Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Un projet photographique de lycéens macédoniens superpose des lieux la première guerre mondiale, jadis et aujourd'hui

Photo d'enfants en 1917, marchant le long du fleuve Dragor, à Bitola, et la même rue en 2017. L'un d'eux porte un casque de l'armée française. Image utilisée avec autorisation.

Des lycéens de Bitola, ville située dans le sud de la Macédoine, ont réalisé des montages de photos afin de raviver les mémoires collectives locales de la Première Guerre Mondiale.

Il y a 100 ans, la Macédoine faisait partie de ce que l'on appelait le Front de Macédoine, également connu comme le Front de Salonique [autre nom de la ville grecque de Thessalonique] ou Front d'Orient, et qui se situe plus ou moins le long de la frontière actuelle avec la Grèce. Entre mars et octobre 1917, la ville de Bitola, alors aux mains des Alliés, fut dévastée par treize bombardements d'artillerie des Empires Centraux, utilisant notamment des gaz toxiques.

En 2017, des élèves qui participaient au projet qui a permis aux enfants de plusieurs villes d'en savoir plus sur cette période de l'histoire, ont préparé une exposition de photos de la ville de Bitola d'alors et d'aujourd'hui. Le projet consiste à superposer des photos de leur ville prises entre 1917 et 1918, et des photos de ces mêmes lieux en 2017.

Les photographies en question montrent comment la ville de Bitola a changé en 100 ans. Elles ont ainsi attiré l'attention de différents réseaux sociaux, après que certaines photos eurent été publiées sur le site Bored Panda.

A côté des photographies, on trouve également d'autres “souvenirs” de cette période historique : des munitions non explosées telles que grenades, boulets de canons et bombes continuent à joncher la zone. Les habitants continuent de déterrer de ces dangereux engins au moins une fois par an.

Projection de superpositions de photos anciennes sur un contexte nouveau. Photo de ALDA – Skopje, utilisée avec autorisation.

Le projet dans sa totalité a regroupé différents groupes d'étudiants des villes de Skopje, Tetovo, Strumica et Bogdanci, qui avec ceux de Bitola, ont participé à des ateliers basés sur la méthodologie de construction de la paix et ont exploré les anciens champs de batailles grâce à des visites organisés de ces lieux. Ensuite chaque groupe a choisi une méthode différente pour montrer ce qu'ils avaient appris, en produisant notamment une brève vidéo, une carte interactive ou encore le journal d'un soldat.

Le fait d'enseigner à des jeunes les horreurs vécues par les gens ordinaires en période de guerre, permet de les convertir en agents actifs de la prévention de nouveaux conflits. C'est d'autant plus important à l'heure où les nationalistes continuent de rouvrir de vieilles blessures des récentes guerres dans les Balkans, notamment celles de l’insurrection albanaise de 2001 en Macédoine, afin de mobiliser des soutiens politiques.

Photographie montrant des soldats alliés marchant le long de la rue principale de Bitola, il y a 100 ans. Utilisée avec autorisation.

Global Voices a obtenu l'autorisation de reproduire les photographies grâce à l'Association des Agences Locales de la Démocratie (ALDA) – à Skopje, et qui a mis en oeuvre le projet avec l'aide de l’ambassade britannique à Skopje. Les participants à ce projet incluent le professeur Iljo Trajkovski et les élèves Viktorija Vodilovska, Eva Kraus, Vesna Trajchevska, Marijan Kotevski, Blagoj Janakievski et Gorazd Dimovski.

Les habitants de Bitola sont fiers de préserver certains bâtiments anciens, construits pendant que leur ville était une capitale provinciale de l'empire ottoman et le siège de différents consulats étrangers. Le bâtiment présent sur la photo sert de conservatoire de musique. Utilisée avec autorisation.

Photos du Club de l'Armée, construit en 1911, en 1917 et en 2017. Utilisée avec autorisation.

Le bout de photo noir et blanc montre l'autre côté de la rue. Utilisée avec autorisation.

Certains bâtiments endommagés par les bombardements de 1917 furent réparés et ont survécu. Utilisée avec autorisation.

Une scène de l'ancien bazar de Bitola. Utilisée avec autorisation.

Officiers en uniformes britanniques et serbes marchant dans Shirok Sokak, la principale rue commerçante de Bitola. Utiliséz avec autorisation.

Maison préservée à Bitola. Utilisée avec autorisation.

Maison probablement utilisée par l'armée, où l'on aperçoit un drapeau britannique, il y a 100 ans. Utilisée avec autorisation.

Photos d'enfants posant devant l'église Saint Dimitri, à Bitola. Utilisée avec autorisation.

Officiers serbes en voiture dans le centre de Bitola le long du fleuve Dragor. Utilisée avec autorisation.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site