Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Brésil : Des rappeurs Indiens utilisent les médias numériques pour transmettre leur message au monde

Concert du groupe de rap Brô MCs à Assunção, Paraguai. Photo : page officielle de Brô MCs sur Facebook, reproduite avec permission.

[Article d'origine publié le 24 septembre]

De nombreux rappeurs autochtones du Brésil utilisent le pouvoir de la technologie pour mettre en évidence leur culture, leur identité et les thèmes sociaux très importants pour leurs communautés.

À travers des plateformes comme Facebook et YouTube, ces artistes utilisent leurs voix et leur musique pour entamer un dialogue, délivrant leurs messages à une audience plus large et plus connectée.

Il existe aujourd'hui plus de 240 tribus dans tout le Brésil, l'équivalent de 0,9 % de la population nationale. Tout au long des années ces communautés ont fait face à de nombreuses injustices, parmi les cas les plus récents, le droit des tribus sur leurs terres [en] est un thème répandu.

Face à ces problèmes sociaux, le genre musical hip-hop est un outil puissant pour promouvoir la perspective indigène. Voici quelques-uns des rappeurs à la tête de ce mouvement.

Brô MCs : le premier groupe de rap autochtone du Brésil

Brô MCs est un groupe de quatre rappeurs des villages de Jaguapirú et Bororó em Dourados dans l'État du Mato Grosso do Sul.

Quand Bruno Veron, Clemerson Batista, Kelvin Peixoto et Charlie Peixoto ont formé les Brô MCs en 2009, autant leurs tribus que les personnes de l'extérieur ont jugé avec scepticisme [pt] cette combinaison de hip-hop et d'identité indigène.

Malgré tout, le groupe a réussi à prouver que leur ambition musicale était de l'ordre du possible. Ils ont déjà donné des concerts dans tout le Brésil et l'une de leur création est allée jusqu'au Festival International du Film de Berlin : la chanson Terra Vermelha fait partie de la bande musicale [pt] d'un des films brésiliens sélectionnés pour le festival.

Brô MCs. Photo : page Facebook officielle de Brô MCs rappeurs indigènes, reproduite avec permission.

Leur premier morceau a été lancé sur YouTube en 2015, via la chaîne Guateka, un projet visant à capter le quotidien des tribus autochtones de tout le pays. “Koangagua”, ou “Au jour d'aujourd'hui”, est chanté intégralement en Guaraní Kaiowá. La vidéo est sous-titrée en portugais, les paroles parlent du rôle du hip-hop pour promouvoir les voix et les opinions autochtones :

Ci-dessous un extrait des paroles en question : 

“Minha fala é forte e está comigo / Falo a verdade, não quero ser que nem você / Canto vários temas e isso que venho mostrando / Voz indígena é a voz de agora”

“Mon discours est fort et est avec moi / Je dis la vérité, je ne veux pas être comme vous / Je chante de nombreux thèmes et c'est ça que je suis venu montrer / La voix indigène est la voix d'aujourd'hui”

Facebook [pt] est le réseau social où le groupe est le plus actif. Sur sa page officielle, les fans de Brô MCs peuvent trouver des informations sur leurs concerts, des interviews et également découvrir un peu plus sur les thèmes importants aux yeux du groupe et de leurs tribus. Dans un post [pt] récent, par exemple, le groupe fait la promotion d'une exposition de photos à Belo Horizonte, dans l'État du Minas Gerais, qui a pour thème la vie des peuples Guaraní-Kaiowá.

Les Brô MCs ont également inspiré une mini-série télévisée appelée Guateka [pt], constituée de cinq épisodes et qui parle de l'aventure musicale du groupe. Ils participent eux-même au programme, qui est financé par l'argent public et est sorti [pt] sur les chaînes gratuites en mai 2017.

Oz Guarani de São Paulo

Oz Guarani est le premier groupe indigène de rap de São Paulo, la ville considérée comme la “capitale du hip-hop”, c'est ici que se trouvent les rappeurs les plus célèbres du pays, comme Emicida, Mano Brown et Criolo [en].

Les adolescents Jefinho, Mano Glowers et Vlad Macena viennent des villages Tekoa Pyau et Tekoa Ytu à Jaraguá, aux confins de las banlieues ouest de la ville.

Le trio s'est réuni lors d'une série de manifestations qui ont eu lieu pendant les disputes territoriales entre les tribus de Jaraguá et le gouvernement. Ils se sont connus durant ces réunions et manifestations, et ont décidé d'écrire un texte sur ce qui s'est passé. Ces paroles ont donné lieu à la première chanson de Oz Guaraní : “Guerreiro da Aldeia Jaraguá”, guerrier du village Jaraguá.

L'accent sur les problèmes sociaux constitue une grande partie de la présence du groupe sur les réseaux sociaux. Sur sa page officielle, Rap Oz Guaraní [pt], le groupe aborde quelques uns des thèmes importants pour ses communautés, principalement les conflits territoriaux [pt].

Oz Guaraní utilise aussi sa page Facebook pour informer ses fans sur les présentations, entrevues et nouvelles musiques [pt].

En plus de Facebook, Oz Guaraní se sert aussi du site Palco MP3 [pt] pour divulguer son travail. La plateforme est une version brésilienne de Soundcloud, où les artistes peuvent créer un profil avec des informations sur leur travail et aussi mettre à disposition leurs musiques en téléchargement gratuit au format MP3.

Kunumi MC : le premier rappeur autochtone solo du Brésil

Werá Jeguaka Mirim, qui utilise le nom d'artiste Kunumi MC, s'est fait connaître au niveau national pour la première fois non pas à cause de son travail musical, mais pour son activisme. Pendant la coupe du monde de la FIFA 2014, Kunumi s'est montré vu au milieu d'un terrain [pt] avec un pancarte demandant la démarcation des terres indigènes.

Dès lors, Kunumi, dont le nom signifie [pt] “jeune” en Guaraní, a apporté son message au monde musical, en lançant son premier disque, My Blood is Red, le 2 juin 2017.

Kunumi MC. Photo : courtoisie de Werá Jeguaka Mirim (Kunumi MC).

Kunumi fait partie du village Krukutu de Palheiros, aux limites sud de São Paulo. Il a commencé à exprimer sa créativité très jeune : son père, l'écrivain Olivio Jekupé, est celui qui lui a intéressé le garçon [pt] à l'utilisation des mots pour éclairer les problèmes qui méritent vraiment l'attention.

Sur sa chaîne YouTube, l'artiste a publié quelques extraits musicaux ainsi que ses nouvelles chansons. Ci-dessous son premier single : “O kunumi Chegou” :

Un extrait des paroles : 

“Lutar pelo povo e ser o que é / Na multidão, você não é o melhor / Mas pode agir como ela /  Sempre com humildade, raciocínio consciente / Grave isso em sua mente”

“Lutter pour le peuple et être ce qui est / Parmi la foule, tu n'es pas le meilleur / Mais tu peux agir comme elle / Toujours avec humilité, raisonnement conscient / Grave ça dans ton esprit”

Récemment, Kunumi MC a lancé une autre chanson, “Guarani-Kaiowá”, qui parle de la violence et des souffrances que son peuple subit au quotidien :

https://www.youtube.com/watch?v=tzkYe4FNc28

Kunumi est également présent sur Facebook [pt], où il partage des projets militants de sa communauté en plus de ses opinions, de ses musiques et autres projets créatifs.

Comme Oz Guaraní, Kunumi diffuse aussi ses chansons sur Palco MP3 [pt]. Son album est disponible également sur Spotify.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site