Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Sur RuNet, une battle de rap qui fait du bruit… jusque dans le milieu politique et les médias d'affaires

Cette battle de rappeurs russes a battu tous les records de visionnages: Oxxxymyron [Оксимирон] contre Gnojnyj. Capture d'écran de la vidéo «Versus Battle» [show internet russe] sur YouTube.

Le lundi 14 août, un article intitulé «La battle d'Oxxxymiron contre Gnojnyj engrange 2,7 millions de vues» paru dans le quotidien «Vedomosti» (l'un des principaux titres économiques russes et l'un des rares médias indépendants) a suscité une réaction ambiguë au sein de son lectorat.

Cette information [en russe] se différenciait nettement des contenus auxquels ses lecteurs sont habitués, c'est-à-dire les appels d'offres publics, les fusions et OPA hostiles des conglomérats d’État sur les petites sociétés.

Pour une fois, il était question d'un enregistrement vidéo sur YouTube d'une durée d'une heure : l'une des battles les plus attendues entre deux éminents représentants du hip-hop russe, Oxxxymiron, Miron Fiodorov de son vrai nom, versus Gnojnyj [liens en russe], connu aussi sous le pseudo de «Gloire au KPSS» [le Parti communiste de l'URSS – l'un des slogans de la période soviétique]. Dans la fumée d'un bar moscovite, chacun a tenté d'affirmer sa suprématie sur son adversaire au moyen d'insultes rimées hautes en couleur. Finalement, c'est Gnojnyj qui a été déclaré vainqueur.

[Article d'origine publié le 15 août 2017]

Parmi les spectateurs de ce duel, beaucoup sont loin d'avoir tout compris à ce qui s'est dit durant cette heure. La difficulté résidait dans l'emploi par les rappeurs de termes d'argot utilisés dans la culture hip-hop contemporaine. Même difficulté avec les vannes et les sarcasmes qu'ils échangeaient. Par exemple, environ à 15'33 minutes du début de l'enregistrement, Gnojnyj se lance dans un slam dévastateur contre le dernier album-concept d'Oxxxymiron «Gorgorod», paru après un break de quatre ans :

Поговорим о твоём альбоме, разберём с хладнокровием Лаврентия Берии. Ты плохо учился в своём Гриффиндоре, если русские что и умеют, так это разваливать империи! Все ждали четыре года, он как мог нагнетал интригу, и всё, что ему пришло в голову — записать аудиокнигу! Причём банальную антиутопию, такой уровень дискурса больше подходит Джамалу и Лоику! С сюжетом, что по силам каждой недалёкой педовке! Твой рэп — дешёвая литература в мягкой обложке! Это набор самых скучных клише, которые существовали в истории! Оригинальный сюжет — трагическая любовь посреди антиутопии! Блять, такого же ни у кого не было, да? Ни у Оруэлла, ни у Замятина, это попсовый мотив, который заебал уже окончательно!

Parlons un peu de ton album, discutons-en avec un sang-froid digne de Lavrenti Béria [le chef de la police politique de Staline]. Tu as mal suivi les cours dans ton Gryffondor [référence à l'université de la série «Harry Potter» – et au fait que Miron Fiodorov a fait des études à Oxford, où il a obtenu un diplôme en littérature médiévale anglaise], car s'il y a une chose que les Russes savent faire, c'est bien désintégrer les empires ! Quatre années de suspense pour avoir au final une intrigue pompée n'importe comment, et tout ce qu'il a trouvé à faire, c'est d'enregistrer un livre audio ! Une bête anti-utopie, avec un niveau de langage proche de Jamal et Loic [rappeurs rivaux] ! Une histoire mal ficelée, de la grosse arnaque ! Ton rap, c'est de la littérature de gare ! Un ramassis des pires clichés de toute l'histoire du genre ! Amour tragique sur fond d'anti-utopie, hein mais quelle originalité ! Putain, mais personne n'a encore jamais fait ça, si ? Après Orwell ou Zamiatine, c'est juste un motif de la pop culture qui a déjà saoulé tout le monde…

L'info contenue dans l'article de «Vedomosti» a vite été reprise par les autres médias, jusqu'aux agences de news officielles comme RIA Novosti [lien en russe]. Mi-août, quand cet article a été rédigé, RIA Novosti avait publié au moins 12 articles consacrés à cette battle, en commençant par la révélation et la mise à jour du nombre de visionnages de la vidéo sur YouTube, et en finissant par les commentaires et chroniques des critiques musicaux qui disaient toute leur sympathie pour cette initiative.

A mesure qu'augmentait le nombre de vues sur YouTube (presque 12 millions au 15 août), se développait chez les médias tant officiels qu'indépendants un intérêt qu'ils n'avaient jamais manifesté auparavant. Selon les données de l'agence Interfax, le duel entre Оxxxymiron et Gnojnyj a établi un record absolu pour ce genre de manifestation : en une seule journée, près de 800 articles consacrés à cette battle ont été publiés sur les médias russes.

