Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Que disent les résultats des élections locales de la participation politique des femmes en Iran ?

Les femmes participent iaux conseils municipaux en Iran. Arrêt sur image d'une vidéo de Nabz Iran.

Une version de cet article a été originellement publiée sur le site Nabz Iran.

Les Iraniens se sont déplacés aux urnes le 19 mai afin de voter pour les élections présidentielle et locales. Des 287.425 candidats inscrits pour participer aux élections locales, 17.885 étaient des femmes, représentant ainsi 6,3 % de l'ensemble. La réélection à la présidence du modéré Hassan Rouhani, à côté du nombre de candidates femmes enregistrées, ainsi que le nombre d'élues, laissent espérer un Iran où la voix des femmes comptera tant au niveau local que national.

Les résultats en nombre de femmes élues à travers le pays ont été variables ; cependant, il y eu une diminution de 34 % du nombre de femmes élues aux conseils locaux comparé à 2013. A noter que si ce nombre diminue dans 16 chefs-lieux de province, 3 chefs-lieux sont restés inchangés et 11, dont la ville de Téhéran, ont vu augmenter le nombre de femmes en poste.

Parmi les endroits qui ont vu une augmentation, 415 femmes ont été élues dans la province iranienne de Sistan-Baloutchistan dans le sud-est, une province marquée par le sous-développement, la pauvreté et le taux d’analphabétisme chez les filles le plus élevé d'Iran.

À Afzalabad, un village du district de Khash, l'ensemble des 10 candidats sur les bulletins de vote étaient des femmes. Si la rumeur disait que la participation des femmes au Sistan-Baloutchistan était le résultat des taux élevés de toxicomanie et d'emprisonnement des hommes dans la province (conduisant à un manque de candidats masculins qualifiés), la participation des femmes dans la province a été davantage le résultat des actions de la société civile et du gouvernement local pour encourager une plus grande représentation politique des femmes.

A Téhéran, six femmes – Shahrbanoo Amani Anganeh, Bahareh Arvin, Zahra Sadrazam Nouri, Nahid Khodakarami, Zahra Nejadbahram et Elham Fakharinejad – ont été élues, doublant ainsi par rapport aux tours précédents le nombre de conseillers féminins présents au Conseil de Téhéran.
Les campagnes politiques menées par les candidates portaient leur attention sur nombre de problèmes tels que la participation citoyenne des femmes, les droits civiques, l’emploi, l’éducation, la santé, la sécurité et la protection sociale. Nejadbahram a concentré sa campagne à Téhéran sur le combat contre les discriminations sexistes et la création d’espaces publics sûrs pour les femmes. Elham Fakharinejad, elle aussi membre élue du Conseil de Téhéran, a mis l’accent sur la santé psychique des citoyens ainsi que sur les problèmes de santé et de protection sociale. Roghieh Gazmeh, membre du Conseil du village de Seymoun, un petit quartier à la périphérie de Eslamshahr, et mère de sept enfants, s’est quant à elle consacrée à l’emploi et a promis de créer plus d’opportunités pour les femmes au foyer de son village.
Plus de femmes se sont inscrites dans les villages (11 142) que dans les villes (6 743), sans doute parce que le pouvoir décisionnel y est plus facile d’accès. Les six provinces suivantes ont recensé le plus grand nombre de candidates enregistrées : Kerman : 1 840 ; Sistan et Baluchestan : 1 397 ; Téhéran : 1 337 ; Fars : 1 189; Khorasan Razavi : 1 116 ; et Mazandaran : 1 005. Plus de 100 femmes se sont inscrites pour devenir candidates à l’élection présidentielle, mais aucune n’a passé le processus de validation sous la direction du Conseil iranien des Gardiens.
Dans les mois qui précédèrent les élections, la perspective d’avoir plus de femmes présentes dans la vie politique iranienne fit le tour des Iraniens et des partisans d'une plus grande participation féminine à la vie politique. Les élections locales ont offert l’opportunité de placer plus de femmes dans des rôles décisionnaires, incitant les femmes à intervenir directement au sujet des lois et des règles qui les concernent, elles et leurs familles et collectivités.

Le 6 mai, des porte-paroles du mouvement iranien des femmes ont tenu une table ronde sur le rôle des femmes dans les élections. Dans une déclaration finale écrite adressée au futur président iranien, le groupe a souligné l'importance de la participation des femmes dans la politique et le rôle que les dirigeantes politiques peuvent avoir en attirant l'attention sur des questions comme la sécurité publique des femmes, le harcèlement sexuel, la santé féminine, la protection sociale et le problème des sans-abri. Elles ont aussi souligné la nécessité de mettre en place un quota réservant au moins 30 pour cent des postes ministériels aux femmes.

Une féministe de premier plan a noté dans la déclaration que les élections tant présidentielle que locales sont cruciales ; le résultat de l'élection présidentielle impacterait au niveau national le changement en cours en faveur des droits des femmes, tandis que les élections locales offriraient une opportunité de favoriser davantage la participation publique des femmes dans tous les conseils municipaux urbains et ruraux.

Les questions abordées dans les campagnes menées par les candidates ont démontré que la participation politique des femmes peut bénéficier à tous les citoyens grâce à la priorité donnée aux politiques dans le domaine de ‘qualité de la vie’. Les femmes pourront-elles tirer parti de leurs succès à ce jour ? Cela dépendra en grande partie des actions en cours des défenseures des droits des femmes pour encourager une participation accrue, ainsi que de la capacité des élues à affirmer leur place dans les conseils, et de la création de nouvelles opportunités pour que les femmes jouent un rôle actif et constructif dans la vie publique.

 

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site