Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Les 20 ans de la réunification avec la Chine… ou de la chute de Hong Kong ?

Compte à rebours 2047. Pas de feux d'artifice à Victoria Harbour. Image par Add Oil Team.

Le samedi 1er juillet 2017 marque le 20ème anniversaire de la rétrocession de Hong Kong à la Chine par le Royaume-Uni.

Officiellement, c'est l'occasion de célébrer la fin de la domination coloniale ainsi que la réunification avec la mère patrie. Le message est clairement reflété dans les décorations affichées à travers la ville et dans les chansons sur ce thème ayant fait leur apparition ces derniers mois.

Cependant, de nombreux citoyens perçoivent plutôt cette date comme celle de la chute de Hong Kong sous l'influence du régime autoritaire chinois. Il est évident que de nombreux Hongkongais sont mécontents de la situation actuelle pour plusieurs raisons.

Le débat politique sur les personnes autorisées à voter pour élire le dirigeant de la ville n'est toujours pas résolu. Actuellement, seul un comité restreint d'électeurs dispose de ce droit. Pékin cherche également à contrôler la nomination des candidats, le vote venant seulement après une première sélection faite par le gouvernement. Un grand nombre de citoyens de Hong Kong souhaite au contraire avoir son mot à dire dans toutes les étapes du processus électoral.

Les larges manifestations pro-démocratiques surnommées “la révolution des parapluies“, qui ont occupé le centre-ville de Hong Kong pendant trois mois à la fin de l'année 2014, n'ont pas réussi à faire changer la politique de Pékin vis-à-vis de Hong Kong. Le sentiment de peur qui règne parmi les opposants n'a fait que s'amplifier après la disparition de cinq libraires en Thaïlande, en Chine et à Hong Kong courant 2015. Lorsque ces personnes sont finalement réapparues, elles étaient détenues par les autorités chinoises pour “aider à une enquête sur la vente de publications illégales”. Nombreux sont ceux qui y ont vu une atteinte à l'autonomie de la ville, pourtant inscrite dans la Loi fondamentale de Hong Kong.

Avec Pékin tentant d'établir une influence idéologique sur Hong Kong, la culture et l'éducation sont là aussi des champs de bataille privilégiés. Les camps pro-Pékin et pro-démocratie s'affrontent régulièrement sur le choix entre le pǔtōnghuà (ou mandarin standard, la langue officielle de la République populaire de Chine) et le cantonais (la langue majoritaire à Hong Kong) comme langue d'instruction. Des divergences sur les programmes scolaires et le système d'examens existent également.

De plus, les capitaux chinois ayant afflué vers le centre financier qu'est Hong Kong ces dernières années, les prix de l'immobilier se sont envolés et les inégalités salariales continuent de se creuser. Au lieu d'essayer d'arranger la situation à travers des taxes et des réformes sociales, le gouvernement continue à encourager le développement immobilier comme moyen de réduire ces tensions économiques. Dans ce contexte, l'exploitation des espaces verts et des parcs nationaux pour construire de nouveaux bâtiments fait débat.

Un espace public nettoyé de tout signe d'activité politique

À l'approche de la journée de commémoration, des activistes ont montré leur frustration en recouvrant la fameuse statue du bauhinia d'or d'un gigantesque tissu noir et en organisant une manifestation sur Bauhinia Square où la cérémonie du 1er juillet se déroulera.

Bien entendu, le président chinois Xi Jinping, en visite à Hong Kong du 29 juin au 1er juillet pour la cérémonie de commémoration et pour l'investiture de Carrie Lam, nouvellement nommée Chef de l'exécutif, n'a pas vu l'action symbolique des manifestants. Les 26 participants ont rapidement été déplacés et le quartier de Bauhinia Square a été isolé à l'aide d'énormes barricades.

Selon les médias locaux, au moins 9.000 officiers de police seront présents à travers la ville durant les célébrations. En plus des mesures de sécurité habituelles, les agents ont reçu l'ordre “d'éviter toute gêne pour les dirigeants” : les slogans politiques sensibles devront donc être hors de vue du président Xi Jinping.

Toute activité pro-indépendance étant évidemment sensible, la veille organisée le 30 juin par le Parti national de Hong Kong à la Tour de l'Horloge Tsim Sha Tsui a elle aussi été interdite.

