Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Au Pérou, ciseaux et rasoirs pour combattre la délinquance

Photo de Fadi El Benni, partagée sur Flickr par Al Jazeera English, utilisée sous licence Creative Commons CC BY-SA 2.0.

[Billet d'origine en espagnol publié le 25 juillet 2017]

L'apparence physique et la présentation ont rarement été autant valorisées. En l'occurence, c'est ce qui maintient de jeunes Péruviens à l'écart de la délinquance tout en développant le métier licite de barbier.

El Callao est le principal port du Pérou, situé sur l'océan Pacifique non loin du centre historique de Lima, la capitale péruvienne. La criminalité y est élevée, les vols à la tire et la vente des drogues illicites y ont une incidence plus forte qu'ailleurs. Un sondage publié en avril 2017 révélait que 51,5% des habitants ne s'y sentent pas en sécurité.

Par aileurs, le Pérou, à l'instar d'autres pays d'Amérique Centrale et du Sud, connaît un accroissement de la demande de services esthétiques pour hommes. La mode d'imiter l'apparence physique des idoles du sport qui exhibent des coiffures extravagantes, comme Paolo Guerrero (Pérou), Arturo Vidal (Chili), Pedro Gallese (Pérou), ou Neymar soi-même (Brésil), amène des citoyens ordinaires à recourir plus fréquemment aux mains expertes d'un barbier capable d'émuler ces coupes de cheveux sophistiquées.

La demande sans précédent de looks qui repousse les limites de l'imagination et de la créativité a inspiré un événement annuel, “La Bataille des Barbiers”, qui existe depuis 2014. Les experts y sont en compétition pour démontrer qui obtiendra le résultat le plus excentrique, comme on peut l'apprécier sur la vidéo ci-dessous (on en trouvera de plus récentes de ce concours sur le profil Facebook public de Bataille de Barbiers) :

 

C'est là que des institutions éducatives comme le collège Augusto Salazar Bondy, situé à El Callao, vont trouver l'opportunité de convaincre des jeunes de troquer les armes pour les outils de travail, de recevoir une formation au lieu de mauvails conseils, et de travailler, grâce aux portes qui s'ouvriront à eux une fois qu'ils auront appris l'art du coiffeur pour hommes.

Attirés par cette profession et les opportunités qu'elle peut apporter, des dizaines de jeunes gens voient qu'ils peuvent mettre la main à la pâte et débuter dans un métier actuellement très en vogue.

Le collège a annoncé des ateliers de formation technique avant la rentrée de mars, et rendu compte de quelques-uns de ses succès :

Ya en 1995 nos convertimos en el único colegio técnico de la comunidad, así como del mismo distrito del cual nos sentimos orgullosos por el amor hacia sus hijos y tener así una comunidad educativa.

Dès 1995, nous sommes devenus le seul collège technique de la municipalité comme du district, ce dont nous sommes très fiers. Pour l'amour de nos enfants et avoir ainsi une communauté éducative.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site