Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Kirghizistan et Ouzbékistan, autrefois les pires ennemis, aujourd'hui les meilleurs amis ?

Les Présidents Mirziyoyev et Atambayev à Bichkek, capitale du Kirghizistan.. Photo du site web du président kirghize, creative commons.

Les Présidents Mirziyoïev et Atambaïev à Bichkek, capitale du Kirghizistan.. Photo du site web du président kirghize, creative commons.

Il ne s'agissait pas seulement des premières dames et de leurs chaussures assorties, même si cela n'est pas passé inaperçu. La visite du président ouzbek Shavkat Mirziyoïev au Kirghizistan a marqué la semaine dernière un changement radical dans les relations entre ces deux pays d'Asie centrale qui, jusqu'à récemment, vivaient dans la longue ombre de son intransigeant prédécesseur.

Islam Karimov, qui a gouverné l'Ouzbékistan depuis avant l'indépendance de l'Union soviétique en 1991 jusqu'à sa mort l'année dernière, avait peu de choses intéressantes à dire au sujet du Kirghizistan.

Enfermé dans des conflits apparemment perpétuels, frontaliers et hydrologiques, Karimov avait menacé de guerre le Kirghizistan et le Tadjikistan à cause de projets de construction de barrages hydroélectriques géants de la part de ces deux voisins plus pauvres, en amont de l'Ouzbékistan.

Une réunion de chefs d’État ex-soviétiques de 2015 à Moscou, lors de laquelle le Président Karimov avait réprimandé le Président Atambaïev du Tadjikistan de façon humiliante après ce qu'il avait perçu comme un camouflet, – on avait vu même l'impassible Président Vladimir Poutine tressaillir devant la situation embarrassante – donne un aperçu de la triste époque des relations bilatérales entre ces deux pays.

À un moment donné lors de l'algarade du Président Karimov, le Président Atambaïev avait déclaré: “Je ne faisais qu'exprimer une opinion”, à laquelle le dictateur septuagénaire avait répondu comme dans une cours de récréation :

Amusant. Nous connaissions déjà votre avis depuis longtemps.

Une vidéo de ce débat intitulée ‘Joute Karimov contre Atambaïev’ a enregistré plus de 1,3 million de vues et des commentaires virulents tant parmi les Kirghizes que les Ouzbeks. Les relations entre les dirigeants peuvent donner le ton à celles entre les peuples.

Une nouvelle frontière

C'est pourquoi la première visite à Bichkek, la capitale kirghize, de M. Mirziyoïev, ancien Premier ministre du défunt Président de l'Ouzbékistan Karimov pendant plus d'une décennie, était si importante.

Le site Web EurasiaNet.org traitant de l'Asie centrale a rapporté deux résultats clés de la réunion du 5 septembre :

La visite de M. Mirziyoyev à Bichkek a abouti à un accord visant à délimiter 85 pour cent de la frontière commune de 1.170 kilomètres. La question de la frontière était depuis longtemps une source de tension dans les relations entre les deux pays..

Mais, encore plus, le Président Mirziyoïev a fait miroiter la perspective de quelque chose de potentiellement encore plus important lorsqu'il a évoqué l'implication potentielle de l'Ouzbékistan dans les projets hydroélectriques kirghizes. L'ancien leader ouzbek Islam Karimov s'était résolument opposé à ces plans au motif qu'ils pouvaient perturber des projets du secteur agricole importants pour l'économie de Tachkent, en particulier la culture du coton.

Sur Twitter, les citoyens kirghizes ont salué la première réunion bilatérale entre les dirigeants des deux pays depuis 2000. Le Kirghizistan a eu quatre présidents pendant cette période, deux d'entre eux ont été renversés par des manifestations de rue.

La sensation, c'est la bonne volonté chez le leader ouzbek. M. Mirziyoïev est si ouvert, amical et plein de bonnes intentions que cela ne peut que nous ravir !

Mirziyoïev: il y avait beaucoup de problèmes entre le Kirghizistan et l'Ouzbékistan qui devaient être résolus, mais ne l'avaient pas été de la façon dont ils auraient dû l'être.

Le lendemain, les deux pays ont rouvert la partie de leur frontière fermée depuis que le Kirghizistan avait plongé dans des difficultés politiques, en 2010. Cette réouverture a été suivie par des milliers de résidents locaux de chaque côté de la frontière.

Le point de passage frontalier kirghize-ouzbek “Dostuk” dans la province d'Och cet après-midi.

Qui est cette dame ?

Une image de la visite bilatérale a fait impression : celle de la première dame kirghize Raïssa Atambaïeva et son homologue ouzbek Ziroatkhon Hoshimova marchant main dans la main après l'atterrissage de la délégation ouzbek, portant apparemment des chaussures assorties.

Les médias sociaux kirghizes ont été conquis par l'élégance de la première dame ouzbek, qu'un site en ligne a exprimée en utilisant le titre d'une chanson pop des années 1990, populaire dans les restaurants de karaoké de l'ex-URSS: Ah What a Woman! [ru] (Ah, quelle femme !)

Mme Hoshimova marchait à la gauche de Mme Atambayeva dans les images ci-dessous.

Les premières dames du Kirghizstan et de l'Ouzbékistan – Raïssa Atambaeva et Ziroathon Hoshimova

L'Ouzbékistan reste une dictature assez brutale selon les normes mondiales, même s'il y a des signes [en/es] de ce que l'on pourrait considérer comme un “dégel” dans la politique intérieure du pays.

L'avantage de cette avancée diplomatique pour le Kirghizistan est que le Président Mirziyoïev, qui a fait de la politique régionale sa priorité, est susceptible de rester au pouvoir à vie.

C'est aussi une bonne affaire pour le Tadjikistan, qui n'a pas encore reçu une visite de M. Mirziyoïev plus d'un an après son arrivée au pouvoir, mais espère également que de meilleures relations sont dans les tuyaux.

Lire aussi sur Global Voices : Will Tajikistan and Uzbekistan Make Plov, Not War in 2017? (non traduit en français – Le Tadjikistan et l'Ouzbékistant vont-ils faire le plov et non la guerre en 2017 ?)

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site