Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Instantanés culturels 3 : « Patrimoine »

Savez-vous quel pays est le “mieux restauré du monde” ?  La réponse à cette question, nous l'avons trouvée en explorant le traitement dans les médias du mot français patrimoine.

Nous avons eu envie de regarder de plus près l'actualité et les blogs en français pour de nouvelles découvertes sur ce mot complexe.

Échantillon des mots fréquemment associés à patrimoine et culture dans la presse et les blogs francophones entre le 5 septembre et le 5 octobre 2017. Source : Media Cloud (Agrandir l'image)

Notre recherche d'articles parus entre le 5 septembre et le 5 octobre 2017 coïncidait en effet avec un enchaînement annuel d'événements culturels et une polémique politique. Deux éléments—les médias français sont toujours friands de l'un comme de l'autre—qui faisaient que les résultats de notre quête ont davantage laissé de côté certains des autres sens et acceptions du mot patrimoine : richesse et possessions.

Patrimoine et culture

Une grande partie des articles trouvés qui traitaient de ces thèmes provenaient d'un rituel annuel appelé Journées européennes du Patrimoine, qui se sont déroulées le week-end des 16-17 septembre. Cet événement, qui est né en France en 1984, est l'équivalent des Journées Portes Ouvertes des pays anglo-saxons. L'idée s'est propagée à d'autres endroits en Europe, avant de s'internationaliser sous l'égide du Conseil de l'Europe en 1991. Les “Journées” de 2017 en France ont attiré 12 millions de visiteurs au total.

On trouvait de tout dans les activités proposées, depuis les sorties locales jusqu'aux spectacles insolites :

Le patrimoine, sans grande surprise, ce sont d'abord des monuments. On en trouve un exemple parmi des milliers dans le sud de Paris, où le “charmant” domaine de Sceaux avec son château, son parc et ses jardins magnifiques attendent les visiteurs.

Mais les monuments du patrimoine ne sont pas forcément des sites. Ainsi, ce spécimen de l'histoire aéronautique, un “Super Constellation” de 1953, dont la restauration s'est étalée sur des années.

Quelle que soit son ancienneté, le patrimoine doit être préservé et accessible, ce qui implique parfois d'y accéder gratuitement. Cette carrière de l'antiquité grecque à Marseille, une ville riche en vestiges archéologiques, a vu citoyens et militants se mobiliser contre un gros projet immobilier qui aurait empiété sur son site. Sauver un élément de patrimoine peut aussi déboucher sur des initiatives originales, comme “Adopte un Château” :

Les termes de l'échantillon explorés plus en détail pour cet Instantané Culturel. Source : Media Cloud (Agrandir l'image)

Patrimoine et politique, locale ou nationale

Les festivités de septembre n'ont pas seulement mis en valeur les souvenirs nationaux ; elles ont placé sous les projecteurs la forte dimension régionale et parfois juridique de l'idée de patrimoine. Comme dans cette bataille judiciaire autour du nom donné au bébé Fañch. L'officier de l'état civil a refusé d'enregistrer Fañch, un prénom d'origine bretonne, à cause du tilde sur le “n”.

L'argumentaire des parents du bébé invoquait entre autres le patrimoine :

(…) dès lors que les langues régionales appartiennent au patrimoine de la France, il conviendrait au contraire d'en tirer les conséquences. Or, en interdisant le tilde breton, “la circulaire de 2014 provoque une dégradation de ce patrimoine”, estime Fulup Jakez, le directeur de l'office public de la langue bretonne.

La politique, et surtout dans sa dimension économique, est aussi un élément de la vision locale et nationale du patrimoine. On comprend donc pourquoi la polémique n'est jamais loin. Le Président français Emmanuel Macron a récent confié au présentateur télé—et ami de la famille Macron—Stéphane Bern une “mission” pour la préservation du patrimoine local en danger. Le problème ? L'historien Nicolas Offenstadt l'a publiquement exposé, en soulignant ce qui lui semble l'enjeu majeur :

Stéphane Bern ne s'est jamais caché. Il a toujours indiqué qu'il aimait ‘l'ordre et la monarchie’, et qu'il était partisan du ‘roman national’, qui n'est rien d'autre qu'une fiction identitaire faite de héros et d'épisodes forts mais idéalisés. Sa vision de l'histoire et du patrimoine est donc une vision étriquée et orientée.

Si le patrimoine crée souvent une tension entre mémoire du passé et fondations passées et futures du pays —que ce soit pour des raisons économiques ou culturelles—c'est que toutes sortes d'arguments moraux sont invoqués. A quoi s'ajoute parfois un cadre écologique :

La notion de patrimoine est associée à de fortes tensions dans certains coins de France. Ainsi à Calais, en proie à des difficultés économiques liées à la pression migratoire qui pèse sur l'attractivité de la cité portuaire dans les secteurs tant du transport que du tourisme. Pourtant, le patrimoine peut aussi être une voie vers une solidarité future. Si l'on considère que l'esprit d’ “innovation” est au nombre des traditions de Calais, la réponse pourrait s'inspirer des mots de Martin Malvy, président de l'association Sites et Cités remarquables de France :

« Si nous pouvons à travers la culture, changer l’image qui est celle de Calais dans les médias, alors nous aurons démontré que le patrimoine peut être un agent de solidarité efficace »

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site