Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Au Paraguay, la pauvreté crée une boucle de femmes s'occupant des enfants d'autres femmes

Micaela Martínez es otra abuela memby. La abuela que la cuidó hoy tiene 71 años y es ella ahora quién la cuida. Sin embargo, como es universitaria, contrató a Graciela como doméstica. Graciela a su vez tiene una hija de 2 años, que en ausencia de su madre, es criada por su abuela • Juan Carlos Meza / Fotociclo

Micaela Martinez est une «abuela memby,» une «fille de sa grand-mère.» Micaela, maintenant à l'université, a engagé Graciela pour prendre soin de sa grand-mère de 71 ans. Pendant que Graciela travaille comme aide à domicile et employée de maison pour la grand-mère de Micaela, sa propre fille âgée de 2 ans reste à la maison avec la mère de Graciela, fermant le cercle de femmes s'occupant des enfants d'autres femmes. Photographie de Juan Carlos Meza utilisée avec l'autorisation du site web Kultural.

L'article suivant a été écrit par Maximiliano Manzoni et a été initialement publié par Kurtural dans la série «Un pays de femmes.»

Veronica n'avait que neuf ans quand il lui fallut apprendre à se servir d'un logiciel de vidéo-conférence afin de pouvoir parler à sa mère et voir son visage sur l'image à faible résolution. La mère de Veronica, Margarita, comme des milliers d'autres femmes, a émigré en Espagne au début de l'an 2000 pour travailler comme baby-sitter, laissant sa fille avec sa mère à Asunción, la capitale du Paraguay. Depuis lors, internet, accédé sur des ordinateurs publics, a été leur seul moyen de communication.

En 2003,près de la moitié de la population du Paraguay  souffrait d'extrême pauvreté et des milliers de personnes faisaient la queue au bureau des passeports local pour tenter d'émigrer vers l'Europe en quête d'un emploi. C'était la plus importante émigration de Paraguayens de l'histoire; en Espagne seulement, la population paraguayenne a explosé, de 7.000 personnes en 2004 pour atteindre plus de 82.000 en 2009.

En 2007, 70 % des émigrés paraguayens en Espagne étaient des femmes, et 90 % étaient employées comme femmes de ménage ou aides à domicile pour les personnes âgées ou handicapées. Tout comme Margarita, plus de la moitié de ces femmes avaient des enfants à elles et devaient pourtant les laisser aux soins de quelqu'un d'autre, et s'occuper de la famille d'une autre personne afin de subvenir aux besoins de la leur.

Veronica a été élevée en grande partie par sa grand-mère au foyer qu'elle appelle «mère.» Elle appelle Margarita, sa mère biologique, «maman.» Veronica partage son statut d'«abuela memby» avec d'autres, comme Niurka Colman, dans des circonstances très proches des siennes. Niurka a elle aussi été élevée par sa grand mère au Paraguay quand sa mère a dû émigrer dans les Asturies en Espagne pour travailler comme aide à domicile pour une personne handicapée.

«Abuela memby,» «enfant de leur grand-mère», vient d'un mélange d'espagnol et de guarani, et est souvent utilisé au Paraguay pour désigner les enfants qui comme Veronica et Niurka, ont été élevés par leurs grand-mères parce que leurs mères, parties à l'étranger en quête d'un emploi ou pour leurs études, n'ont pas pu le faire elle-mêmes. Ces grand-mères sont des figures éminentes dans la culture du Paraguay, où les femmes prennent mutuellement en charge leurs enfants.

La grand-mère est devenue un symbole culturel présent dans les chansons populaires, un phénomène qui fit son apparition dans la culture paraguayenne lors de la migration de la population des zones rurales vers les zones urbaines d'abord, puis vers l'Argentine et plus tard l'Espagne. Selon une étude réalisée par les Nations-Unies, il ne s'agit pas d'un nouveau mode d'éducation des enfants dans cette société, aucuns nouveaux modèles ou règles n'ont été créés, cela s'est seulement développé à partir de quelque chose qui existait déjà.

