Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Hong Kong : l'outrage à l'hymne national pourrait être passible de peines de prison

La loi sur l'hymne national susceptible de s’appliquer à Hong Kong. Image de Stand News, usage non commercial

Cet article a été rédigé par Kris Cheng et publié à l'origine le 4 novembre 2017 sur le site d’information Hong Kong Free Press. Une version adaptée est publiée ci-dessous dans le cadre d'un partenariat avec Global Voices..

Hong Kong est dans le viseur d’une nouvelle loi chinoise qui criminalise le non-respect de l'hymne national.

Le 4 novembre, la cour suprême de Chine a décidé d'insérer cette loi dans l'annexe 3 de la loi fondamentale, la constitution de facto de Hong Kong, une région administrative spéciale jouissant d’une grande autonomie.

D’après cette loi, votée en Chine en septembre et promulguée en octobre 2017, quiconque modifie de façon malveillante les paroles de l'hymne national, “La Marche des Volontaires”, ou alors le joue ou le chante en public de manière déformée ou irrespectueuse, peut être détenu pendant une période pouvant aller jusqu'à 15 jours, et même être tenu pénalement responsable.

Peu de temps après la promulgation de la nouvelle loi, le Comité permanent de l'Assemblée nationale populaire (APN) a amendé la loi pénale du pays afin d’y inclure des sanctions pénales de violation de la loi. Ces sanctions vont de la suppression des droits politiques à l'emprisonnement pouvant aller jusqu'à trois ans en passant par la surveillance publique et la détention criminelle.

Le gouvernement de Hong Kong a déclaré qu'il mettrait en application la décision de l'APN en  se basant sur la législation locale. Il a aussi indiqué qu'il se basera sur la loi sur le drapeau et les emblèmes nationaux, qui prévoit également une peine maximale de trois ans de prison.

Cette nouvelle loi intervient  après que les supporters de football de Hong Kong ont à plusieurs reprises, depuis 2015, hué l’hymne  national chinois, une manière de montrer leur hostilité envers Pékin pour avoir renforcé son contrôle sur Hong Kong.

Effet rétroactif ?

Le gouvernement local de Hong Kong ne dit pas si la version locale de la loi aura un effet rétroactif.

Pour Rita Fan, membre du Comité permanent de l'APN, il faut que Hong Kong fasse appliquer la loi immédiatement après sa présentation à la législature afin d’empêcher tout acte “irrespectueux”  pendant les débats publics. Le conseiller exécutif Ronny Tong a de son côté prévenu de ce que, juridiquement, les autorités peuvent appliquer la loi avant son adoption par le parlement local:

Je conseille aux gens de Hong Kong de ne pas tester la loi, parce que si elle se trouve en annexe III, théoriquement parlant, comme je l'ai dit, ces actes seront déjà considérés comme illégaux.

Le secrétaire aux affaires constitutionnelles et continentales, Patrick Nip, a déclaré que le gouvernement consultera la législature et le peuple au moment d’adopter la nouvelle loi au niveau local.

Le gouvernement a exprimé sa position dans une déclaration datée du 4 novembre : «Au cours du processus législatif, le gouvernement [de la région administrative spéciale de Hong Kong] prendra pleinement en considération l’opinion du peuple ainsi que celle des membres du Conseil législatif ».

La semaine dernière, le président du comité de la loi fondamentale, Li Fei,  a déclaré que les Hongkongais vont devoir se lever lorsque l'hymne résonne sur les hippodromes de Happy Valley et de Sha Tin. Il a également fait savoir qu'il sera désormais obligatoire de chanter l'hymne national dans les écoles primaires et secondaires.

“Les gens respecteront cette loi par peur et non pas par respect.”

L'opinion publique est divisée. Les pro-Pékin estiment que la loi permet le respect du peuple chinois.

Cependant, David Tang du secteur judiciaire a écrit sur le portail d'information citoyen Stand News que le respect devrait se mériter :

英文那句 “earn someone's respect” 我真的喜歡得很。

立法禁止大眾侮辱國歌,難度不大,人家怕了,只好聽你的。但要別人打從心底尊重你?什麼國歌法也沒有用,迫不來的。你要别人尊重,就要先問問自己,做了什麼來贏得別人的尊重。…

以改善民生來換取大眾對政權的支持,是北京三十年來的國策,但在香港卻倒行逆施,只一味靠惡,迫人家尊重。Why?因為北京缺乏自信,只能依重無能但信得過的人?還是多少有種「抵佢死」的心態,覺得香港在英國底下威水了那麼久,現在老子當家了,就是不讓你有好日子過才高興?

