Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Le fils d'un milliardaire indien “réside” dans un immeuble modeste de Macédoine

Captures d'écran de l'émission d'investigation “Kod avec Snezhana Lupevska Sozen” sur les logements de Sushanto Roy en Macédoine, montrant la première maison (en haut à gauche) et l'appartement actuel. Utilisées avec autorisation.

Aussi surprenant que cela puisse paraître pour la haute société indienne, un des leurs possède une adresse officielle dans un modeste bâtiment post-communiste de Macédoine.

Pour localiser l'adresse de Sushanto Roy, fils du milliardaire indien Subrata Roy, et passé entre 2016 et 2017 d'un quartier huppé à un appartement discret dans un quartier ouvrier, la consultation du registre électoral macédonien a été déterminante.

La résidence de Sushanto Roy (et sa présence ou non dans cet appartement) ont soulevé un certain nombre de questions concernant les relations du VMRO-DPMNE, l'ancien parti au pouvoir en Macédoine, avec la famille Roy et sur les rapports éventuels de ces liens avec la corruption gouvernementale.

Le registre électoral révèle la surprenante nouvelle adresse de Sushanto Roy

L'un des piliers de la campagne électorale 2017 menée par l'ex-parti au pouvoir VMRO-DPMNE fut la propagation d'informations alarmistes concernant les migrants et l'incitation à l’homophobie. L'émission d'investigation “Kod so Snezhana Lupevska Sozen” (“Code avec Snezhana Lupevska Sozen”) a mené l'enquête sur l'attribution de la nationalité macédonienne aux étrangers durant le règne du VMRO-DPMNE.

Il s'est avéré que, contrairement à sa rhétorique présentant les individus du Moyen-Orient comme dangereux, durant la dernière décennie, un grand nombre de personnes de cette région ont bénéficié d'une procédure accélérée pour obtenir la nationalité en tant qu'”investisseurs”. Par exemple, Reza Zarrab alias Rıza Sarraf, un homme d'affaire iranien résidant en fait en Turquie et qui fut arrêté aux États-Unis en 2016 pour suspicion de blanchiment d'argent lié à la violation de l'embargo avec l'Iran, a obtenu la citoyenneté macédonienne.

“Kod” a aussi enquêté sur la famille de Subrata Roy, un milliardaire indien controversé qui fut un partenaire du précédent gouvernement. Les journalistes de l'émission ont utilisé les données du registre électoral, qui a été rendu public avant les élections locales, pour trouver l'adresse actuelle de Sushanto Roy. Après avoir habité une villa somptueuse d'un quartier huppé, son adresse officielle est maintenant un appartement quelque peu vétuste situé dans une zone bien moins agréable, en bordure de la ville.

La vidéo ci-dessous (en macédonien), issue de l'émission, montre la première et l'actuelle résidences de Roy.

Les journalistes d'investigation ont visité l'appartement, situé dans le morne pâté de maisons baptisé “le bâtiment-boîte de conserve” et construit après le tremblement de terre de 1964. Ils y ont rencontré le propriétaire, un vieil homme du coin qui n'a pas voulu s'exprimer devant la caméra. Il a expliqué que les membres de la famille du milliardaire indien sont en effet les anciens occupants de son appartement. Le propriétaire a ensuite admis que ses proches travaillaient dans l'une des entreprises de Subrata Roy en Macédoine et qu'on lui avait demandé de “louer” l'appartement [sans doute en contrepartie de l'emploi offert].

Certains citoyens habitant dans l'ancien quartier de Roy ont feint leur déception suite à son “déménagement”, et ont fait mine de fustiger le responsable de “Kod”, Snezhana Lupevska Sozen, pour avoir fait “éclater leur bulle”.

Sushanto Roy n'est plus mon voisin. :( C'est dommage, nous n'irons plus acheter le pain et le lait [au magasin d'à côté] ensemble. :((( Merci Lupevska.

Brève et triste histoire de l'implication de Subrata Roy en Macédoine

En 2012, le gouvernement de la République de Macédoine met en place un programme économique cherchant à attirer les investissements étrangers. Il présente le milliardaire indien Subrata Roy comme une sorte de “sauveur” qui apporte des centaines de millions d'euros dans le pays. Il était prévu qu'il reçoive — en guise de subvention — une partie du parc national de Galichica pour y construire un gigantesque complexe-casino sur le lac Ohrid qui devait notamment inclure un “aéroport sur l'eau” ainsi que d'immenses parcelles de terrain dans l'Est de la Macédoine pour construire une ferme de 20 000 vaches.

A l'époque, seuls quelques médias indépendants avaient prêté attention au fait que Subrata Roy était visé par une enquête pour fraude massive dans son pays d'origine. Entre-temps, afin de montrer leur bonne volonté, la compagnie de Roy, Sahara, le gouvernement macédonien et les médias — sous contrôle gouvernemental — ont mené une grande campagne de relations publiques pour promouvoir l'entreprise de Subrata Roy. La campagne de relations publiques a notamment organisé un événement appelé Sahara Balkan Peace Festival, avec des animateurs bollywoodiens, ainsi qu'une participation de l'ancien Premier Ministre britannique Tony Blair.