De nombreux utilisateurs des réseaux sociaux se sont posé cette question : d'où venait, chez des médias spécialisés dans les affaires et la vie politique du pays, cet intérêt pour ce genre d'info «décalée» ? Les journalistes et les rédacteurs en ont débattu sur Twitter : une battle de rap peut-elle constituer un sujet sérieux pour un journal économique ? Répercuter puis mettre à jour le nombre de vues sur YouTube était-il vraiment nécessaire ?

Atteindre 5 millions de vues, c'est une info ? Et 6 millions alors ?

Des médias aussi reconnus que le journal «Kommersant», le plus ancien quotidien économique de la période post-soviétique, et le pure player indépendant spécialisé Republic.ru [liens en russe] ont publié des comptes-rendus du duel. Pour la plupart, ils étaient positifs : les critiques ont relevé l'emploi tous azimuts par Oxxxymiron comme par Gnojnyj de fines allusions à la poésie russe classique. Selon eux, cette battle ne saurait être considérée comme une simple escarmouche entre deux rappeurs aux pseudos extravagants qui s'envoient à la figure des gentillesses sur leur mère. Des pseudonymes dont Evguenia Albats, rédactrice en chef du célèbre journal d'opposition «The New Times», a au contraire déploré la médiocrité sur sa page Facebook [en russe]:

Что это за человек, который выбирает себе кликуху “Гнойный” ? И почему 7 млн интересуются высказываниями человека, который сам себя обозначил столь мерзким определением?

Quel est l'homme qui va se choisir “Gnojnyj” [“purulent”] comme pseudo ? Et pourquoi 7 millions de personnes s'intéressent-elles aux déclarations d'un individu qui se définit lui-même par un qualificatif aussi moche ?

La battle n'en a pas moins attiré l'attention d'hommes politiques de haut niveau. L'opposant Alexeï Navalny l'a commentée avec bienveillance sur son blog [en russe] :

Получил большое удовольствие и больше всего от мысли, что русская культура жива и развивается. […] Разве это не прекрасно? Ну да, мат. Ну да, довольно часто весьма низкопробный юмор. Тем не менее, всё равно это конкурс русских поэтов. […] В любом случае, это в сто раз больше культура, чем комедийные и песенные шоу на федеральных каналах телевидения.

J'y ai pris un grand plaisir, et j'ai surtout été content de constater que la culture russe est vivante et se développe. […] Est-ce que ce n'est pas fantastique ? D'accord, c'est de l'argot. D'accord, leur humour est souvent vulgaire. N'empêche, c'est une compétition de poètes russes. […] En tout cas, c'est de la culture, cent fois plus que les émissions de variétés sur les chaînes de télé fédérales.

Puis les fonctionnaires se sont mis de la partie. Gennadi Onichtchenko, ex-directeur du Rospotrebnadzor (l'organisme de protection du consommateur) et désormais député de la Douma sous l'étiquette Russie unie, a reproché à cette battle précisément ce que Navalny a apprécié. Interviewé à la radio le 14 août, il a déclaré:

Убогий язык, законы русской разговорной речи, культуры там даже и близко не ночевали.Интернет сегодня отражает ту убогость духовную, которая есть в нашем обществе, раз это находит такой широкий отклик.

Une langue indigente, où les règles de la langue russe parlée et la culture n'ont pas place. Internet reflète aujourd'hui cette pauvreté spirituelle que l'on observe dans la société, et qui trouve là une large diffusion.

Onochtchenko, qui s'est fait détester pour ses tentatives systématiques d'interdire tout aliment, gadget ou invention du monde moderne nocifs à ses yeux, a réclamé une sanction pour les médias qui ont parlé de cette battle.

Les utilisateurs des réseaux sociaux ont ironisé sur sa déclaration :

La Douma critique la battle Oxxxymiron vs Gnojnyj. Les règles de la langue russe parlée niquent les députés, mais pas la vie pourrie des Russes

Ces battles de rap sont de plus en plus populaires sur le segment russe de YouTube ; ainsi, l'un des duels auxquels Oxxymiron a participé précédemment avait atteint le chiffre jamais vu de 38 millions de vues. La journal indépendant The Bell a offert sa réponse à la question : pourquoi de très sérieux médias d'affaires ont décidé de traiter une battle de rappeurs. Selon The Bell, l'organisation d'une battle de rap est un business des plus sérieux. Les principaux sponsors de la bataille d'Oxxxymiron contre Gnojnyj étaient la Tinkoff Bank et BMW. Selon certaines sources, l'apport de tels contrats de sponsoring pourrait se monter à quelque 5 millions de roubles (env. 735 000 euros).

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site