Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Comment attirer les touristes dans l'Ukraine orientale en guerre?

Source: Kremlin.ru

La guerre dure depuis presque trois ans en Ukraine orientale, et les républiques populaires de Donetsk et Lougansk (respectivement DNR et LNR) renouvellent leur tentative d'attirer les touristes étrangers dans leurs mini-Etats dépourvus de reconnaissance internationale, avec le soutien d'un des chanteurs de charme les plus célèbres de Russie.

Joseph Kobzon, chanteur illustre et député à la Douma d'Etat, la chambre basse du parlement russe, a pris la tête d'une opération de commémoration des restes de l'industrie lourde autrefois florissante en Ukraine orientale, dans la dernière en date des tentatives pour promouvoir le tourisme dans les deux républiques tenues à bout de bras par la Russie.

La semaine dernière, une exposition titrée “Le patrimoine des infrastructures du Donbass” a été inaugurée à la Douma d’État de Moscou. Ses organisateurs, parmi lesquels le presque octogénaire Kobzon, annoncèrent le projet de création d'un “paysage post-industriel et d'un parc de loisirs” qui, espèrent-ils, “mènera à l'émergence d'un vaste complexe touristique” dans le Donbass.

Une carte présentée dans l'exposition imagine un itinéraire touristique reliant Taganrog dans la Russie du Sud à Ienakiieve, une ville de l'oblast ukrainien de Donetsk, actuellement sous contrôle de la DNR. L'itinéraire comporte une étape à Ilovaïsk, site d'une des batailles les plus sanglantes de la guerre dans le Donbas.

Un bus calciné dans la ville de Konstantinovka, en Ukraine orientale sous contrôle du gouvernement, en 2014. Source: Wikimedia Commons, CC 4.0.

Le vernissage de l'exposition a eu lieu peu après le lancement par la DNR d'une initiative visant à amener des touristes occidentaux dans la zone de conflit : en mars, l'Agence internationale de presse du Donbass (DONi), un organe d'information et de propagande géré par la DNR, a annoncé la création de “Donbass Tours,” une opération se proposant de promouvoir à l'international les républiques séparatistes de Donetsk et Louhansk.

Si DONi s'est vanté de faire venir des touristes de pays occidentaux, les affaires semblent loin de prospérer : le site internet de Donbass Tours s'affiche toujours en maintenance plus de deux mois après le lancement supposé du projet, et l'incertitude règne sur la tenue des circuits prévus pour les vacances de mai (du 1 au 9).

Les voyagistes du côté russe de la frontière expriment également un retour d'intérêt pour emmener des touristes dans l'est de l'Ukraine : une entreprise de tourisme de la région russe de Rostov, frontalière des deux républiques séparatistes, a annoncé qu'elle allait commencer à emmener des touristes dans des circuits en car en DNR, à en croire le site local d'informations 161.ru. Celui-ci écrit que l'idée du circuit émane de gens en DNR mais que le programme “ne rencontre pas encore un grand succès” et que pour le moment la plupart des circuits sont organisés individuellement.

Image publicitaire de Donbass Tours.

Pour 20.000 roubles (314 euros), les touristes de l'excursion “Donetsk Invaincue” visiteront les champs de bataille récemment célèbres, le Donbass Arena (un stade de football bombardé aux premiers jours de la guerre), et plusieurs sites historiques—y compris Saur Mogila, un site funéraire préhistorique devenu un champ de bataille en 2014.

Pour en rajouter dans l'exhibitionnisme militaire, les touristes seraient aussi emmenés à un champ de tir et auraient le choix entre plusieurs options en supplément, dont l'une appelée “Guerre et Paix”.

En février 2015, peu après le bataille de Debaltseve, qui a laissé des centaines de soldats ukrainiens, séparatistes et russes tués, blessés ou disparus, “Megapolis Resort”, un voyagiste basé à Moscou, annonçait le lancement d'excursions au Donbass, facturées entre deux et trois mille dollars.

L'année suivante, de multiples sites web ont raconté que les républiques séparatistes avaient l'intention d'attirer les touristes en organisant des visites dans la zone de guerre. Mais le nombre de touristes se rendant chaque année dans le Donbass reste faible : ils ont été à peine 105.000 à venir dans la DNR en 2016.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site