Même le rally annuel du 1er juillet organisé par le Civil Human Right Front, une alliance démocratique, a été mis de côté puisque le point de ralliement habituel à Victoria Park est cette année réservé à un groupe pro-Pékin dans le cadre de l'exposition de la fusée Long March 1.

Enfin, de nombreux militants inscrits sur une liste de surveillance ont été suivis par des officiers en civil et ont été interpellés dans la rue. À ce jour, l'un d'entre eux a été arrêté pour possession d'un cutter et d'autres outils.

Célébrations alternatives sur les réseaux sociaux

Malgré le harcèlement auquel ils doivent faire face, de nombreux activistes hongkongais ont réussi à exprimer leur frustration à travers de petits actes de résistance. La formule “20ème anniversaire de la chute de Hong Kong” a par exemple été inscrite à la bombe sur des pancartes du quartier de Mongkok et sur des bannières de commémoration. La police a immédiatement arrêté 3 hommes pour avoir endommagé des biens publics.

Les rues ayant été envahies de décorations officielles, les réseaux sociaux sont devenus un espace de commémoration alternative.

En parallèle des feux d'artifice d'une valeur d'un million et demi de dollars qui seront lancés à 20 heures le 1er juillet, un collectif d'artistes a prévu de diffuser en direct un événement intitulé “Pas de feux d'artifice sur Victoria Harbour” entre 19h45 et 20h45. Voici le message qu'ils ont publié sur Facebook :

2017年,七一晚上的維多利亞港,該是什麼模樣?在我們心目中,它應該「如實」反映這座城市的情緒、平靜的,而且不可能有煙花。我們邀請各位,在這個現實世界,維港上空煙花盛放之際,來看看我們構想的平行世界中、一個沒有煙花但跟日常稍有不同的維港[…]

À quoi devrait ressembler Victoria Harbour le 1er juillet 2017 au soir ? Nous pensons que l'endroit devrait refléter l'esprit de notre ville : calme et sans feux d'artifice. Nous vous invitons à découvrir un monde parallèle où aucun feu d'artifice n'explose au-dessus de Victoria Harbour, tandis qu'au même moment dans le monde réel, le ciel s'allumera.

Certains artistes participant à ce projet avaient également contribué à une installation présentée l'année dernière, qui affichait un compte à rebours jusqu'à 2047 sur la façade d'un immeuble. Dans la déclaration conjointe sino-britannique, Pékin a en effet promis que la règle “Un pays, deux systèmes” qui garantit l'autonomie de Hong Kong s'appliquerait sans changement pendant 50 ans. L'installation controversée comptait les secondes jusqu'à l'arrivée de la date fatidique : le 1er juillet 2047.

Sur les réseaux sociaux, on tourne également en dérision la propagande officielle. @badiucao, un dessinateur politique reconnu, a posté plusieurs illustrations sur le 20ème anniversaire de la “chute de Hong Kong”. En voici une ci-dessous :

Dessin de #Badiucao : Bienvenue au 20ème anniversaire de la chute de Hong Kong : barricades et répression politique. Xi est arrivé à Hong Kong aujourd'hui, comment les Hongkongais devraient-ils l'accueillir ?

L'une des chansons du 20ème anniversaire, lancée par l'agence de presse nationale Xinhua, a été tournée en ridicule par les internautes. Le refrain de cette chanson, qui parle du drapeau hongkongais, est le suivant :

最愛紫荆加襯紅色的底
滿載底氣作為內心依歸,
艷美紫荆融入五星永不腿
閃閃星際耀眼之最

J'aime la bauhinia [la fleur de Hong Kong] avec le rouge derrière,
Et son esprit guidera nos coeurs.
Les cinq pétales de la belle bauhinia ne tomberont jamais,
Elle deviendra l'étoile la plus étincelante de la galaxie.

L'expression “rouge derrière” signifie “sous-vêtements rouges” en Cantonais et désigne également les personnalités hongkongaises qui sont secrètement membres du Parti communiste chinois. Voilà par exemple une parodie de la chanson :

L'interprétation qu'un de mes amis a faite du rap #UnPaysDeuxSystèmes : “J'aime la bauhinia avec le rouge derrière”

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site