Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Pas de consensus en Éthiopie sur l'élection du Dr. Tedros comme Directeur Général de l'OMS

Des ressortissants de la diaspora éthiopienne manifestent à Genève contre le directeur général de l'OMS fraîchement élu. 22 mai 2017. Image: Ecadf Ethiopia.

En dépit d'une intense campagne menée contre lui par quelques uns de ses collègues et compatriotes, le Dr. Tedros Adhanom Ghebreyesus d’Éthiopie sera le prochain directeur-général de l'Organisation Mondiale de la Santé(OMS).

Communément appelé par son prénom, Tedros a battu haut la main le candidat britannique le Dr. David Nabbaro, à l'issue d'un vote à deux tours des pays membres lors de la 70ème Assemblée de l'Organisation Mondiale de la Santé à Genève. Il est le premier Africain à accéder à ce poste.

Toutefois, pour les Éthiopiens s'opposant à Tedros,son élection ne fut pas un moment de triomphe. Ses détracteurs, évoquant son passé de ministre de la santé et des affaires étrangères de son pays, disent qu'il fut complice des arrestations et tortures par le pouvoir éthiopien des leaders politiques et citoyens ayant remis en cause le statu quo. Ils craignent que son accession au poste le plus important de l'organisation de santé publique des Nations Unies, celui de Directeur Général, ne rendent légitimes les actions des autorités éthiopiennes sur le plan mondial.

Leçon essentielle de la campagne du Dr Tedros pour l'OMS. Deux armées sont nécessaires à un Africain en guerre. Une pour affronter l'ennemi, une autre pour se dépatouiller de ses compatriotes

Durant des mois, les opposants ont mené une farouche campagne en ligne visant à bloquer la candidature de Tedros, et aboutissant à des manifestations à Genève ce mois. Juste avant le vote, des groupes membres de la diaspora éthiopienne ont envahi les rues autour des bureaux des Nations Unies, brandissant des drapeaux et exhibant des banderoles avec des slogans tels que “Les criminels ne sont pas des soignants!” et “Pas de Tedros à l'OMS!”.

La veille de l'élection, un perturbateur a crié, “Pas de Tedros pour l'OMS ; c'est une parodie pour l'humanité et l'Afrique réfléchissez bien.”

La 70e Assemblée de l'OMS interrompe par un militant anti-Tedros appelant les Etats membres à “bien réfléchir”

Pendant ce temps à Addis Abeba, la capitale éthiopienné, les partisans du gouvernement attendaient anxieusement les résultats de élection, s'interrogeant sur l'impact des nombreux articles de presse sur les allégations de dissimulation du choléra concernant Tedros et la vive opposition des groupes de la diaspora éthiopienne.

Les campagnes de dénigrement ne marchent pour personne ! Le docteur Tedros est hautement qualifié pour diriger l'OMS. Cardiologue pour le docteur Tedros

Heureusement pour les fidèles de Tedros, ses adversaires ont été incapables de persuader assez de membres de l'OMS de lui retirer leur soutien.

Allocution du Dr. Tedros Adhanom Ghebreyesus à Chatham House. Photo Chatham House via Wikipedia image. Licence Creative Commons Attribution 2.0 Generic.

Une victoire qui divise, un pays divisé

Cinq mois après que le parti politique de Tedros eut proclamé une victoire électorale totale en 2015, le pays s'embrasa en manifestations qui durèrent presque une année. Selon Human Rights Watch, au moins 800 personnes moururent, et un millier d'opposants politiques furent emprisonnés et torturés.

Depuis octobre 2016 et la déclaration de l'état d'urgence, le gouvernement éthiopien, auquel Tedros participa jusqu'au 1er novembre 2016, a imposé les lois de censure parmi les plus répressives au monde.

Vous avez remporté une élection libre, félicitations. A présent, pourquoi n'essayez vous pas [cette liberté] ici en Éthiopie ?

Des protestataires réclament plus de respect et d'autonomie pour le groupe ethnique des Oromo, qui sont souvent exclus du processus de décision du pays.

En fait , les attitudes ethnocentriques ont joué un rôle important dans le brillant parcours de Tedros à l'OMS. Tedros est un membre dirigeant du Front de Libération du Peuple Tigré (TPLF), le parti dominant au sein du régime au pouvoir en Éthiopie. Son ascension fulgurante commença dés la fin de son doctorat en 1999, lorsqu'il fut chargé de diriger le département de la santé de la région de Tigré. Après deux années, il fut promu au ministère de la santé par l'ancien Premier Ministre Meles Zenawi, lui-même un Tigré. En 2012 à la mort de Meles Zenawi, Tedros devint le ministre des affaires étrangères de l’Éthiopie.

Le Tigré est une des neufs régions-États qui sont fédérées sur la base de leurs compositions ethnolinguistiques. Durant les 26 dernières années, les élites Tigré ont joué un rôle central dans les affaires politiques en Éthiopie, et cela en grande partie grâce à leur contrôle de l'économie et des forces armées.

Bien que ne constituant que 6% de la population éthiopienne, tous les postes de responsabilité de l'appareil sécuritaire et militaire national — de même que les postes les plus importants dans les autres institutions de l’État — sont occupés par les élites tigréennes. A l'inverse, la plupart des membres des élites des Oromo et des ethnies Amhara, qui ensemble forment 65 %  de la population en Éthiopie, sont soient exilés ou emprisonnés.

Ce déséquilibre a été un sujet de controverse durant des années, et certains voient en l'élection de Tedros la normalisation du pouvoir de la minorité en Éthiopie. Les partisans de Tedros, en revanche, estiment que ses détracteurs sont purement sectaires et envieux de la réussite de l'un de leur proches sur le plan mondial.

Ceux qui ont battu campagne avec passion contre Tedros rejettent ces allégations, en affirmant qu'ils encouragent toujours les athlètes éthiopiens sur la scène internationale, sans tenir compte de leur origine ethnique. Par exemple, Abbaacabsaa Guutamaa, expliqua sur Facebook:

A propos, nous nous sommes opposés au Dr.Tedros pas parce que le poste de Directeur Général de l'OMS est quelque chose de si puissant et d'une si grande importance. Dans les faits, le budget de l'OMS est moindre que la moitié de celui d'un bon hôpital aux États-Unis et notre opposition était un acte de combat pour la justice et avait pour but de saisir une occasion de révéler au monde les crimes du TPLF par le visage de ce monsieur. Nous avons fait du bon travail à cet égard.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site