Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Ce que les commentaires sur YouTube révèlent sur les langues irlandaise et same

Capture d'écran de la vidéo Avicii Vs Lurgan – “Wake Me Up” en irlandais.

La version originale de cet article fut publiée sur r12n sur Medium.

YouTube compte d'innombrables reprises de chansons populaires par des amateurs, depuis les adolescents grattant des guitares dans leurs chambres aux petits groupes se produisant dans des bars. Cependant, peu de reprises attirent des millions de vues et des éloges des artistes originaux.

Il y a quelques années, les étudiants d'une université d'été irlandaise ont posté une reprise du hit du DJ suédois Avicii Wake me up“, qui avait fait sensation. Chantée en gaélique irlandais (gaeilge), elle est rapidement devenue la vidéo la plus regardée dans cette langue.

En tant que sociolinguiste intéressée par les langues minoritaires, j'ai exploré la façon dont cette pratique émergente qu'est la publication de vidéos de reprises musicales dans ces langues sur YouTube influence (et est influencée par) les questions d'identité nationale, d'attitude vis-à-vis des langues et de pratiques de revitalisation. L'accès à de nouveaux médias et genres peut contribuer à changer les attitudes et les émotions liées aux langues minoritaires, souvent considérées démodées et peu séduisantes. À travers son caractère interactif, en offrant la possibilité de commenter les vidéos, YouTube ouvre également une fenêtre sur le paysage émotionnel changeant autour des langues.

Une analyse de la conversation autour de cette version irlandaise de “Wake Me Up” et d'une autre reprise, celle-là en same, montre comment ces interprétations suscitent enthousiasme, admiration, amour, solidarité et fierté. En même temps, un examen approfondi de ces commentaires révèlent la façon dont cet espace apparemment “heureux” est divisé en, et au sein de, groupes ethnolinguistiques empreints de mépris, de colère et de honte, souvent engendrés par des actes de “nationalisme quotidien” liés aux histoires coloniales de l'Irlande et de la Finlande.

L'irlandais et le same

La Laponie, région traditionnellement habitée par les Samis. (Image CC BY-SA 3.0, originale de Wikimedia Commons)

Ces deux langues sont des langues minoritaires situées à la périphérie de l'Europe.

Bien que l'irlandais soit la première langue officielle de la République d'Irlande, il joue un rôle marginal dans de nombreux aspects de la vie quotidienne comme les affaires et les médias, pour lesquels la langue dominante est l'anglais.

La Laponie, où vivent les Samis, s'étend au nord de la Norvège, de la Suède et de la Finlande et jusqu'au nord-ouest de la Russie. Parmi les neuf langues sames, trois ont un statut officiel dans la zone de la Laponie située en Finlande. La Finlande possède deux autres langues nationales, le finnois et le suédois. La langue same la plus dynamique, le same du Nord, possède environ 30.000 locuteurs. Les autres langues sames n'en comptent que quelques centaines, et les neuf langues ont toutes un statut de langue en danger.

Les trajectoires historiques du same et de l'irlandais ressemblent à celles de nombreuses autres langues minorisées, incluant la marginalisation et la stigmatisation délibérées de la part des états-nations dominants et, dans les dernières décennies, des tentatives de revitalisation, surtout parmi les plus jeunes.

Avicii vs Lurgan  :  “Wake Me Up” en irlandais

La vidéo irlandaise est intitulée « Avicii vs Lurgan – “Wake Me Up” as Gaeilge » et est une reprise du hit mondial “Wake Me Up” du DJ et producteur suédois Avicii. La version irlandaise est une coproduction des enseignants et des étudiants de Coláiste Lurgan, une école d'été irlandaise à but non lucratif mais financièrement indépendante dans le Gaeltacht, la région irlandophone sur la côte ouest de l'Irlande.

La production de versions irlandaises de chansons populaires fait partie du cursus de Coláiste Lurgan depuis des années. La vidéo Avicii vs Lurgan n'est donc pas un cas unique. En revanche, l'attention qu'elle a attirée des médias et l'incroyable popularité qu'elle a atteinte la rend spéciale : la représentation fut complimentée par des journaux et des magazines en ligne, des stations de radio l'ont ajoutée à leurs listes de titres non seulement en Irlande, mais aussi en Australie et au Canada. Enfin, une partie du groupe fut même invitée à se produire sur le Late Late Show, une émission de la chaîne nationale RTÉ1.

