Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

L'Ukraine bannit VKontakte et d'autres sites et réseaux sociaux russes

Montage de Tetyana Lokot.

Le président ukrainien Petro Porochenko a signé un décret ordonnant aux principaux fournisseurs d'accès internet du pays de bloquer plusieurs réseaux sociaux russes majeurs, selon un décret publié sur le site de l'administration présidentielle.

Le décret, à la portée très large, du Conseil national de sécurité et de défense (NSDC, National Security and Defense Council) concernant le “Recours à des mesures économiques spéciales ou à d'autres mesures restrictives (sanctions)” est daté du 28 avril 2017 et cible un hébergeur d'individus et entreprises russes, dont Aeroflot, la plus grande compagnie aérienne de Russie.

Les réseaux sociaux VKontakte et Odnoklasniki, tous les services sous le contrôle de la holding Mail.Ru, ainsi que le célèbre moteur de recherche Yandex et ses filiales, figurent parmi les sites qui seront bloqués. VKontakte, réseau social dont les fonctions et l'interface rappellent celles de Facebook, comprenait en 2014 27 millions d'utilisateurs ukrainiens. Quant à Odnoklasniki, site web mettant en relation d'anciens élèves, il connaît surtout du succès auprès des générations plus anciennes et totalisait en 2014 11 millions d'utilisateurs en Ukraine.

Des fonctionnaires russes, dont ceux issus du parti Russie Unie, actuellement au pouvoir, aussi bien que des représentants des deux Républiques populaires séparatistes de Donetsk et Luhansk situées à l'est de l'Ukraine figurent parmi les personnes sujettes au blocage.

Total de la fréquentation des réseaux sociaux en Ukraine (2014) : VKontakte 27 millions, Odnoklassniki 11 millions, Facebook 3,2 millions, Twitter 430.000. Avec l'autorisation de Yandex.

Les entités récemment bloquées ont rejoint la liste de plus de 450 entreprises et 1 200 personnes ciblées par le gouvernement ukrainien, depuis que le gouvernement russe a annexé la Crimée et a commencé à apporter son soutien aux séparatistes ukrainiens dans l'est de la région en 2014.

Au mardi [16 mai 2017] après-midi, aucun site web dirigé par les entreprises ajoutées à la liste de celles à sanctionner n'a encore été bloqué.

Un porte-parole de l'administration présidentielle a bien confirmé que le président Porochenko avait signé le décret et s'attend à ce que le Conseil national de sécurité et de défense (NSDC) émette à son tour un commentaire prochainement.

Plusieurs médias russes ont aussi été inclus dans ce régime de sanctions, dont les chaînes de télévision TV Center, NTV Plus, TNT, Zvezda, et RBK. La compagnie de cybersécurité Kaspersky Labs, dont la relation avec le gouvernement russe fait l'objet d‘investigations par les services de renseignement américains, a été sanctionnée.

Evgeny Revenko, député à la Douma [l'assemblée nationale russe], a condamné la décision, déclarant que “bloquer les sites sur internet est stupide et irrationnel. Les internautes vont contourner le blocage d'une façon ou d'une autre.”

 

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site