Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Un caricaturiste politique malaisien fait un procès à la police pour arrestation illégale et saisie de ses livres

Zunar exige de la police qu'elle lui rende les 1.187 livres et les 103 t-shirts été saisis lors de son arrestation le 17 décembre 2016. Photo extraite de la page Facebook Zunar Cartoonist Fan Club

Le caricaturiste malaisien Zulkiflee S.M. Anwarul Haque, plus connu sous le nom de Zunar, a déposé plainte contre la police pour l'avoir arrêté et avoir saisi ses livres de caricatures et ses t-shirts le 17 décembre 2016.

Zunar a accusé la police d'avoir effectué une arrestation illicite et d'avoir confisqué un total de 1.187 livres et 103 t-shirts pendant un événement qu'il avait organisé dans le but de rencontrer ses fans et de lever des fonds. Il explique la raison de son action judiciaire :

Mes livres ne sont pas interdits, j'étais juste en train de les vendre à mes fans lors d'une collecte de fonds. Qu'est ce qu'il y a de mal à cela ?

Ces dernières années, Zunar a été arrêté plusieurs fois et accusé de sédition pour avoir produit des dessins critiquant les politiques du gouvernement, la restriction des libertés civiles et l'abus de pouvoir par la coalition dirigeante, qui domine la vie politique de la Malaisie depuis les années 1950. La plupart des livres de caricatures de Zunar ont aussi été confisqués, car soit-disant ils menaçaient la sécurité nationale. Zunar a acquis une notoriété en Malaisie mais aussi dans le reste du monde comme défenseur de la liberté de la presse. Il a reçu les honneurs de la part de l'ONG  Human Rights Watch, du Comité de Protection des Journalistes et du Cartoonist Rights Network International.

Son arrestation du mois de décembre était liée à une enquête policière selon l'article 124C du Code Pénal pour “activités néfastes à la démocratie parlementaire.”

Il a été interrogé pendant six heures et libéré après que les policiers lui ont dit qu'ils “appliqueront une loi afin de faire interdire ses livres.”

Peu après sa libération, il a déclaré :

Je voudrais attirer l'attention sur mon combat : le talent n'est pas un don, mais une responsabilité. Il est de ma responsabilité en tant que caricaturiste de réveler la corruption et les injustices. Ai-je peur de la prison ? Oui, mais la responsabilité est plus grande que la peur. Vous pouvez  interdire mes livres, vous pouvez  interdire mes dessins mais vous ne pouvez pas interdire mon esprit. Je continuerai de dessiner jusqu’à ma dernière goutte d'encre.

Zunar fait sans doute référence à l'affaire de corruption concernant le premier ministre et 1MDB, une entreprise d'investissement appartenant à l'Etat. Le premier ministre est accusé d'avoir empoché 680 millions de dollars américains par le biais de transactions anormales présumées faites par 1MDB.

N. Surendran, l'avocat de Zunar a expliqué que le dépôt de la plainte contre la police était destiné à alerter les autorités sur une autre arrestation illégale :

Il n'y aura plus de tolérance pour ce genre de comportement illicite contre une personne dont le seul délit et de critiquer les autorités. Ceci est un droit démocratique pour chaque Malaisien.

Zunar réclame la restitution par la police de ses livres et ses t-shirts.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site