Avicii lui-même apprécia la prestation et en publia un lien sur sa page Facebook avec le commentaire « Celle-ci est trop cool !  Je n'en comprends pas un mot mais j'adore. » Sur YouTube, la vidéo a été vue deux millions de fois en deux mois. Trois ans plus tard, elle dépasse cinq millions de vues et 5.500 commentaires. Bien que la plupart de ceux-ci soient en anglais, environ un millier sont en irlandais ou incluent de l'irlandais, et quelques autres sont dans d'autres langues comme l'espagnol, le russe et l'allemand.

« Leivänmuruseni »

La vidéo same est une parodie de la chanson « Missä muruseni on » (« Où est celle que j'aime ») interprétée par la chanteuse pop finnoise Jenni Vartiainen. Le clip « Leivänmuruseni » (« Ma miette de pain ») se réfère de façon humoristique aux difficultés associées au mode de vie traditionnel sami.

La vidéo fut téléchargée sur YouTube à l'automne 2011 en tant que bande-annonce de la série télévisée comique Märät säpikkäät/Njuoska bittut conçue, écrite et présentée par deux jeunes femmes samies, Suvi West et Kirste Aikio. Cette série fut la première “comédie samie” diffusée aux heures de grande écoute à la télévision nationale finnoise et fut largement remarquée et promue par les journaux et magazines. Cette vidéo apparaît dans le premier épisode et démarre une série de parodies musicales similaires.

En quatre ans, elle fut regardée environ 320.000 fois et collecta 230 commentaires. La plupart sont en finnois, certains autres, courts, en same et en anglais, et un en espagnol.

Perceptions du sentiment d'identité irlandaise et samie dans les commentaires

Comme on peut s'y attendre, le principal thème des commentaires concerne la qualité des prestations elles-mêmes. La grande majorité des commentaires des deux vidéos est positive.

Une seconde catégorie de commentaires aborde la perception de leurs auteurs de leur propre identité irlandaise ou samie.

Bien que les Irlandais s'identifient généralement comme tels de façon positive, les commentaires montrent bien plus que cela : c'est de la fierté devenue virale. Ce qui semble se passer se résume dans cette recommandation : « Continuez à l'écouter et parlez-en autour de vous, elle fait ressortir l'identité irlandaise en nous :) ».

On trouve pourtant aussi des tentatives de délimiter le « droit à la fierté » : s'attribuer de la légitimité en excluant ceux qu'on ne considère pas assez irlandais :

Makes me proud to be irish🍀✌🙋 And yes I was born, raised and still live in Belfast, Ireland🍀✌Im not an american who thinks they are half irish because their aunties cousins goldfish nextdoor neighbour was a quater irish :/”

Ça me rend fier d'être irlandais 🍀✌🙋 Et oui, je suis né, ai grandi et vit toujours a Belfast, en Irlande 🍀✌ Je ne suis pas un Américain qui se croit à moitié irlandais parce que sa tante cousine poisson rouge ou voisin est un quart irlandais :/

D'autres échanges réunissent les caractéristiques du discours haineux et opposent les Irlandais aux Anglais et aux “West Brits” (irlandais anglophiles).

L'ethnicité est bien moins prononcée dans le contexte sami/finnois. Ici, un commentateur appartenant probablement à la majorité finnoise souhaite que « les Samis puissent enfin être fiers de leur patrimoine culturel ».

Fierté, solidarité et exclusion liées au niveau de maîtrise de la langue

Dans les deux cas, les interprétations ont généré de nombreux commentaires positifs sur les deux langues.

Dans le contexte finnois, plusieurs commentaires louant et défendant la langue same ne sont pas venus des Samis eux-mêmes, mais de la majorité finnoise qui s'oppose à la position du suédois en Finlande. Dans cette discussion, l'amour du same est inspiré par la haine du suédois et, plutôt que d'unir, il crée des divisions “au nom de l'amour”.

Dans le contexte irlandais, la capacité à parler irlandais est un thème d'engagement émotionnel en lui-même. Alors que les expressions de fierté, de joie et de solidarité qui forge des liens entre ceux (qui se considèrent) capables de parler irlandais, ces mêmes expressions excluent ceux qui ne connaissent pas la langue ou ne la parle pas aussi bien.

I am Irish but am ashamed to say I don’t understand a word of this but i still love it….

Je suis irlandais mais à ma honte je ne comprends pas un mot de [cette vidéo] mais je l'aime quand même…

Pris ensemble, ces deux cas montrent comment des reprises musicales peuvent influencer positivement les attitudes et les émotions liées aux langues minoritaires, à leurs locuteurs et à leurs origines ethniques ou nationales. En même temps, ils démontrent la façon dont ces prestations, publiées sur des plate-formes de médias sociaux, peuvent également propulser la reproduction du nationalisme ordinaire et des divisions sociales.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site