M. Roy a aussi annoncé qu'il allait financer la construction d'un monument en hommage à Mère Teresa (1910-1997), née à Skopje, qu'il a rencontrée à Calcutta et avec laquelle il dit avoir sympathisé. Le gouvernement a célébré cette décision en érigeant un monument sous la forme d'une plaque mémoriale en marbre pour commémorer l'annonce du futur monument. Le site était l'un des rares espaces verts subsistant près de la place centrale.

Le Premier Ministre de l'époque Nikola Gruevski et Subrata Roy dévoilant une plaque pour le monument à venir, le 23 janvier 2013. Photo du Gouvernement de la République de Macédoine.

Comme dans de nombreux autres pays, la loi macédonienne autorise le gouvernement à accorder la citoyenneté aux personnes présentant un “intérêt national scientifique, économique, culturel, sportif ou autre” (Loi sur la citoyenneté), c'est-à-dire qui investissent 400 000 euros et emploient au moins 10 personnes. En 2014, les journalistes indépendants on révélé que plusieurs membres de la famille de Subrata Roy, dont sa femme Swapna et ses deux fils Sushanto et Seemanto, étaient devenus citoyens macédoniens.

Leur adresse officielle était une villa qu'ils louaient dans le quartier opulent de Bardovci. Début 2016, alors que des citoyens se rassemblaient pour se débarrasser des “fantômes” du registre électoral, son nom a encore une fois fait surface.

Tweet  : Sushanto Roy, Sushanto Roy de Bardovci. #Tous sur la liste
Image : Capture d'écran de la version en ligne du registre électoral donnant les informations suivantes : nom, prénom, adresse et bureau de vote.

La fin de l'héritage de Subrata Roy en Macédoine

En 2014, les autorités indiennes ont finalement arrêté et incarcéré Subrata Roy pour fraude et dettes. En Macédoine, certains ont fait l'hypothèse selon laquelle l'octroi de la citoyenneté avait pour but de parer à de possibles demandes d'extradition de la part de l'Inde.

Manifestement, le jeune M. Roy ne semble pas avoir passé beaucoup de temps en Macédoine. En octobre 2016, le Ministère de l'agriculture a entamé une action en justice contre lui pour ne pas avoir payé de bail pour le terrain mis de côté pour l'exploitation de bétail qu'il avait promise. Certains utilisateurs des médias sociaux ont utilisé la similarité du nom Sushanto avec une expression locale liée au mensonge (“sushu-lazhe”, litéralement “sèche-ment”, l'idée étant que le mensonge est si intense qu'il provoque la sécheresse) pour faire des commentaires sur cette affaire.

Le Ministère de l'agriculture attaque Sushanto Roy en justice pour défaut de paiement de loyer. Pourquoi seulement lui ? Ceux qui l'ont fait venir sont de plus grands “sushantoes”.

Le procès contre le jeune Roy n'a pas entamé ses droits citoyens ; avant les élections générales qui ont eu lieu en décembre, les utilisateurs de Twitter se sont alarmés du fait que ce Macédonien naturalisé ait le droit de vote.

Sushanto et Swapna Roy, un des fils et l'épouse de Subrata Roy, sont inscrits comme électeurs dans la municipalité de Karposh, localité de Bardovci, bureau de vote 2653/1.

En fait, aucun des investissements promis par la famille Roy en Macédoine ne se sont matérialisés. Leur compagnie, Sahara, a acheté un hôtel à Ohrid sans introduire le moindre argent dans le pays. La famille a contracté un emprunt dans une banque locale possédée par l'un des membres les plus hauts placés du parti au pouvoir. Alors que l'entreprise échouait, la banque a pris le contrôle de l'hôtel. Pour beaucoup d'observateurs, cela a confirmé l'impression que le rôle de Roy dans toute cette supercherie était de servir de couverture au blanchiment de l'argent possédé par les membres du gouvernement VMRO-DPMNE.

Le gouvernement VMRO-DPMNE a ensuite annoncé qu'il allait utiliser environ 6 millions d'euros des contribuables macédoniens pour construire le nouveau monument, promis par Roy, en mémoire à Mère Teresa. Il est encore en construction dans le centre de Skopje, et il est, de par sa hauteur, conçu pour rivaliser avec la statue d'Alexandre le Grand qui se trouve non loin.

Chantier de construction du nouveau monument à Mère Teresa (au milieu) sur la place principale de Skopje, en Macédoine. Photo par GV, CC BY.

Petre Shilegov, le maire de Skopje qui a emporté les élections du 15 octobre comme représentant de l'ancien parti d'opposition SDSM, a annoncé que la construction du monument allait être stoppée, tout comme celle d'autres édifices qui avaient été planifiés par le précédent gouvernement VMRO-DPMNE dans le cadre du plan Skopje 2014.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site