Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

La super-héroïne latina et queer de Marvel suscite éloges, critiques et bien plus

Couvertures des premiers tomes de la série de bandes dessinées America. Extrait de la boutique en ligne de Marvel.

Une nouvelle série de bandes dessinées a fait ses débuts plus tôt dans l'année avec America Chavez, le premier personnage féminin, latino et queer à apparaître dans l'univers Marvel.

Beaucoup de lecteurs ont acclamé la nouvelle, affirmant que la série donnera l'occasion d'aborder des sujets comme l'immigration, l'identité et la sexualité, justement à un moment de fortes tensions politiques et sociales aux États-Unis.

D'autres ont cependant soutenu que l'accent a été mis sur l'identité au détriment de l'histoire.

La série America Chavez n'est pas seulement centrée sur l'identité, mais aussi sur l'idée de la découverte de soi. Selon la présentation de Marvel sur leur site, America n'est pas seulement une super-héroïne qui terrasse les méchants, mais qui croit aussi en l'éducation et la connaissance de soi : « Que fait une adolescente dotée de super-pouvoirs quand elle cherche à s'épanouir ? Elle va à l'université ! »

Mlle America Chavez. C'est la seule héroïne et personnage principal d'une histoire queer de Marvel, et l'une des seules femmes racisées queer à avoir une BD solo.

La série, écrite par la romancière Gabby Rivera et illustrée par Joe Quinones, a attiré l'attention d'un large éventail de médias en ligne consacrés à la fois aux communautés LGBTQ et latinos. Les auteurs expliquent dans le Huffington Post qu'ils voulaient que les couvertures de livre mélangent plusieurs références culturelles avec des « images emblématiques allant des Beatles à Celia Cruz […] Nous avons discuté de personnes qui ont eu un impact énorme sur la culture américaine tout en existant à l'intersection de nombreuses identités » :  

America Chavez will not be the only character in the book with an intersecting identity,” Rivera said. “She will not be the sole representation of queer people and women and Latinas. There will be communities of folks all around her testing their super powers and finding strength within themselves. We’ve been very intentional with reflecting different body types and gender presentations. Our characters are black, Afro-Latinx, Asian, mixed and everything in between — like literally running the gamut of melanin, you know?

« America Chavez ne sera pas le seul personnage dans le livre avec une identité croisée », a déclaré Rivera. « Elle ne sera pas la seule représentation des personnes queer, des femmes et des latinas. Il y aura des communautés de gens tout autour d'elle testant leurs super pouvoirs et découvrant leur propre force. C'était tout à fait notre intention de refléter différents types de corps et de présentations de genre. Nos personnages sont noirs, afro-latinx, asiatiques, métisses et tutti quanti – couvrant littéralement tout l'éventail de la mélanine, vous voyez ? »

L'auteure a souligné que la construction du personnage a également rempli son rêve de voir les femmes « comme elle » dans les bandes dessinées : des femmes racisées, complexes, et avec des courbes.

« Donnez-moi une BONNE HISTOIRE avec de BONS PERSONNAGES ! »

L'histoire et le personnage, cependant, n'ont pas échappé à la critique ni la controverse. Les premiers numéros ont reçu des critiques sévères en ligne, disant que la série met « la question de genre avant la qualité de l'histoire ». Des commentaires sous certaines critiques vidéos et des articles sur la série critiquaient la rédaction et ont jugé que s'être autant concentré sur l'identité sexuelle et culturelle d'America Chavez à ce point mine en fait la cause qu'elle cherche à défendre :

The dialogue was terrible, the Spanglish was racist (at best), the plot jumped around between various irrelevant points with little connection, the political commentary was a subtle as a sledgehammer, and there wasn't a single character with any sort of development (other than “random girlfriend whom the reader never gave a reason to care about broke up with the protagonist, in what might be one of the least realistic exchanges of dialogue ever written”).

