Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Singapour : ville ou pays ?

Singapore photo

Singapour. License: CC0 Domaine Public

Note de l'éditeur : Cet article datant de 2009 continue à totaliser un nombre record de vues sur Global Voices en anglais. C'est pourquoi notre contributeur Julien Meyer a eu envie de le traduire aujourd'hui en français. Tous les liens sont en anglais. Les liens d'origine, de sites aujourd'hui indisponibles ou hors-ligne, ont été conservés mais sont signalés comme tels dans l'article.

Singapour est-il est une ville ou un pays ? La question peut paraître sotte puisque Singapour est reconnu sur le plan international comme un État indépendant. Mais pour K. Shanmugam [indisponible], le ministre de la Justice, Singapour devrait être considéré comme une ville. Cette remarque a déclenché un débat dans la blogosphère.

Pendant sa conférence à l'occasion d'une rencontre avec la section internationale de l'association du barreau de l’État de New York, le ministre observait que beaucoup de gens critiquaient la domination du parti unique dans la politique de Singapour parce qu'ils comparaient Singapour à d'autres pays. Il a soutenu [indisponible] que Singapour devait être considérée comme une ville.

“…nobody questions whether there is a democracy in New York…. This is where most people make a mistake. I have tried to explain that we are different. We are a city. We are not a country.”

… personne ne remet en question le fait que New York soit une démocratie… qu'il y a une démocratie à New York. C'est là où la plupart des gens font une erreur [d'analyse]. J'ai essayé d'expliquer que nous étions différents. Nous sommes une ville. Nous ne formons pas un pays.

Cavalierio a accusé le ministre de la Justice de “tordre la logique” pour justifier l'exercice autoritaire du pouvoir en vigueur à  Singapour.

And now, for all our efforts and sacrifices put into creating a precious piece of country, we are told that we are not a country after all. It sounded vulgar; sounded like a shirking of responsibility, like a dereliction of duty.

Singapore, if you are not my country, who is?

Shanmugam’s motive was less lofty: he was arguing that Singapore’s political system shouldn’t be measured against the yardsticks of ‘a normal country’, where Singapore would invariably appear undemocratic. Instead, he argued, Singapore should be compared to ‘cities’ like Chicago, San Fransisco, and New York City – cities that have enduring one-party rule. Cities that are democratic.

Sometimes when we reach into the crux of the matter, we find that it is the old chestnut again. The old self-serving chestnut of authoritarian rulers pretending to be a democracy, twisting logic to suit one’s power.

So in the end, the answers that Shanmugam provided to his American guests last week, about our press, our judiciary, our political system, were non-answers really. Pertinent questions explained away in a camouflage of rational non-responses.

Et puis, après tous nos efforts et sacrifices pour créer ce précieux pays, on s'entend dire qu'au final nous n'en sommes pas un. [Cette déclaration] paraissait si vulgaire, ça avait tout l'air d'une fuite devant les responsabilités, d'un manquement au devoir.

Singapour, si ce n'est pas toi mon pays, qui l'est alors ?

Les raisons invoquées par Shanmugam n'était pas très nobles : il défendait l'idée selon laquelle le système politique de Singapour ne devait pas se mesurer à l'aune d'un ‘pays normal’, en face duquel invariablement il n'apparaîtrait pas démocratique. Il a en revanche défendu l'idée que Singapour devait être comparé à des villes comme Chicago, San Francisco et New York, autant de villes durablement dirigées par un seul parti. Ces villes sont [reconnues comme étant] démocratiques.

Lorsque l'on creuse parfois au cœur du sujet, voilà que resurgit la bonne vieille rengaine des dirigeants autoritaires qui prétendent être des démocrates, quitte à tordre la logique pour qu'elle se conforme mieux à leur pouvoir.

Au final, les réponses fournies par Shanmugam à ses hôtes américains la semaine dernière au sujet de notre presse, de notre système politique et judiciaire étaient vraiment des non-réponses. [Il a répondu] à des questions certes pertinentes, mais avec des non-réponses d'allure rationnelle.

Rachel Zeng demande à Shanmugam d'expliciter son opinion car elle n'a pas compris cette étape du raisonnement.

Personally, I find that a little difficult to swallow. If Singapore is not a country but a city, then which country is our city part of….

Well, I don’t get it. I will really appreciate it if our dear K Shanmugam will kindly enlighten us here since he has been paid so much to play a part in the governing of Singapore city.

