Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Lutte contre la pollution atmosphérique : la Chine interdit le charbon dans 28 villes

Ces affiches proclament : “L'interdiction du charbon est un ordre militaire, à la vue de la fumée la maison sera détruite” et “toute personne vendant du charbon sera arrêtée”. De Weibo.

A l'approche de l'hiver, Pékin se prépare pour combattre le smog, le brouillard causé par la pollution atmosphérique, et un grand nombre de villes du nord de la Chine ont interdit le charbon.

Différente des efforts des années précédentes, coordonnés par le Ministère de la Protection de l'environnement, la “Prohibition du charbon” est devenue une mesure économique supervisée par une coalition d'autorités de haut niveau. Des objectifs concrets sur le niveau de la qualité de l'air et le nombre de zones sans charbon ont été attribués à 28 villes du nord de la Chine.

Ces dernières années, la Chine a été gravement touchée par la pollution de l'air et plus particulièrement en hiver. Les villes du nord de la Chine, notamment, ont enregistré un niveau de substances polluantes, ou PM 2.5, dans l'air allant de 300 à 1.000 µg/m³ (microgrammes par mètre cube). Un tel niveau de ces substances est nocif pour la santé de l'homme et peut causer des maladies pulmonaires comme l'emphysème, le cancer du poumon ou un décès précoce chez les personnes souffrant de problèmes cardiaques ou pulmonaires.

Début octobre, Taiyuan, la capitale de la province de Shanxi et coeur de la production de charbon en Chine, a été une des zones à promulguer l'interdiction du charbon. L'annonce est considérée comme un acte symbolique montrant la détermination de Pékin à réduire la consommation de charbon.

Dès que la liste des 28 villes fut publiée, l'interdiction du charbon s'est transformée en une réelle campagne, avec bannières et slogans placés stratégiquement pour être vus de tous.

Les comités de rue et de village des zones sans charbon se sont mobilisés afin de s'assurer que les résidents soient passés à des sources d’énergie propres.

Même si le public adore le ciel bleu, beaucoup s'inquiètent que ceux qui n'ont pas les moyens d'investir dans l’énergie propre puissent mourir de froid pendant l'hiver. Sur le site Weibo, certains incitent les autorités à ralentir la mise en place de l'interdiction du charbon :

【陈安石:邯郸禁煤是好政策,请急步慢行】为防治大气污染,河北邯郸决定在主城区全面禁煤。客观的说这是个好政策,上符《污染法》,下合百姓青天碧水之期盼。只是觉得这事整的有点急。对于污染对于落后的生产模式,一个政令下来就要马上实施与改变,只能说领导的愿望很好,怕是短时间难以做到。比如说,煤是电力发电的主要能源,若没有新能源替代之前,一刀切掉,那发电怎么办?邯郸市的用电如何解决,还是说,只禁掉百姓用煤,发电企业不禁呢?

[Chen Anshi: la politique de l'interdiction du charbon à Handan, province de Hebei, est une bonne chose mais s'il vous plaît faites-le progressivement.] Pour combattre le problème de la pollution de l'air, la ville de Handan dans le Heibei a décidé d'interdire le charbon dans la majeure partie de la ville. C'est une bonne politique, en conjonction avec la loi sur la pollution et l'espoir des gens de voir un ciel bleu et d'avoir une eau propre. Mais la mise en oeuvre est quelque peu précipitée. Le souhait des dirigeants de transformer cette production rétrograde et fortement polluante est positif mais cela ne va pas se faire en une nuit. Par exemple, aujourd’hui l'utilisation du charbon pour la production d’électricité est la principale source d'énergie, sans l'alternative d'une source d’énergie propre, pouvez-vous fournir assez d’électricité à la population ? Et d'un autre côté, si nous interdisons aux gens ordinaires d'utiliser du charbon, les gens demanderont pourquoi ne pas interdire l'électricité produite à partir du charbon ?

