Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Philippines : les fausses informations encore plus difficiles à détecter sur Facebook Free

Le mode Gratuit ne montre ni photographies, ni vidéos, ni sites internet externes. Pour les voir, il faut basculer en mode Données et s'acquitter des charges qui s'appliquent. Capture d'écran de l'auteur.

Facebook est une plate-forme importante pour la diffusion d'informations en ligne. Mais même les internautes les plus avisés peuvent avoir du mal à y distinguer les vraies des fausses.

Une nouvelle étude de Global Voices montre que sur la version mobile “gratuite” de Facebook, accessible sans frais à des utilisateurs de plusieurs pays en voie de développement, il est encore plus difficile d'évaluer la fiabilité des articles d'actualités que sur la version classique.

L'entreprise a construit une version allégée de son site pour permettre au public des pays en voie de développement d'accéder à Internet. Cette version est offerte avec une poignée d'autre sites et services d'information, de météo et de sport, et l'ensemble forme l'application Free Basics.

Dans cette version allégée de Facebook, aussi appelée “Facebook Free” [Facebook gratuit, NDT] dans certains pays, les utilisateurs peuvent se mettre en communication avec leur famille et amis, bavarder avec l'application Messenger, télécharger et diffuser du contenu sur Facebook sans aucun frais de données. Pour les actualités en revanche, la situation est différente : ils ne peuvent lire que les titres des articles et les légendes des photographies et des vidéos. A moins de souscrire à un forfait (payant), l'application ne leur permet pas d'accéder aux articles eux-mêmes.

Dans l'atmosphère hystérique actuelle sur la prévalence de la désinformation et des fausses informations sur Internet, cette limitation désavantage les usagers à faible budget, car ceux-ci ont un accès réduit à des informations utiles et peu de moyens de déterminer si un contenu est fiable ou non.

En 2016, Facebook comptait plus de 47 millions [en] d'abonnés aux Philippines. Un grand nombre utilisent Free Basics, fourni en partenariat avec Globe Telecommunications ou Smart Communications.

Voyez la différence entre les fils d'actualité des interfaces de Facebook gratuit (à gauche) et standard (à droite) :

“Walang mga litrato sa free mode. Gumamit ng Data para Buksan ang link” se traduit par “Il n'y a pas de photos en mode gratuit. Utilisez les données pour ouvrir le lien”.

Pour passer du mode gratuit (à gauche) au mode normal (à droite), l'utilisateur est notifié qu'il ou elle doit payer des frais de transmission de données :

Texte principal : “Utilisez les données de votre abonnement. Vous quittez Facebook. Achetez des données à Globe pour discuter avec vos amis, lire des articles et autres.” Capture d'écran de l'auteur.

C'est une option simple pour ceux qui peuvent s'acquitter de ces frais, mais pas pour les autres. Mais justement, les utilisateurs de Free Basics n'ont pas les moyens de payer le coût intégral d'une connexion à Internet.

Lorsqu'il installe Free Basics, l'utilisateur est informé via les conditions générales de l'application que des frais peuvent s'appliquer si des photos, vidéos ou liens externes sont ouverts sur Facebook. S'il possède un forfait, il peut simplement accepter de l'utiliser. Mais s'il prépaye ses données, il doit les acheter dans un magasin ou sur un marché offrant des cartes de recharge Globe ou Smart. En grande majorité, les abonnés à Internet aux Philippines prépayent leurs données.

Voici la clause pertinente des conditions générales de Globe, l'une des deux principales entreprises de télécommunications des Philippines :

You can now access a version of Facebook on your mobile phone without using your data allowance with Globe. However, if you leave this version of Facebook, or view content outside of Facebook, such as links to articles or external videos, then you might start using your data plan to see that content.

Vous pouvez maintenant accéder à une version de Facebook sur votre téléphone portable sans utiliser vos données avec Globe. Cependant, si vous quittez cette version de Facebook, ou consultez du contenu en dehors de Facebook, tels que des liens vers des articles ou des vidéos externes, alors vous êtes susceptibles de consommer les données de votre abonnement.

Quand les “fausses informations” rencontrent le Facebook “gratuit”

Si Facebook Free est la seule source d'information d'un utilisateur, celui-ci se retrouvera probablement face à des articles contenant des informations ou des sources douteuses, mais il n'aura pas les outils pour les vérifier. Considérez les exemples suivants :

Capture d'écran de l'auteur.

Capture d'écran de l'auteur.

Le risque existe que ces utilisateurs fassent la promotion de contenu erroné ou mensonger sans s'apercevoir de leur nature tout de suite. Voici par exemple un gros titre qui semble mériter sa publication sur un site portant un nom similaire à Al Jazeera :

Capture d'écran de l'auteur.

Bien entendu, le site en question n'est pas Al Jazeera mais une imitation. Sans les images associées, les sites satiriques peuvent également être plus difficiles à détecter.

Capture d'écran de l'auteur.

Parmi ceux qui ont partagé ces articles se trouvent des amis de l'auteur qui ont fait des études universitaires et ont déjà exprimé leur franche désapprobation vis-à-vis des fausses informations. Avec Facebook Free, il est clairement plus difficile de vérifier si un titre qui incite à la lecture est le début d'un article factuel ou de quelque chose de moins fiable.

Même les titres de sites légitimes peuvent induire les usagers de Facebook Free en erreur. Ainsi, le titre ci-dessous, dans lequel Donald Trump qualifie les Philippines de “nation terroriste”, est daté du 31 mars 2017.

Alors qu'un usager de la version classique de Facebook peut lire que ce commentaire date en fait d'août 2016, avant l'élection, ceux de Facebook Free n'ont pas cette possibilité et peuvent facilement croire que la citation est récente.

Capture d'écran de l'auteur.

Facebook Free offre un moyen de communiquer et d'accéder à des informations facilement. Mais ses limitations quant à l'acces à l'ensemble de l'Internet, couplées avec ses omissions d'indicateurs-clés tels que les images, peuvent en fin compte démunir les utilisateurs en ne leur donnant que des informations incomplètes et parfois même complètement incorrectes.

Pour en savoir plus

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site