Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Ces citoyens italiens réduits au silence se dressent contre le gazoduc européen

Arrêt sur image d'une vidéo d'une manifestation contre le gazoduc trans-Adriatique. Photographie : Paolo Zuccotti / 350.org, reproduit avec autorisation.

Cet article se base sur une publication originale de 350.org et est republié dans le cadre d'un partenariat avec Global Voices.

Dans le sud de l'Italie, des instituteurs, des mères de famille, des grands-parents, du personnel soignant et des exploitants de plantations d'oliviers mènent une résistance pacifique pour protéger leurs terres et leurs communes d'un énorme projet de gazoduc.

Depuis le 13 novembre, la police interdit l'accès à toute une “zone rouge” autour du chantier du gazoduc trans-Adriatique (Trans Adriatic Pipeline, TAP) aux journalistes, citoyens et fonctionnaires locaux.

Malgré cette interdiction, la violence de la police et des amendes montant jusqu’à dix mille euros, la commune de Melendugno est déterminée à poursuivre sa résistance.

Voici quelques-uns des participants au blocus citoyen :

Valentina : Je suis artisan. Je suis ici parce que j'aime ma terre et que [..] je suis fatiguée de voir que tant d'argent public est dépensé pour des gains privés, dans l’intérêt de quelques-uns plutôt que pour la population.

[…] Tous les médias, journaux, chaînes de télévision locales nous ont complètement censurés. Vous ne pouvez pas parler de NoTAP. Il y a tellement d'argent en jeu que c'est tentant, pour eux, de faire ça plutôt que de protéger notre territoire, l'environnement, le futur des gens et notre santé.

[…] Nous avons déjà dénombré 16.000 pots-de-vin utilisés pour acheter le consentement et le silence.

Anna Maria : Je suis une mamie NoTAP, je me bats pour la terre, mais surtout parce que ma famille a été touchée par un problème sérieux. Un de mes neveux a une maladie rare, très rare […]. Le diagnostic de l’hôpital de Trieste est “facteurs relatifs à l'environnement”. C'est pour ça que j'ai cette force pour me battre.

[…] Ils coupent les oliviers, ou plutôt, ils les détruisent. […] Il y a une force en moi qui me pousse à me battre, contre la mafia, contre la corruption, contre l'injustice.

Simone : Je suis juriste et membre du conseil municipal de Melendugno […] Nous (la commune de Melendugno) sommes du côté des citoyens et nous y serons toujours, parce que ce n'est pas un autre cas de NIMBY [Not In My Backyard, pas dans mon arrière-cour, NdT], mais une opposition consciente.

Nous considérons que ce projet est inutile car nous n'avons pas besoin de plus de gaz […] dans une région à vocation touristique, […] parce que nous pensons que la stratégie énergétique de l'Italie est obsolète. […] La région des Pouilles est le plus important producteur d'énergie renouvelable d'Italie.

Francesco : On les [les ouvriers de TAP] a attendus [sur le site des travaux]. Pour imposer l'ordre, la police a utilisé […] les matraques à notre encontre […]. Nous sommes peu nombreux, mais nous sommes déterminés.

[…] Près d'ici, il y a une zone protégée très importante. Il y a un marécage. Nous sommes à 300 m de la mer, la côte est protégée, et ils veulent faire arriver leur gazoduc juste ici. […] Nous voulons seulement que cet endroit soit respecté.

Aurora : Nous nous battons contre un projet imposé dont la région ne veut pas. [..] Nous nous sentons vraiment démunis. Nous allons continuer à résister avec toute la force que notre terre et notre mer nous donnent. […] Quand autant de forces de l'ordre se trouvent en face de vous, policiers et gendarmes, vous vous rendez compte que l’État est esclave.

[…] Certains se battent contre ce gazoduc, contre TAP, depuis six ans maintenant. […] Depuis six ans, ingénieurs et chercheurs ont compris que ce gazoduc est problématique […] pour la terre, pour notre santé, pour le tourisme.

Sabina : Je me bats contre tout ce qui peut changer une façon positive de vivre du tourisme. Nous n'utilisons que 40% de l'énergie à notre disposition donc non, ce [projet] n'est pas nécessaire du tout. Pour nous c'est un problème européen. Ce n'est pas le problème de Salento, de Melendugno, de San Foca, c'est un problème pour l'Europe. Nous devons […] nous unir dans cette bataille, parce que ce n'est pas seulement la nôtre. […] Ce n'est pas juste, pas nécessaire, et c'est dangereux.

Le soutien à la population locale s'intensifie alors que les banques sont soumises à une pression internationale pour rejeter les demandes de prêts dont le projet a besoin pour se poursuivre. Par exemple, de plus en plus de citoyens en appellent à la Banque européenne d'investissement à promettre de ne pas financer les 1,5 milliards d'euros du TAP.

Le TAP fait partie du projet énergétique phare de la Commission européenne, le Corridor gazier sud-européen. L'Union européenne pousse à développer massivement une nouvelle infrastructure gazière bien que celle qui existe déjà opère au-dessous de sa capacité et malgré le fait que le développement du marché gazier soit incompatible avec l'Accord de Paris sur le climat.

Films réalisés par Paolo Zuccotti et Jan Hajdelak pour 350.org. Musique : Am-Trans par Podington Bear (Licence international Attribution-NonCommercial 3.0 – www.soundofpicture.com)

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site