Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

La Turquie d'Erdogan supprime l'enseignement de la théorie de l'évolution à l'école

Photographie de Recep Tayyip Erdogan prise sur r4bia.com. Licence Creative Commons.

Sauf mention contraire, les liens de cet article envoient vers des pages en anglais.

Bien que les précédentes réformes de l'éducation menées par le parti conservateur AKP (Parti de la justice et du développement) aient semblé indiquer plus d'inclusivité, les mesures actuelles prennent une direction beaucoup plus dérangeante.

Non content d'avoir renvoyé environ 45.000 membres du personnel du Ministère de l'éducation à la suite du coup avorté de juillet dernier, le parti au pouvoir cherche maintenant à faire tomber Darwin.

Le mois dernier, le gouvernement a annoncé que la théorie de l'évolution serait supprimée [fr] des programmes scolaires turcs jusqu'à l'université.

Cette annonce s'ajoute aux preuves citées par les laïcs inquiets suggérant que le système éducatif turc est en train d'être remodelé pour s'aligner sur la volonté du président Erdogan d'élever « des générations pieuses » et de construire une « nouvelle Turquie ».

Les efforts menés pour réorganiser les programmes scolaires du pays suivant une ligne plus religieuse ne sont cependant pas nouveau et datent d'au moins février 2012.

En revanche, ce qui a changé depuis est la position apparemment inattaquable du président Erdogan après la tentative de coup d'état et le referendum.

« Nouvelle Turquie »

Malgré sa majorité désormais réduite et la polarisation croissante de l'électorat turc, ou peut-être à cause d'elles, l'AKP fait avancer son agenda plus agressivement que jamais.

Les réformes de l'éducation vont également ancrer la version du gouvernement du coup d'état de 2016 dans les programmes et réduire le volume horaire dédié au fondateur de la Turquie moderne Kemal Atatürk.

L'inscription forcée d'élèves d'école primaire dans les écoles religieuses d'état controversées [les lycées imam-hatip, dédiés à la formation des personnels religieux, NdT] est une autre particularité de ce nouvel agenda sur l'éducation.

En 2010, le gouvernement de l'AKP avait été félicité par à la fois les libéraux et les conservateurs pour la levée de l'interdiction du port du voile dans les universités. Cette décision avait permis aux femmes issues de familles musulmanes pratiquantes de recevoir une éducation supérieure.

Les écoles imam hatip, elles, ont essuyé des critiques car elles découragent les jeunes filles de poursuivre leur éducation. Les laïcs voient dans le rôle grandissant de ces écoles dans le système éducatif turc un autre signe de la tentative de refonte du pays par l'AKP à sa propre image, traditionnelle.

Une menace qui évolue

D'après le responsable des programmes scolaires pour le Ministère de l'éducation turc, l'enseignement de l'évolution dans les écoles est « controversé ». Mais les opposants à cette mesure se sont rapidement rangés du côté de la science.

Ils ont supprimé l'évolution du programme, les cours de biologie ont été réduits de 33 % alors que les cours de religion ont été augmentés de 100 %. Si Dieu le veut nous allons bientôt être en avance sur l'Iran.

Ils suppriment les cours de théorie de l'évolution. Je ne me demande pas ce qu'ils vont enseigner à nos enfants.

Il n'y aura plus de cours sur l'évolution. Mais il va y avoir des cours sur le droit pénal de la Sharia et la religion. C'est ce que veut dire « Nouvelle Turquie ».

Classe de biologie, premier cours, premier transparent : l'évolution est un fait et ne peut pas être contestée. Ça fait 29 ans que je m'en souviens. Le professeur avait raison.

Les réactions internationales sont également critiques :

Erdogan continue de changer l'identité de la Turquie en effaçant l'évolution de l'éducation du pays.

L'interdiction de l'enseignement de l'évolution ne s'applique pour le moment qu'aux écoles, mais beaucoup craignent que les universités soient également visées par un remaniement gouvernemental majeur. Des milliers d'universitaires ont perdu leur emploi après le coup militaire, et 15 des 180 universités du pays ont été fermées.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site