Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Les médias d’État russes : champions de la liberté sur Internet (à partir de maintenant)

Photo: Pixabay

[Article d'origine publié le 17 mai 2017] Ces cinq dernières années, le gouvernement russe a bloqué environ 5,6 millions de pages web, la plupart d’entre elles par accident après l’établissement d’une liste noire d’adresses IP ciblant des transgresseurs individuels. Roskomnadzor, le censeur fédéral de Russie, pourchasse à la fois de minimes ressources en ligne, telles que des milliers de sites web de distribution de drogues illicites et de pornographie infantile, ainsi que des portails web majeurs utilisés par des millions de personnes tels que le site de téléchargement RuTracker en 2015 et le réseau social professionnel LinkedIn l’année dernière.

Pendant tout ce temps, la télévision russe n'a jamais informé son auditoire sur la façon de déjouer ces actes de censure. A l'époque, Roskomnadzor demandait aux services de proxy anonymiseurs de respecter la liste noire du gouvernement russe et a même bloqué un service proxy qui n’avait pas obtempéré.

Mais une journée peut faire toute la différence.

Mardi, le président ukrainien Petro Porochenko a annoncé une interdiction radicale de plusieurs titans de l’Internet russe, ordonnant aux fonctionnaires de bloquer l’accès aux réseaux sociaux Vkontakte et Odnoklassniki, au moteur de recherche Yandex et au service de messagerie Mail.ru.

Avec des millions d'Ukrainiens menacés de perdre leurs services en ligne bien-aimés, les médias traditionnels russes ont fait ce qu'ils font souvent dans des situations géopolitiques inattendues. Ils ont soudainement changé de camp, se manifestant comme de fervents adeptes des techniques d’anonymisation d'internet, après avoir passé des années à ignorer la censure en ligne à domicile.

La chaîne d'information publique, Rossiya-24, a sidéré les activistes russes de la liberté d'Internet en diffusant des instructions sur l'accès par le biais des serveurs proxy aux sites internet bloqués.  Paradoxalement, comme ce réseau est interdit en Ukraine depuis 2014, Rossiya-24 a réservé ses conseils de contournement de la censure aux usagers de Russie, où les sites Vkontakte, Odnoklassniki, Yandex, et Mail.ru restant tous opérationnels. 

Les choses pourraient devenir encore plus délicates si Roskomnadzor continue de bloquer les messageries instantanées qui ne veulent pas s'enregistrer comme “organisateurs de dissémination d”information” auprès de l’État russe. Les fonctionnaires ont déjà bloqué Zello, Line, et Blackberry Messenger à cause de leur refus de s'enregistrer. En outre, le journal Vedomosti a rapporté cette semaine que Roskomnadzor a menacé de neutraliser Telegram, une application de tchat de plus en plus populaire créée par Pavel Durov, qui a aussi fondé Vkontakte.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site