近日,为了环保指标达标,邢台市多地提前开展冬季禁煤运动,本身是好意。但农村许多独居老人不会使用天然气或电器做饭,甚至使用这些就会导致新的不安全。咋办?希望邢台市相关部门考虑这些现实问题,执法做到人性化,维护这些农村独居老人弱势群体的利益。

Afin d'atteindre l'objectif gouvernemental, la ville de Xingtai de la province du Hebei a récemment commencé une campagne pour interdire le charbon. C'est un bon début. Cependant, dans les villages, il y a encore beaucoup de personnes âgées qui vivent seules et elles ne savent pas comment utiliser le gaz naturel ni les appareils électriques pour cuisiner. Des accidents peuvent arriver [si on les force à utiliser ces alternatives]. Que devrions-nous faire ? J'espère que les autorités de Xingtai vont prendre en compte le problème pratique et mettront en place cette politique avec humanité, afin de protéger l'intérêt des groupes sociaux marginalisés, comme par exemple ces personnes âgées dans le village.

Cette idée de zones sans charbon a d'abord été introduite en 2011 pour réduire la consommation de charbon à Pékin. En 2013, un plan d'action plus concret et plus complet a été présenté, ciblant en priorité les régions de Pékin-Tianjin-Hebei pour des contrôles stricts de la qualité de l'air. Pour Pékin, il fixe comme objectif que la concentration annuelle moyenne de particules dangereuses, les PM2.5 (matière particulaire d'une taille de 2.5 microns ou moins), devra être limitée à un niveau de 60 μg/m³.

Comme prévu, ce plan a rencontré des difficultés : le Hebei est le centre de la production d'acier en Chine et l'industrie lourde repose principalement sur le charbon comme source d'énergie.

En août 2017, le Ministère de la Protection de l'environnement est passé à la vitesse supérieure et a publié un plan de lutte contre la pollution. Vingt-six autres villes dans les provinces du Hebei, Shanxi, Shandong et Henan se sont ajoutées à Pékin et Tianjin pour mettre en place des zones sans charbon. Le Ministère a cependant reconnu qu'il aura du mal à atteindre l'objectif de 2017.

Néanmoins, la réduction de la consommation de charbon n'est pas seulement une campagne écologique, c'est aussi devenu une question de planification et de développement économique.

En septembre 2017, une coalition politique de haut niveau du Ministère du Logement et du développement urbain, du Comité national du développement et de la réforme et le Ministère de la Finance et de l'énergie ont publié un guide de surveillance demandant aux dirigeants de ces vingt-huit villes d’accélérer la mise en place de zones sans charbon afin d'être conformes aux normes de qualité de l'air de 2017.

Taiyuan, le centre de production de charbon en Chine, a pris des mesures pour interdire le charbon. Taiyuan est la ville la plus riche du Shanxi et ne souffrira pas beaucoup de l'interdiction du charbon. En revanche, d'autres villes charbonnières du Shanxi, dont Jincheng où la majorité des habitants chauffent leur maison au charbon, ont réagi à l'interdiction avec beaucoup d'amertume. Sur un forum de Jincheng, les gens ont expliqué :

沒有暖氣煤氣的住戶,冬天都到政府大樓住吧,肯定政府管住,要是不管,那政府就是想讓凍死咱們呢

Ces habitants qui n'ont pas de système de chauffage au gaz chez eux doivent déménager dans les bâtiments du gouvernement pendant l'hiver. Les membres du gouvernement devront s'occuper d'eux. S'ils ne le font pas, cela veut dire qu'ils veulent bien laisser les gens mourir de froid.

這回只要把老百姓窮死凍死就好了,剩下的當官,資本家們就可以共同建議發達國家了。

C'est bien de laisser mourir les pauvres de froid. Les riches qui restent deviendront des officiels du gouvernement et ils pourront construire un pays riche et développé avec les capitalistes.

Bien que certains gouvernements locaux ont versé des subventions aux habitants pour passer à une énergie propre, certains sont sceptiques :

一个炉子安装7000块,政府补贴给安装的厂家5000,自己还要掏腰包2000,电价一问国家补贴3个月,明年还补不补政府也不知道…

Un chauffage électrique coûte 7.000 yuan (environ 900 euros) et le gouvernement finance le fabricant 5.000 yuan (environ 640 euros), le foyer doit payer 2.000 yuan (environ 260 euros). Le gouvernement aidera à financer trois mois de facture d’électricité ; quant à savoir si les subventions continueront l'année prochaine…

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site