J'aime l'expression anglaise “earn someone's respect” «gagner le respect de quelqu'un».

Il est facile d'adopter une loi et d'empêcher le public d'insulter l'hymne national. Les gens la respecteront par peur, et non pas par respect. La loi sur l'hymne ne peut pas forcer le respect des gens. Si vous voulez qu’on vous respecte, demandez-vous ce que vous avez fait pour gagner le respect des autres …

Ces 30 dernières années, Pékin a adopté la politique d'amélioration des moyens de subsistance pour gagner le respect.  Mais dans le cas de Hong Kong, il utilise la tactique des menaces et force les gens à le respecter. Pourquoi ? Est-ce parce que Pékin manque de confiance et ne peut compter que sur des personnes en qui il peut avoir confiance? Ou est-ce parce qu’il est jaloux de l'excellente performance de Hong Kong du temps de la domination coloniale britannique et maintenant heureux de voir Hong Kong souffrir ?

Éducation patriotique

Selon le dissident politique Lau Shan Ching, la loi sur l'hymne national ne consiste pas juste à punir ce qui est considéré comme irrespectueux, mais aussi à introduire l'éducation patriotique dans les écoles primaires et secondaires. La loi précise que les écoles doivent enseigner l'hymne national et l'intégrer dans le programme d'éducation patriotique.

Mais, nombreux sont ceux qui pensent que si les écoles doivent enseigner l'hymne national, elles doivent également enseigner la biographie de Tian Han, le parolier de l'hymne national. Tian Han était un militant anti-impérialiste et anti-féodal du Mouvement du 4 mai 1919. Sa vie a été une source d'embarras pour le Parti communiste chinois à une époque où ce révolutionnaire de première génération était torturé à mort pendant la Révolution culturelle.

Le leader d'opinion Ng Chi Sum a publié la biographie de Tian sur le média citoyen inmediahk.net afin de  montrer que les actes les plus outrageants orchestrés sur l'hymne national ont été commis par le PCC :

文化大革命期間,田漢被扣上「資產階級反動學術權威」的帽子,鬥倒批臭,受盡折磨侮辱,兒子更公開宣布與他劃清界線。田漢在囚室一樣的醫院病房中度過生命最後的歲月,死時身邊一個親人都沒有,更有記載說,為防泄露死者身分,用了假名。

田漢被打倒,反動學術權威的歌詞當然不能再唱,之後曾經出現民間改編版本:「起來!忠於毛主席的紅衛兵,把我們的血肉,築成中國的反修長城!」其後又有官方修改的版本:「高舉毛澤東旗幟前進!前進!前進!進!」直至1982,才恢復《義勇軍進行曲》的舊詞,並正式寫進憲法,成為中華人民共和國國歌。

Pendant la révolution culturelle, Tian Han a été qualifié d’autorité académique réactionnaire de la classe capitaliste ” puis insulté et torturé. Son fils a dû le défier ouvertement. Il a été emprisonné dans une chambre d'hôpital sans qu'aucun membre de sa famille ne l'assiste à sa mort. D’après certains documents non officiels, il était enregistré sous un pseudonyme pour empêcher le public d'apprendre sa mort.

Tian Han a été retourné et bien sûr, les gens ne pouvaient pas chanter les paroles réactionnaires de la Marche des Volontaires. On a changé les paroles en: “Debout ! Les gardes rouges fidèles au président Mao. Utilisez notre sang et notre chair pour construire la Grande Muraille de Chine contre le révisionnisme “. Plus tard, les paroles officiellement éditées ont été rendues publiques: ” Nous ferons flotter bien haut le drapeau de Mao Zedong en avant, en avant, en avant”. Ce n’est qu’en 1982 que les ancienes paroles de la Marche des Volontaires ont été restaurées et inscrites dans la Constitution comme hymne national.

En septembre, la biographie de Tian Han a été supprimée du site Web du Bureau de l’Éducation de Hong Kong lorsque la loi sur l'hymne national a été adoptée à Pékin, puisque la vie du parolier de l'hymne national est trop sensible pour être incluse dans le programme d'éducation patriotique.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site