Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Des bénévoles rendent Diaspora* et d'autres logiciels libres disponibles en occitan

Photographie de l'utilisatrice de Flickr she_who_must et reproduite sous licence CC BY-NC-ND 2.0.

Sauf mention contraire, les liens de cet article renvoient vers des pages en anglais.

Grâce à des traducteurs bénévoles, le réseau social libre Diaspora* est maintenant disponible dans quelques unes des langues les plus utilisées au monde : le chinois, le japonais, l'espagnol, le portugais… Mais si l'on examine la liste des langues dans lesquelles la totalité du site a été traduite, une en particulier saute aux yeux. C'est l'occitan [fr].

L'occitan est une langue romane parlée dans le sud de la France et dans certaines parties de l'Espagne, de Monaco et de l'Italie. Le nombre de locuteurs varie selon les sources, mais une chose est claire : ce nombre diminue. L'occitan a plusieurs variantes, mais un “occitan standard” prenant en compte leurs différences est en train d'émerger. D'après l'Atlas mondial des langues en danger de l'UNESCO, le provençal, l'auvergnat, le limousin et le languedocien sont “en danger sérieux” d'extinction, et le gascon et le vivaro-alpin sont “en danger”.

Une petite équipe de traducteurs, convaincue que Diaspora* pourrait devenir un important moyen de promouvoir leur langue, a ainsi entrepris de créer une version occitane du réseau social.

Quentin Pagès parle languedocien et est l'un de ces traducteurs. Il a également collaboré sur la traduction occitane d'autres plate-formes telles que Jitsi Meet, Wallabag [fr], Framadate et Mastodon. Il fait part de son expérience dans un court entretien avec Rising Voices.

Rising Voices (RV) : Pourquoi vous est-il important que Diaspora* existe en occitan ?

Quentin Pagès (QP): So people can start using it and it gives visibility to the language. I don’t like when people decide that one language has more value than another. In my opinion, every language is as equal as the next. That is why it is important to me that Occitan is available as a complete language. Even though the Occitan language is not one of the most used languages on Diaspora*, by being an open-source project, the translation work can be reused for other projects that may use the same terminology and phrasing.

Quentin Pagès (QP) : Pour que les gens se mettent à l'utiliser et que cela donne de la visibilité à la langue. Je n'apprécie pas que certains décident qu'une langue a plus de valeur qu'une autre. Pour moi, toutes les langues sont égales. C'est pour cette raison qu'il est important pour moi que l'occitan soit disponible [sur Diaspora*] dans une traduction complète. Même si l'occitan n'est pas la langue la plus utilisée sur Diaspora*, le fait d'être un projet libre permet de reprendre les traductions sur d'autres projets qui peuvent utiliser les mêmes terminologie et expressions.

RV : Comment avez-vous démarré ce projet de localisation ?

QP: I decided to start the translation of Diaspora* because it was included in a list of alternative open-source platforms compiled by a French association called Framasoft through its campaign called “De-Google-ify the Internet”. From that list, I also helped to translate Jitsi Meet, Wallabag, Framadate, and now the new social network platform called Mastodon. For the translation of Diaspora, the team consisted of three people and we primarily communicated via email.

QP : J'ai décidé de commencer à traduire Diaspora* parce qu'il faisait partie d'une liste de plate-formes alternatives libres compilée par une association française appelée Framasoft, dans le cadre de sa campagne “Dégooglisons Internet”. À partir de cette liste, j'ai aussi aidé à traduire Jitsi Meet, Wallabag, Framadate, et maintenant la nouvelle plate-forme de réseau social Mastodon. Pour la traduction de Diaspora*, nous étions une équipe de trois personnes et nous avons communiqué essentiellement par e-mail.

RV : Quelles difficultés majeures avez-vous rencontré en traduisant Diaspora* en occitan ?

QP: You might expect that a challenge for translation would be a lack of vocabulary or something like that. But it wasn’t about that, it was about finding people to review the translated texts and to help collaborate with the work. The Occitan language has good flexibility to create new words. So on the one hand, I wish there were more of us to translate, but on the other hand, there was just a few of us, so we could check that a word was translated in the same way everywhere. For the word “reshare,” you may find some instances where it is displayed as “repartejar” and other places as “tornar partejar.” I could change them, but as they both mean the same and both are correct, I decided to leave both.

QP : On pourrait s'attendre à ce que la difficulté d'une traduction réside dans l'absence de vocabulaire, ou quelque chose comme ça. Mais ça n'a pas été ça. Ça a été de trouver des gens pour relire les textes traduits et prêts à collaborer. La langue occitane est flexible, elle peut créer de nouveaux mots. Donc d'un coté, j'aimerais qu'on soit plus nombreux à traduire, mais de l'autre, comme nous étions une petite équipe, nous pouvions vérifier qu'un mot était bien traduit de la même façon partout. Pour le mot “re-partager”, vous trouverez des instances avec “repartejar” et d'autres avec “tornar partejar”. Je pourrais les changer, mais comme les deux signifient la même chose et sont tous les deux corrects, j'ai décidé de laisser les deux mots.

RV : Pensez-vous que les gens se mettent sur Diaspora* en occitan ?

QP: Somehow people still haven’t tried this social network. I wish people used tools that are available in Occitan, but at the moment it seems that only a few people value the availability of the language as a strong draw. In the case of Diaspora* in Occitan, it would be a really good way to gather people that want to support the language and so we can collaborate in other projects together. In my opinion “working for the language” has to be done in Occitan so as to be coherent. That is why I prefer to use open-source software because I know that if I have some time, I can contribute and give my language other chances to be seen and used by people.

QP : Les gens n'ont pas encore vraiment essayé ce réseau social. J'aimerais qu'ils utilisent les outils disponibles en occitan, mais pour le moment on dirait que la présence de leur langue n'est un argument que pour un petit nombre d'utilisateurs. Dans le cas de Diaspora* en occitan, ce serait vraiment une bonne manière de rassembler les gens qui veulent soutenir la langue et de collaborer ensemble sur d'autres projets. Pour moi, “travailler sur une langue” doit être fait en occitan si on veut être cohérent. C'est pour ça que je préfère utiliser des logiciels libres, parce que je sais que si j'ai du temps, je peux y contribuer et donner à ma langue d'autres chances d'être vue et utilisée.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site