The author is apparently hoping that “MINORITY LESBIAN YASSSS!!” will be enough to cover up for her complete inability to write either characters or plot lines, but this comic is so completely terrible in every aspect that I doubt she'll get away with calling everyone who points out its plethora of flaws “racist/homophobic”.

Le dialogue était horrible, le spanglish [anglais hispanisé] était (au mieux) raciste, l'intrigue saute entre différents sujets non pertinents avec peu de connexion, le commentaire politique était subtil comme un marteau, et il n'y avait pas un seul personnage avec une sorte de profondeur (autre que « petite amie sortie de nulle part pour laquelle le lecteur n'a jamais donné aucune raison de s'en soucier qui rompt avec le protagoniste, dans ce qui pourrait être l'un des échanges les moins réalistes de dialogue jamais écrit »).

L'auteur espère apparemment que « LESBIENNE MINORITAIRE YASSSS !! » sera suffisant pour masquer son incapacité complète d'écrire soit des personnages, soit des trames narratives, mais cette bande dessinée est tellement terrible dans tous les aspects que je doute qu'elle va s'en sortir en traitant tous ceux qui en soulignent la panoplie de défauts de « racistes / homophobes ».

Les complexités de la représentation ont également été largement discutées par certains commentateurs sur YouTube, qui ont affirmé que donner la primauté à certains éléments d'identité avant toute autre chose ne suffit pas pour que le lecteur s'identifie avec un personnage :

As a Latina myself, I am disgusted and insulted by America Chavez. I'm supposed to love and identify with this character? On what grounds? […] Why should I care about her or her story? Because she's a Latina queer? So what? That doesn't make her interesting. There are Latina queers all over the place here. That's not unique at all. […] I DON'T CARE if the main character of a comic is the same race or gender as me! Tell me a GOOD STORY with GOOD CHARACTERS! If the story and characters are solid and well written, then it won't MATTER what race, gender, sexuality, or creed that character is! Labels don't make a character. CHARACTER makes a character! And America Chavez has ZERO CHARACTER.

En tant que Latina, je suis moi-même dégoûtée et insultée par America Chavez. Je suis censé aimer et m'identifier à ce personnage ? Sur quelle base ? […] Pourquoi devrais-je m'inquiéter d'elle ou de son histoire ? Parce que c'est une Latina queer ? Et alors ? Ça ne la rend pas intéressante. Il y a des queer latinos partout ici. Ce n'est pas unique du tout. […] JE M'EN FOUS si le personnage principal d'une bande dessinée est la même race ou genre que moi ! Racontez-moi une BONNE HISTOIRE avec de BONS PERSONNAGES ! Si l'histoire et les personnages sont solides et bien écrits, alors la race, le genre, la sexualité ou les croyances du personnage NE SERONT PAS IMPORTANTS ! Les étiquettes ne font pas le personnage. C'est le CARACTÈRE qui fait le personnage ! Et America Chavez a ZÉRO CARACTÈRE.

La chaîne latino de YouTube Pero Like (associée à BuzzFeed) a également présenté le personnage dans sa vidéo « LatiNoticias » avec sa propre analyse 

It's pretty fun that a character with the potential to excite so much hate from right-wing conservatives is literally named America. That's like if I named a new contraceptive Freedom Pills, or if her sidekick was a gender-nonconforming bald eagle. America Chavez was the third choice for the superhero's name after Marvel passed on “Uracis Ifudonlykme” [You’re racist if you don’t like me] and “Sue-Kit White Concervadores” [Suck it, white conservatives].

C'est marrant qu'un personnage avec le potentiel de susciter autant de haine chez les conservateurs de droite s'appelle littéralement America. C'est comme si j'avais nommé une nouvelle pilule contraceptive Freedom Pills, ou si son bras-droit était un aigle au genre minoritaire. America Chavez a été le troisième choix pour le nom du super-héros après que Marvel a rejeté « Uracis Ifudonlykme » [T'es raciste si tu m'aimes pas] and « Sue-Kit White Concervadores » [Allez vous faire voir, conservateurs blancs].

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site