Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Les jeux vidéos enrôlés dans la guerre russe de l'information

Collage d'images par Christopher Moldes. Utilisation autorisée.

Le 14 novembre 2017, le dernier cri en matière de guerre de l'information est apparu sur Twitter, quand le Ministère russe de la Défense a publié les “preuves irréfutables” de la coopération entre les USA et Daech. Le tweet prétendait montrer des images de drone de convois de l'EI circulant sous protection américaine. Un seul hic : aucune n'était réelle.

Comme l'ont relevé le réseau d'enquête Bellingcat et la Conflict Intelligence Team (Equipe de renseignement sur les conflits), quatre images sur les cinq provenaient de séquences de l'armée irakienne, et la cinquième… du jeu vidéo “AC-130 Gunship Simulator: Special Ops Squadron” (Simulateur de l'hélicoptère de combat AC-130 : Escadron d'opérations spéciales)

Le Ministère russe de la Défense utilise des images d'un jeu vidéo comme preuve que les États-Unis collaborent avec l'EI

Le Ministère russe de la Défense a promptement supprimé les tweets, mais les internautes russes avaient eu le temps de présenter leurs propres preuves moqueuses des méfaits américains en Syrie :

Le Ministère de la Défense de la Fédération de Russie a présenté des preuves irréfutables de soldats américains minant les zones résidentielles d'Alep. [capture d'écran : Bomberman]

L'aspirant-président Alexeï Navalny y est allé de son grain de sel :

Excusez-moi, je vais aussi faire un mème.
Le Ministère de la Défense de la Fédération de Russie a présenté des preuves irréfutables d'Américains utilisant un virus spécial qui change l'orientation sexuelle des militaires. [L'image est deTrevor Philips de Grand Theft Auto V]

D'autres ont volé au secours du Ministère de la Défense en louant l'action des forces russes dans la zone :

Le Ministère de la Défense a publié des photos exclusives des opérations secrètes des [unités d’]Opérations spéciales russes en Syrie [l'image est extraite de la mission controversée “No Russian” (pas de Russe) dans Call of Duty: Modern Warfare 2]

Le compte Twitter mentionné ci-dessus, TV Jihad, est une personnalité Twitter connue satirisant la télévision indépendante libérale TV Dozhd. Dans son ton impertinent habituel, il annonce le scoop que Daech a revendiqué la responsabilité du message du Ministère de la Défense :

[Image ; Avec l'aide d'Allah, le frère Vanka Erokhin, aussi appelé Abou Al-Kukhul Ar-Russi, a posté des captures d'écran de jeu vidéo sur le compte Twitter du Ministère de la Défense, afin flétrir les mécréants et fracasser leur réputation. Toute gloire à Allah !]
Tweet : L’État Islamique a finalement revendiqué la responsabilité des fakes du Ministère de la Défense

Malgré la suppression des tweets originels, beaucoup ont continué à se demander comment une chose pareille avait seulement pu recevoir le feu vert du ministère russe :

Le général : Qu'est-ce que vous faites, soldat, vous jouez à un jeu vidéo !?
Le caporal : Non, mon général, c'est, euh, des images des Américains protégeant l'EI !
Le général : Excellent ! Transmettez ça immédiatement au service médias !

Même les blogueurs pro-Kremlin ont été scandalisés. L'un d'eux a écrit :

Le Ministère de la Défense a fait passer des captures d'écran de jeux vidéo pour des “preuves irréfutables” de coopération des États-Unis avec l'EI. Les lauriers de Zakharova [Maria Zakharova, porte-parole du Ministère russe des Affaires étrangères, connu pour ses gaffes et bourdes] n'épargnent personne. Ceci illustre la récente controverse sur l’ “erreur de bonne foi” de Zakharova. Voilà ce qui arrive quand les “erreurs de bonne foi” sont pardonnées. Ça vous plaît ? Pour une raison quelconque, les bots sont silencieux, franchement étonnant.

