les maisons des émigrés du début du 20e siècle ont été données aux migrants qui les ont restaurées. Aujourd'hui les habitants du village calabrais s'appellent Roberto, Ousmane, Emilia, Mohamed, Leonardo, Taira. Les habitants n'ont pas grand chose, mais ils s'inventent chaque jour leur destin commun. C'est l'histoire d'une administration et d'une bourgade qui ont su regarder loin, en faisant de l'accueil et de l'intégration une mission. Aujourd'hui, les maisons abandonnées sont de nouveau habitées et dans le village est revenue la vie, grâce au projet Futura, mené par le maire Domenico Lucano, en collaboration avec les migrants.

La politique d'accueil des immigrants de ce petit centre, ainsi que d'autres communes, a attiré l'attention des médias et des classes politiques tant nationales qu'internationales. Dans l'introduction à une entrevue avec le maire Domenico Lugano, déjà à son troisième mandat, infoaut ajoute :

Percorrendo la statale 106, all’altezza di Riace Marina, si rimane spiazzati alla vista di due faccioni disegnati su un muro della stazione. Se ci si ferma e si torna indietro i divertiti sospetti vengono confermati: su quel muro ci sono le caricature di un Bronzo di Riace e del leader della Lega Nord, Matteo Salvini. Sotto il primo c’è scritto “ripescato nel mare di Riace”, sotto il secondo invece “ripescato in un mare di cazzate”.

[…] se non fosse per le due statue ripescate nei suoi mari se ne sarebbe sentito parlare molto poco. Almeno fino a una decina di anni fa, quando il suo sindaco supportato dalla popolazione locale decide di ripopolare il paese sulla strada dell’abbandono offrendo ospitalità ai migranti. La vicenda di questa località calabrese fa il giro del mondo in poco tempo, diventa un cortometraggio di Wim Wenders, viene apprezzata da Papa Francesco e il suo sindaco addirittura viene nominato tra gli uomini più potenti del mondo dalla rivista Fortune.

La trovata è quella di ricercare un’alleanza tra la popolazione locale e i migranti, basata su un rilancio culturale e economico del paese, “approfittando” delle risorse offerte dal sistema dell’accoglienza e dall’autorganizzazione dal basso delle molte persone impiegate nel progetto. Riace ospita oggi 500 migranti su 1500 abitanti.

En parcourant la Nationale 106, à hauteur de Riace Marina, on est pris au dépourvu à la vue de deux visages dessinés sur un mur de la gare. Si on s'arrête et qu'on retourne en arrière, les soupçons divers se trouvent confirmés : sur ce mur il y a les caricatures d'un Bronze de Riace et du leader de la Ligue du Nord Matteo Salvini. Sous le premier est écrit “repêché dans la mer de Riace”, sous le second au contraire “repêché dans une mer de conneries”.

[…] si ce n'était pour les deux statues repêchées dans ses eaux, on en aurait très peu entendu parler. Tout du mieux jusqu'à il y a une dizaine d'années, quand son maire soutenu par la population locale décide de repeupler le village en voie d'abandon, en offrant l'hospitalité aux migrants. L'histoire de cette localité calabraise fait le tour du monde en peu de temps, devient un court-métrage de Wim Wenders, est appréciée par le Pape François et son maire est même nommé parmi les hommes les plus puissants du monde par le magazine Fortune.

L'idée est celle de rechercher une alliance entre la population locale et les migrants, basée sur une relance culturelle et économique du village, “en profitant” des ressources offerts par le système d'accueil et par l'auto-organisation par le bas de beaucoup de personnes engagées dans le projet. Riace accueille aujourd'hui 500 migrants sur 1500 habitants.

Les idées ne manquent pas au maire Domenico Lucano pour mettre en œuvre sa politique d'accueil et pour l'insertion des immigrés dans le tissu socio-économique de sa municipalité. La dernière est la création d'une “monnaie communale”. Le site felicitapubblica.it, qui se définit comme un portail qui s'occupe d'économie civile à 360 degrés, explique :

In questo borgo gli aiuti economici del cosiddetto Sprar (Sistema di protezione per richiedenti asilo e rifugiati) non giungono con puntualità, come peraltro anche in altri luoghi del nostro Paese, creando disagi ai servizi di accoglienza. Per questo motivo il sindaco di Riace, Domenico Lucano, ha dato il via a un’iniziativa molto “radicale”, istituendo una moneta locale convertibile in euro attraverso cui i negozianti del paese possano far credito agli immigrati. In questo modo i debiti vengono accumulati ma saldati successivamente con l’arrivo dei fondi, però frattanto si concede agli immigrati il diritto al potere d’acquisto.

[…]

Grazie all’ingegnosità del sindaco Domenico Lucano, gli immigrati possono contare su vere e proprie banconote, del valore di 1, 2, 5, 10, 20 e 50 euro sulle quali sono incisi i volti di noti personaggi della storia, da Martin Luther King a Peppino Impastato, passando per Che Guevara, fino al Mahatma Gandhi.

