Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Instantanés culturels n° 4 : Orthodoxie

Dans ce nouvel épisode de nos Instantanés culturels, nous élargissons nos horizons pour mettre le cap sur la Russie et ses médias. Nous nous sommes demandé comment l’orthodoxie, ou christianisme orthodoxe, religion traditionnelle de la majorité des citoyens russes, était couverte par les principaux médias du pays.

L'orthodoxie, c'est… du cinéma?

Quand on étudie les différents articles sur l’orthodoxie dans un échantillon de médias traditionnels russes au mois de septembre, il est difficile de passer à côté d'une légère obsession dans l'actualité :

Un échantillon des termes les plus fréquents dans 1572 articles contenant des mots en lien avec “orthodoxie” (православ*). Parmi ceux qui reviennent le plus souvent, on trouve “Matilda” (матильда), “film”(фильма) ou “cinémas” (кинотеатров), ainsi que les personnalités impliquées dans la controverse : la députée “наталья” “поклонская” (Natalia Poklonskaya, la plus fervemment opposée au film) et “учитель” (Outchitel, le nom du réalisateur). Source: Media Cloud. (Agrandir l'image)

Les termes les plus fréquents —Matilda (матильда), églises (церкви), film (фильма)— dans notre échantillon renvoient à la controverse que suscite actuellement la sortie du film “Matilda“. Le film raconte la liaison entre le jeune héritier du trône russe, le dernier tsar Nicolas II, et Mathilde Kschessinska, ballerine de la troupe impériale.

Bien que peu de gens aient réellement vu le film, dont la sortie est prévue le 25 octobre, celui-ci est déjà au cœur d'une grande controverse. Le problème ? Nicolas II est un saint canonisé par l'Église Orthodoxe. Certaines personnes, parmi lesquelles la députée Natalia Poklonskaya, affirment que le film est une offense à la mémoire du saint et que par conséquent, “il insulte les sentiments religieux des croyants”, ce qui constitue un délit pour la loi russe.

L'orthodoxie a le goût de la controverse, du moins dans les actualités

Pour avoir un panorama plus large de la manière dont les médias parlent de l'orthodoxie, nous avons élargi notre champ de recherche pour inclure les articles de ces six derniers mois.

Termes les plus fréquents dans un échantillon de 9028 articles contenant des mots en lien avec “orthodoxie” (православ*). Parmi les termes surlignés, on trouve “Matilda” (матильда), “activistes” (активисты), “sentiments” (чувства), “croyants” (верующих), entre autres. Source: Media Cloud. (Agrandir l'image)

Matilda est aussi le sujet le plus important sur cette période. Cependant, d'autres thèmes ont retenu notre attention.

Dans le nuage de mots, les termes-clés les plus significatifs sont activistes (активисты), sentiments (чувства) et croyants (верующих). Pourquoi? Puisque faire offense aux sentiments religieux des croyants est considéré comme un délit, les activistes orthodoxes sont souvent présents dans les actualités, afin de défendre la chrétienté et même la moralité générale des ruses de ceux qui y portent atteinte : en particulier, les artistes et les blogueurs.

Par exemple, depuis le 13 mars 2017 se tient le procès de Ruslan Sokolovsky à Iékaterinbourg. L'État a intenté des poursuites contre Sokolovsky suite à la publication d'une vidéo de lui où on le voit jouer à Pokemon Go dans l'Église de Tous-les-Saints, à Iékaterinbourg, le 11 août 2016. Global Voices a écrit un article à ce sujet. L'enquête s'est fondée sur le témoignage d'un blogueur et activiste orthodoxe de la ville.

Ou alors, prenons l'exemple du transfert (передачи) très controversé de la Cathédrale (собор) Saint-Isaac de Saint-Pétersbourg, aujourd'hui un musée, pour qu'elle soit restituée à l'Église orthodoxe russe, avec d'autres églises à travers le pays qui ont souvent servi de bureau ou de magasin à l'époque soviétique. “L'Opération Saint-Isaac”, comme l'a baptisée un média russe, a fait se déchaîner un débat houleux dans la ville, provoquant à la fois des manifestations de rue contre le transfert et des processions sacrées en sa faveur.

Si l'orthodoxie russe était le principal objet de notre enquête, les mots Ukraine et Ukrainien (украинской) sont également apparus dans plusieurs articles. C'est tout à fait logique, la religion orthodoxe étant elle aussi majoritaire en Ukraine. L'autorité exercée sur la population orthodoxe est également venue alimenter le conflit récent entre les deux pays.

  • Une Croisade contre l'orthodoxie russe («Крестовый поход» против русского православия)
    Iz.ru, 18 mars 2017
    “Kiev cherche à faire disparaître toutes les églises orthodoxes russes du pays. Aujourd'hui, les parlementaires ukrainiens s'apprêtent à voter la loi dite “loi religieuse”. Celle-ci limite l'activité de l'Église orthodoxe ukrainienne du Patriarcat de Moscou… Kiev a décidé de prendre le contrôle de la vie spirituelle des Ukrainiens”.

Instants de répit : les heures douces et paisibles de l'orthodoxie

Si la plupart des résultats tirés des articles font la part belle à la controverse, on a vu apparaître d'autres sujets en rapport avec l'orthodoxie, aussi bien en Russie qu'en Ukraine.

Les Fêtes de Pâques (пасхи et праздник) ont aussi fait débat dans les médias, autour de la question de la foi personnelle et des activités de bienfaisance, comme on l'a vu dans le message pascal du patriarche Cyrille. On compte parmi ces pratiques la vénération et le respect des lieux saints ou des “reliques sacrées” (святыниpar des milliers de personnes.

  • Les reliques de la Bonne Volonté (Мощи доброй воли)
    Novaya Gazeta, 22 mai 2017
    “Le 21 mai, les reliques de Nicolas le Thaumaturge, ou, ainsi qu'il convient de le nommer, le Saint Hiérarque Nicolas, évêque de Myre, l'un des saints les plus populaires de notre pays, sont arrivées dans la capitale de la Russie en provenance de la ville italienne de Bari.
    Les autorités de la capitale se préparent à l'arrivée d'un flot de fidèles et prévoient de la nourriture bon marché pour ceux qui feront la queue [pour voir les reliques]. Au moins 10000 bénévoles seront mis à contribution sur le terrain. 20000 agents de police seront déployés pour assurer la sécurité de tous“.

Toutefois, dans la couverture des actualités russes, le spectre des “croyants offensés” n'est jamais loin, comme en témoigne la pétition lancée en juillet par la députée Poklonskaya, qui a recueilli 100000 signatures, pour empêcher le film “Matilda” ne serait-ce que d'arriver sur les écrans.

Il semblerait que lorsque les médias russes traditionnels parlent d'orthodoxie, le terme soit le plus souvent en rapport avec les politiques réactionnaires et les controverses. Cependant, d'autres angles sont encore à explorer, en particulier ceux qui ont trait aux divers aspects culturels d'une religion qui revendique 150 millions de fidèles. Nous espérons vous avoir donné envie d'aller plus loin.

Ci-dessous, une sélection d'articles publiés par Global Voices. Bonne lecture !

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site