D'autres y ont vu un nouveau coup dans la partie ininterrompue d'échecs à onze dimensions de la guerre de l'information menée par la Russie contre l'Occident :

Formidables commentateurs de Bellingcat. Le Ministère russe de la Défense publie une photo d'un jeu vidéo en disant que c'est l'aide des USA à l'EI, et nos formidables commentateurs disent…

Le tollé contre les photos bidonnées n'a pas retenu Rossiya 24, une télévision appartenant à l'Etat russe, de diffuser une information sur la “preuve irréfutable” :

La télévision d'Etat russe a régurgité la “preuve” basée sur un jeu vidéo que l'Amérique collabore avec l'EI.

“Nous commençons avec un message du Ministère russe de la Défense : la coalition internationale menée par les USA soutient les terroristes de l'EI et collabore avec eux. Ceci est confirmé par des photos prises le 9 novembre par des drones russes pendant la libération d'Abu Kamel. Les images montrent des formations armées de l'EI fuyant les frappes aériennes russes en convois de plusieurs kilomètres qui se dirigent vers la frontière syro-irakienne. Pour assurer la sécurité des combattants en retraite, les forces aériennes de la coalition ont essayé d'interférer avec l'aviation russe dans la zone. Des faits qui sont la confirmation irréfutable que les USA apportent une couverture aux unités de l'EI et les utilisent pour promouvoir les intérêts américains au Moyen-Orient”.

Le Ministère de la Défense a ultérieurement émis une déclaration :

Минобороны России проводит проверку в отношении гражданского сотрудника одного из подразделений, ошибочно прикрепившего фотоматериалы к заявлению военного ведомства о взаимодействии возглавляемой США международной коалиции и боевиков ИГИЛ* в районе аль-Букемаля (Сирия)

Le Ministère de la Défense de la Russie mène une vérification en relation avec un employé civil d'une subdivision, qui a attaché par erreur des matériaux photographiques à la déclaration de l'administration militaire sur la coopération entre la coalition internationale dirigée par les USA et les combattants de l'EI dans la région d'Abu Kamel en Syrie.

Le Ministère de la Défense a persisté à dire que le refus américain de mener des frappes aériennes sur le convoi et les interférences contre l'aviation russe étaient des faits avérés par les retranscriptions officielles. Ce ne sont pas les premières tensions apparues entre forces américaines et russes sur l'attaque ou non de convois.  Au mois de septembre, lors d'une impasse de plusieurs semaines à propos d'un convoi transportant non seulement des combattants de l'EI, mais aussi des civils en fuite, les responsables russes avaient réclamé que leurs homologues américains reculent leurs moyens aériens, procédure apparemment standard pour que les avions russes puissent effectuer des frappes. Soit le mécanisme de déconfliction à l’œuvre, permettant autant aux États-Unis qu'à la Russie de s'assurer que leurs forces ne se tireraient pas dessus dans le combat contre l'EI. Les drones et avions de combat américains ont harcelé le convoi dès son départ, mais à mesure que la confrontation avançait, les Américains ont fini par acquiescer et ont reculé leurs unités de reconnaissance aérienne. Comme ce convoi particulier se rendait en territoire irakien depuis le Liban, un marché semble avoir été passé entre le gouvernement Assad et les autres gouvernements respectifs. Alliés d'Assad, les Russes ont peut-être voulu utiliser le mécanisme de déconfliction pour faciliter les mouvements du convoi. Il n'y a eu aucune frappe aérienne russe. En reculant leurs moyens, les Américains ont donc laissé le convoi arriver à destination. Ce n'est pas le premier accord de ce genre à être conclu : la BBC a signé un reportage sur un accord secret avec les forces de la coalition qui a permis à un autre convoi similaire de quitter Rakka avec des milliers de combattants de l'EI et leurs familles.

Pour revenir au dernier tweet russe, le Ministère russe de la Défense en a finalement publié un nouveau avec les images “véritables”. Des commentateurs continuent cependant à douter de leur valeur :

Les drones russes en Syrie peuvent prendre des photos de bien meilleure qualité et horodatées, mais la “preuve irréfutable” 2.0 reste un arrêt sur image de vidéo, et on ne sait pas quand elle a été prise (on a coupé l'horodatage).

Les utilisateurs de médias sociaux ont pu y trouver de quoi s'amuser, mais d'autres s'interrogent : est-ce là la sorte de renseignement que le commandant en chef lui-même, Vladimir Poutine, reçoit de ses services ? Parce qu'il y a assurément des raisons de croire que ce serait le cas.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site