Dans cette bourgade, les aides économiques du Sprar (Système de protection pour demandeurs d'asile et réfugiés) n'arrivent pas avec ponctualité, comme par ailleurs dans d'autres lieux de notre pays, créant des désagréments aux services d'accueil. Pour cette raison, le maire de Riace, Domenico Lucano, a donné la voie à une initiative très “radicale”, instituant une monnaie locale convertible en euros à travers laquelle les commerçants du village peuvent faire crédit aux immigrés. De cette manière, les débits sont accumulés mais soldés par la suite avec l’arrivée des fonds, mais entre-temps est concédé aux immigrés le droit au pouvoir d’achat.

[…]

Grâce à l’ingéniosité du maire Domenico Lucano, les immigrés peuvent compter sur de vrais billets de banque, d'une valeur de 1, 2, 5, 10, 20 et 50 euros sur lesquels sont dessinés les visages de personnages historiques célèbres, de Martin Luther King à Peppino Impastato, en passant par Che Guevara, jusqu'au Mahatma Gandhi.

Cette politique a valu au maire de nombreuses distinctions. L'une de celles-ci a été au début de cette année le Prix International de la Paix “Dresden-Preis,” promu par la Fondation Klaus Tschira, d'une valeur de 10 000 euros. Pour l'occasion, aise.it écrit :

Questa la motivazione del premio redatta da Günter Blobel, vincitore del premio Nobel e cofondatore del Dresden-Preis: “È raro che il sindaco di un piccolissimo paese lontano delle grandi metropoli del mondo metta in imbarazzo i dirigenti di nazioni più forti. Domenico Lucano l’ha fatto, definendo come unico criterio per l’accoglienza dei rifugiati la compassione per il prossimo. Mentre in altri posti si costruiscono barriere e si mercanteggia sulle quote per l’accoglienza, Riace accoglie da 18 anni persone che sono fuggite dalla guerra e dalla povertà. E ci si salva a vicenda – gli abitanti e i migranti, con questi ultimi che salvano il piccolo paese calabrese in calo demografico. Così, in Calabria si vive quello che Domenico Lucano chiama “l’utopia della normalità”. In un mondo in cui sempre più gente è costretta ad abbandonare la propria terra, non c’è bisogno di più paura nei confronti di stranieri, di più odio, ma anzi, di più paesi come Riace e di personaggi coraggiosi e umani come Domenico Lucano”.

Voici la raison du prix expliquée par Günter Blobel, lauréat du prix Nobel et cofondateur du Dresden-Preis : “Il est rare que le maire d'un tout petit village loin des grandes métropoles du monde mette dans l'embarras les dirigeants de nations plus fortes. Domenico Lucano l’a fait, en définissant comme unique critère pour l’accueil des réfugiés la compassion pour son prochain. Alors que dans d'autres endroits sont construites des barrières et on marchande sur les quotas pour l’accueil, Riace accueille depuis 18 ans des personnes qui ont fui la guerre et la pauvreté. Et on se sauve mutuellement – les habitants et les migrants, avec ces derniers qui sauvent le petit village calabrais en chute démographique. Ainsi, en Calabre on vit ce que Domenico Lucano appelle “l’utopie de la normalité”. Dans un monde où toujours plus de gens sont contraints à abandonner leur terre, il n'y a pas besoin de plus de peur vis-à-vis des étrangers, de plus de haine, mais au contraire, de plus de villages comme Riace et de personnages courageux et humains comme Domenico Lucano”.

Le village, et d'autres qui s'étaient fait remarquer par leur disponibilité à l'accueil, a inspiré un autre film, “Il Volo” du réalisateur Wim Wenders, réalisé sous l'égide du Haut Commissariat des Nations Unies pour les Réfugiés.

Dans un article du mois d'août 2009, le blog viverecalabria raconte :

“Il Volo”, questo il titolo dell'opera di Wenders, è una fiaba sull'accoglienza sui fatti realmente accaduti a Badolato, Riace, Caulonia e Stignano, dopo lo sbarco dei profughi curdi nel 1997. La Regione Calabria, prima in Italia a dotarsi di una legge per promuovere l'inserimento dei rifugiati, è co-produttrice del film e devolverà il ricavato al finanziamento di progetti destinati all'accoglienza e all'integrazione.

“Il Volo”, titre de l'œuvre de Wenders, est une fable sur l'accueil et sur les faits réellement survenus à Badolato, Riace, Caulonia et Stignano, après le débarquement des réfugiés kurdes en 1997. La Région Calabre, première en Italie à se doter d'une loi pour promouvoir l'insertion des réfugiés, est co-productrice du film et reversera les recettes au financement de projets destinés à l'accueil et à l'intégration.

Ces jours-ci est parvenue la nouvelle que l'acteur Beppe Fiorello prépare pour la télévision une mini-série pour raconter les “événements d'un village et de son maire qui ont transformé le vide en une opportunité : d'émigrés à des citoyens immigrés”.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site