Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Au sein du vaste univers du film « Valérian », l'Ukraine se distingue

Photoshopped screenshot from the sci-fi film “Valerian and the City of a Thousand Planets” with cosmonauts wearing the Ukrainian flag as shoulder sleeve insignia, shared on social networks.

[Billet d'origine publié le 10 novembre 2017]

La présence d'un drapeau ukrainien sur la manche d'une astronaute dans le film « Valérian et la Cité des mille planètes » a fait quelque peu sensation parmi les utilisateurs ukrainiens de réseaux sociaux.

« Valérian et la Cité des mille planètes » est le tout dernier film de science-fiction français du célèbre réalisateur Luc Besson. Le film est sorti en juillet et est sans doute toujours à l'affiche dans quelques salles de cinéma à travers le monde. Il s'inspire de la série de bandes dessinées de longue date Valérian (1967-2010) de Pierre Christin et Jean-Claude Mézières.

Les premières scènes du film présentent l'histoire de cet univers fictif, y compris la construction de la colossale station spatiale Alpha, achevée par l'ajout de coques de vaisseaux provenant de la terre et d'espèces extraterrestres à la Station spatiale internationale actuelle.

Les spectateurs voient l'arrivée d'une équipe de cosmonautes ukrainiens dirigée par une femme portant le drapeau sur sa manche, à la grande joie des fans ukrainiens de science-fiction et occasionnant toutes sortes de références.

Par exemple, l'animation ci-dessus associe la scène présentant la cosmonaute ukrainienne de fiction serrant la main à un autre personnage, et la chanson à succès Podaj Rękę Ukrainie datant de 2014 (signifiant, littéralement, « Tendez la main à l'Ukraine », ou « Prêtez main forte à l'Ukraine du groupe polonais Taraka. Cette chanson a été inspirée par les manifestations Euromaïdan de 2013 et 2014 contre les abus du gouvernement ukrainien sous la présidence de Viktor Yanoukovytch et servit à récolter des dons pour les familles de manifestants tués par des snipers ou d'autres actes de violence. Cette chanson est considérée comme étant le symbole de la solidarité polonoa-ukrainienne.

Certaines discussions en ligne ont aussi clarifié quelques idées fausses soutenues par des cinéphiles enthousiastes.

Tweet 1 : Dans le film de Luc Besson « Valérian et la Cité des mille planètes », la délégation terrienne est représentée par l'Ukraine. Les cosmonautes portent notre drapeau sur un bandeau autour du bras.
Tweet 2 :
Non. Il y a des délégations d'Iran, de pays africains, etc. Il n'y pas de délégation « terrienne ». La station elle-même est russe.

State Space Agency of Ukraine logo. CC BY-SA 3.0 via Wikipedia.

En  réalité, cette rectification n'est que partiellement vraie. La Station spatiale internationale est un projet commun des agences spatiales des Etats-Unis (NASA), de la Russie (Roscosmos), du Japon (JAXA), du Canada (ASC en français, CSA en anglais) et de l'Agence Spatiale Européenne (ESA). L’Agence spatiale nationale d'Ukraine (NSAU), créée en 1992, est l'une des descendantes du programme spatial russe, et a hérité de toutes ses installations dans le pays. Jusqu'en 2014, l'agence effectuait des lancements de fusées depuis le Kazakhstan et la Russie. Après l'annexion de la Crimée par la Russie, la NSAU a commencé à envoyer des satellites vers l'espace via la plateforme flottante multinationale Sea Launch.

Bien qu'un certain nombre d'Ukrainiens aient servi en tant que cosmonautes, le premier Ukrainien à voler dans l'espace sous le drapeau ukrainien était Leonid K. Kadenyuk le 13 mai 1997.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site