Personnellement, je trouve ça un peu difficile à avaler. Si Singapour n'est pas un pays mais une ville, alors à quel pays appartient notre ville…

Bref, je n'y comprends rien. Je lui serai très reconnaissante si notre cher K Shanmugam  pouvait se donner la peine de nous éclairer sur ce point, d'autant qu'il a été grassement payé pour jouer un rôle dans le gouvernement de la ville de Singapour.

Livrant son commentaire sur le blog [de Rachel Zeng], Anon indique aux critiques qu'ils devraient commencer par lire l'intégralité de la transcription de la conférence de Shanmugam afin de mieux comprendre en contexte son affirmation, selon laquelle Singapour est une ville, et non un pays.

Read the transcript. When he spoke about Singapore being a ‘city’ rather than ‘country’ he was explaining why elections in Singapore were so lopsided despite us holding free and fair elections. He compared Singapore to cities in the USA, and how many cities in the US had a single party dominating elections for decades.

While he did say that Singapore “isn’t a country”, he certainly didn’t mean it that way!

Lisez la transcription. Quand il dit que Singapour est une “ville” plutôt qu'un “pays”, il expliquait pourquoi les élections à Singapour était si peu équitables même si nous jouissons d'élections libres et justes. Il a comparé Singapour à des villes des États-Unis (et combien d'entre elles ont vu un unique parti gagner toutes les élections pendant des décennies ?).

Quand il a dit que Singapour “n'était pas un pays”,  il ne l'a évidemment pas dit dans le sens [auquel vous pensez] !

Clement Tan montre sa déception quand Shanmugam, leader d'une génération montante [indisponible], lâche un propos aussi polémique.

I am very disturbed by what the Singapore Law Minister said… At least with Lee Kuan Yew and members of the older guard, I knew what I could expect from them- whether or not I actually agree with them, is another issue. But with K. Shanmugan, part of the newer generation of Singaporean political leaders, I'm not even sure if he actually believes, connects and knows what he's arguing for.

Je suis très gêné par ce qu'a dit le ministre de la Justice de Singapour… Au moins, avec Lee Kuan Yew et les membres de l'ancienne garde, je savais à quoi m'attendre – que je sois ou non d'accord avec eux, mais cela est une autre affaire. Mais avec K. Shanmugan, membre de la plus jeune génération de leaders politiques singapouriens, j'ai un doute et je ne suis même pas sûr qu'il y croie, qu'il s'associe sincèrement et se rende compte de ce qu'il défend.

The Temasek Review [site hors ligne] dissèque les points faibles des arguments de Shanmugam :

Did Mr Shanmugam make a “honest mistake” or a freudian slip? If Singapore is NOT a country, then are we still considered a sovereign and independent state? So which country owns the sovereign rights of the city of Singapore?

Singapore is unique in the sense that it is both a country and a city at the same time.

As an important minister in the Singapore cabinet, Mr Shanmugam’s words carry a lot of weight.

Why are Singapore males serving National Service when they are only defending a city and not their country? Who does our Prime Minister report to? What value does our pink IC have? Are we citizens of a country or residents of a city?

Monsieur Shanmugam a-t-il commis une “erreur de bonne foi” ou un “lapsus freudien” ? Si Singapour n'est PAS un pays, sommes-nous toujours considérés comme un État indépendant et souverain ? Sinon, à quel pays revient les droits souverains sur la ville de Singapour ?

Singapour est unique dans la mesure où c'est à la fois un pays et une ville.

Jouant un rôle important au sein du cabinet du gouvernement, les propos de monsieur Shanmugam pèsent d'un poids important.

Pourquoi les Singapouriens effectuant leur service militaire ne défendraient-ils que leur ville et non leur pays ? Auprès de qui notre premier ministre a des comptes à rendre ? Quelle est la valeur de notre carte d'identité rose ? Sommes-nous les citoyens d'un pays ou les habitants d'une ville ?

[A cette dernière question], le Journey of a Decade penche pour l'affirmative, Singapour est et a toujours été une ville :

Not say I say what.. This sentence seems to have angered quite abit of Singaporeans…. Lets get this straight… no one said anything about Singapore being a country. We have always been a city.

We have always been an island city state. I can understand how we often we hear things like defending the country among others….it is not exactly correct. It should be defending the city.

“Je n'ai pas dit ce que j'ai dit”…. Cette phrase semble avoir contrarié pas mal de Singapouriens…Disons les choses franchement. Personne n'a jamais dit que Singapour est un pays. Nous avons toujours été une ville.

Nous avons toujours été une Cité-État insulaire. Je peux comprendre que nous entendons trop souvent des propos tels que “la défense du pays avant toute chose” etc, mais ce n'est pas tout à fait exact. [En toute rigueur], on devrait plutôt parler de la défense de la ville.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site