Un accord financier fondamental existe entre les mères et les grand-mères. Les grand-mères s'occupent des enfants pendant que leurs mères travaillent loin du foyer et celles-ci envoient de l'argent à leurs propres mères pour subvenir aux besoins de leurs enfants. Comme ce sont des femmes d'un certain âge, le soutien financier de leurs filles est essentiel. Au niveau national, les transferts de fonds internationaux constituent les quatre principales sources de revenus du pays, et le seul allant directement à la population.

La majorité des transferts de fonds internationaux vient des mères qui travaillent et ont émigré en Espagne durant la récession de 2003. Pendant des années, c'était la seule source de revenus pour les familles comme celle de Niurka ou de Veronica. L'afflux d'argent frais dans le pays a finalement aidé l'économie à remonter. «Les virements ont permis à des milliers de personnes d'avoir accès aux nouveaux services financiers offerts dans le pays,» a déclaré Manuel Ferreira Brusquetti, du service des impôts du Paraguay.

Certaines mères arrivent à revenir. D'autres pas.

Selon l'anthropologue Nicolás Granada, les femmes qui ont émigré en Espagne sont considérées «pseudo-résidentes.» Le terme «résidentes» (residentas en espagnol) date de la guerre du Chaco entre la Bolivie et le Paraguay, et fait référence aux femmes forcées d'évacuer la capitale paraguayenne pour travailler dans une quelconque «résidence» assignée. Granada fait référence aux femmes de cette époque pour illustrer le dilemme des femmes paraguayennes modernes : elles doivent partir pour des raisons économiques et beaucoup ne reviennent pas. Granada raconte l'histoire de familles qui ont dû émigrer en Espagne dans son documentaire “Distances de Gua’u.”

Les conditions de vie sont très différentes pour les femmes qui ont émigré en Argentine comparées à celles qui ont émigré en Espagne, selon Patricio Dobree, un chercheur intéressé par la question de l'émigration et du travail, et notamment du marché des services à domicile. L'émigration vers l'Argentine fut massive, mais on la savait «circulaire,» « cela signifie que les femmes sont en mesure de revenir pour s'occuper de leurs enfants à nouveau si des circonstances particulières le demandent, telles que la maladie ou le handicap des enfants ou de leurs grand-mères.

La situation est beaucoup plus compliquée pour les femmes qui ont émigré en Espagne. En cas d'urgence ou de circonstances particulières, «elle ont plus de mal à revenir à cause de la distance et du coût du voyage,» explique Dobree. Cette dynamique présente également une série différente de difficultés pour leurs familles.

Micaela Martinez, comme Niurka et Veronica, est aussi une ‘abuela memby.’ Sa grand-mère l'a élevée quand sa mère est partie en Espagne. Sa grand-mère, maintenant âgée de 71 ans, «a besoin de quelqu'un pour l'aider» déclare Martinez.

Dobree explique comment la «chaîne des soins» souffre quand les femmes ne peuvent pas revenir au Paraguay. «Les enfants grandissent et deviennent des adolescents qui présentent un nouvel ensemble de difficultés pour leurs grand-mère âgées. Ces grand-mères développent aussi avec le temps des problèmes de santé et des limitations dans leurs capacités ; elles méritent de recevoir l'aide dont elles ont besoin à leur tour, ce qui ne va pas sans difficultés.

Micaela, maintenant étudiante à l'université, prend soin de sa grand-mère puisque sa mère est loin. A cause de ses responsabilités d'étudiante, Micaela et sa grand-mère ont décidé d'engager Graciela, une employée de maison et auxiliaire de vie. Graciela, de son côté, a une fille de deux ans qui reste avec sa grand-mère pendant que Graciela travaille, et ainsi la boucle d’ «abuela memby» se referme.

 

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site