Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Le Victoria, premier État australien à légiférer sur la mort assistée

Euthanasia

Euthanasie – Avec l'aimable autorisation de Nick Youngson CC BY-SA 3.0 http://nyphotographic.com/

Le Victoria est le premier État australien à avoir adopté une loi sur la mort volontaire assistée (MVA). Ce vote historique du parlement victorien a été très controversée, avec une opinion divisée  pour des raisons éthiques et / ou religieuses sur la question de l'euthanasie.

Cette division n'est qu'une des raisons pour lesquelles le chemin a été lent pour en arriver là. Déjà en 1995, le Territoire du Nord avait adopté des lois sur l'euthanasie, mais un an plus tard, le parlement fédéral, responsable des territoires australiens, annulait la loi sur les droits des malades mentaux. Récemment, la Chambre haute du parlement de la Nouvelle-Galles du Sud a rejeté un projet de loi similaire par la plus étroite des marges – 20 voix contre 19.

Un trait commun de ces débats parlementaires a été que les partis politiques ont laissé à leurs représentants un vote libre ou de conscience sur les projets de loi soumis au parlement.

Le projet de loi du Victoria

Au début du débat parlementaire en octobre 2017, Benjamin Silvester a résumé le contexte du projet de loi du Victoria – et les personnes clés qui y son impliquées – dans un article qu'il a écrit pour The Citizen, une publication en ligne du Centre for Advancing Journalism de l'Université de Melbourne :

La loi permettra aux habitants du Victoria malades en phase terminale d'avoir accès à des médicaments létaux dans les 10 jours suivant leur demande de mort, à la suite d'un processus qui comprend trois demandes volontaires et deux évaluations médicales indépendantes. Les malades doivent être âgés de plus de 18 ans, sains d'esprit, devant mourir dans les 12 mois et souffrir d'une manière “ne pouvant pas être soulagée d'une manière que la personne juge tolérable”. Le patient doit administrer lui-même la dose létale, mais un médecin peut la lui administrer en cas d'incapacité à le faire lui-même.

Le calendrier a finalement été modifié, le temps pour l'accès étant réduit de 12 à 6 mois d'espérance de vie (avec certaines exceptions). Le Conseil législatif de la Chambre haute a siégé pendant 28 heures consécutives avant d'adopter le projet de loi, avec des amendements qui incluaient la modification du temps d'attente. Le résultat du vote a été de 22 à 18. Un ministre du gouvernement a tweeté une longue série de GIF animés et de courts clips vidéo sur le processus d'adoption :

3e lecture, adoptée, 22 Oui, 18 Non, l'histoire en train de se faire dans le Victoria et en Australie!  Le projet de loi est maintenant renvoyé à la Chambre basse pour l'examen des amendements que nous avons insérés dans la législation

Cependant, son humour n'a pas été apprécié par tout le monde :

Comportement offensivement irrespectueux par @philipdalidakis tweetant des blagues au cours du débat MVA. Les enfants ne devraient pas être autorisés à siéger au parlement

L'Assemblée législative de la Chambre basse a ensuite voté 46 à 37 en faveur du projet de loi amendé.

Rôles clés

Sa mère étant décédée des symptômes associés à la sclérose en plaques, la ministre de la Santé de l'État de Victoria, Jill Hennessy, a été l'une des forces motrices de la loi. Le procureur général Martin Pakula a rendu hommage à sa collègue sur Twitter :

Cette femme. Cette star. Les Victoriens n'oublieront jamais ce qu'elle a accompli en conduisant le combat pour obtenir la MVA – tant d'autres méritent d'être crédités, mais rien de tout cela n'aurait pu arriver sans la députée JillHennessy

Andrew Denton, personnalité chevronnée de la télévision, qui a contribué à fonder l'organisation Go Gentle a lui aussi été un des influenceurs. Denton a expliqué pourquoi il préconisait le changement lors de la conférence Progress 2017 à Melbourne en juin 2017, aux côtés de Jenny Barnes, une autre militante :

Une opposition vigoureuse est venue d'organisations telles que Right to Life, ainsi que de groupes religieux qui tenaient à mettre en évidence des cas qui contrebalançaient ce qu'a connu Jill Hennessy dans son expérience avec sa mère mourante:

Le mari de Liz Spencer n'aurait pas vécu encore 18 ans si la MVA avait été légale

Certains utilisateurs de Twitter comme Lyle Shelton de l'Australian Christian Lobby ont été bien moins impressionnés par l'excitation autour de cette approbation :

Aujourd'hui est le jour où un Parlement a voté non pas pour améliorer les soins palliatifs, mais pour admettre le meurtre comme traitement médical. Cela ne doit pas se propager à d'autres Etats.

Occupe-toi de tes affaires, emmerdeur de Dieu

D'autres ont essayé de donner un ton plus léger au débat houleux :

Viens de recevoir un communiqué de presse disant que les orages imminents dans le Victoria sont la la punition de Dieu pour la légalisation de l'euthanasie

Les soins palliatifs et l'avenir de la MVA en Australie

L'un des points chauds du débat a été le rôle des soins palliatifs. Certains Australiens estimaient qu'avec la “culture de la mort” on allait abandonner les traitements spécialisés pour les malades en phase terminale, tandis que d'autres soutenaient que les soins palliatifs n'étaient pas capables de soulager la souffrance :

Le député RobertClark dit que la loi MVA livrerait 10 000 personnes à une mort dans les souffrances tout en répondant aux besoins des quelques 150 personnes qui auront accès à la MVA. Il a également déclaré que les soins palliatifs sont en mesure de traiter toute douleur. Laquelle ?

La probabilité que la MVA devienne une loi dans d'autres parties du pays est incertaine. Ces dernières années, d'autres États ont tenté sans succès d'introduire une législation comparable, et le Territoire de la capitale australienne (ACT) veut emprunter le même chemin que le Victoria en créant un comité parlementaire multipartite chargé d'examiner les choix de fin de vie. .

Bien que toutes les lois MVA que l'ACT pourrait adopter puissent encore être rejetées par le parlement fédéral, il semble qu'un unique député serait désireux de le faire : l'ancien premier ministre, Tony Abbott, est un catholique conservateur qui a fait campagne vigoureusement contre le mariage des personnes de même sexe et a dit espérer que les lois victoriennes seront annulées un jour :

Un futur parlement victorien devrait avoir la décence morale d'abroger cette loi sur l'euthanasie. Personne ne devrait être s'entendre dire que sa vie ne vaut pas la peine d'être vécue ou qu'elle constitue un fardeau.1 / 2

En revanche, beaucoup d'autres Australiens se sont réjouis de la récente tendance progressiste dans la politique australienne, reliant les lois MVA et le vote avec 62% de OUI dans l'enquête nationale sur le mariage homosexuel [fr]:

Sensationnel. L'euthanasie votée dans le Victoria. Le mariage gay pour Noël. Une nouvelle Australie.

La politique progressiste fait un nouveau grand pas en avant.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site