Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Dans les coulisses du boom de la littérature en ligne chinoise

Photographie du domaine public via Pixabay.

Sauf mention contraire, les liens de cet article renvoient vers des pages en chinois.

En Chine, le marché du livre électronique explose. D’après les estimations officielles, en juin 2017, environ 90 % des 353 millions de lecteurs utilisaient leurs téléphones portables pour accéder à la littérature sur Internet. Grâce à la popularité de cette dernière, de nouveaux auteurs peuvent présenter leur travail à un public grandissant. Mais pour certains auteurs et lecteurs, ce nouveau modèle d'édition crée des effets secondaires inattendus et négatifs.

L'un des principaux indicateurs de l'explosion du lectorat sur Internet est l'augmentation soudaine du cours de China Literature, la plus importante plate-forme de littérature en ligne de Chine et une filiale du géant des télécommunications Tencent. Le cours de l'action de China Literature est monté en flèche à la bourse de Hong Kong après son introduction en novembre 2017.

Avec 9,6 millions de titres créés par 6,4 millions d'écrivains pour une moyenne mensuelle de 192 millions de lecteurs, la société maîtrise environ 70 % du marché de la littérature sur Internet en Chine. Ses genres de prédilection sont la fantasy, les intrigues de palais, l'exploration de ruines, les conspirations et les romans d'amour.

Elle tire ses revenus des paiements des lecteurs mais aussi des droits sur les œuvres les plus populaires, comme “La légende de la concubine Zhen Huan”, “Le secret du pilleur de tombe” et “Le voyage de Fleur”, qui ont été adaptées à la télévision.

China Literature affirme que le marché de la littérature en ligne chinois est devenu l'une des quatre sources de revenus culturels les plus importantes au monde, après les films de Hollywood, les mangas japonais et les séries télévisées coréennes. Cette rhétorique fait du business de la littérature sur Internet un projet national qui démontre le pouvoir commercial de la Chine.

Frénésie autour de la propriété intellectuelle

Les droits d'un roman populaire sur Internet peuvent être vendus pour des millions de yuans, car un grand nombre de fans de fiction garantit la popularité d'une adaptation à la télévision ou au cinéma. En fait, ces dernières années en Chine, les marchés de la télévision et de la vidéo ont été dominés par les adaptations de romans en ligne.

Ainsi, “Le voyage de Fleur” [en], un roman mêlant fantasy et arts martiaux publié sur le site de littérature Jinjiang Wenxue City en 2009, est devenu l'une des œuvres les plus populaires du pays et a ensuite été publié en livre “traditionnel”. Dans ce récit, un dieu et une déesse sont destinés à se tuer, mais ils tombent ensuite amoureux dans l’au-delà. Il est devenu une franchise incluant un jeu vidéo, un film et une série télévisée : celle-ci a été la première fiction en Chine à dépasser les 20 milliards de vues sur Internet.

Ce modèle d'édition exploite-t-il les auteurs ?

Sur China Literature, les auteurs populaires doivent signer un contrat dont les termes en matière de droits d'auteur avantagent la société et reçoivent un guide “d'auto-censure” à suivre.

Les auteurs sous contrat sont payés au mot, suivant un système pyramidal hautement abusif car le taux alloué à un auteur dépend de sa popularité. En 2016, China Literature a rémunéré ses 5,3 millions d'auteurs environ 1 milliard de yuans (soit environ 130 millions d'euros), mais seulement une centaine d'entre eux ont gagné plus d'un million de yuans. La rémunération moyenne est restée en-dessous de 200 yuans (25 euros).

En même temps, ce système n'encourage pas un travail de qualité car les auteurs ont tendance à produire un grand volume de mots pour augmenter leurs revenus. Ainsi, un roman en ligne typique contient environ un million de caractères chinois. Les auteurs de China Literature, eux, ont publié un stupéfiant volume de 41,4 milliards de mots en 2016.

L'écriture est également devenue interactive et soumise à la pression des opinions des lecteurs, qui dictent ainsi le processus créatif. Pour gagner des lecteurs, de nombreux auteurs doivent inventer des intrigues étranges et produire quelques milliers de mots chaque jour, sous peine de voir leur public annuler ses abonnements. Certains suspendent leurs publications car ils sont incapables de poursuivre leur intrigue initiale ou parce qu'ils ne supportent plus la pression.

Un auteur a ainsi exprimé son anxiété sur Twitter :

Je ne suis pas aussi capable que d'autres auteurs de littérature sur Internet. Ils peuvent écrire jusqu’à 10.000 ou même 20.000 mots par jour alors que je ne peux en écrire que 4.000 ou 5.000. Comment devrais-je me punir ?

Une enquête menée par Hu Run Net sur les 85 meilleurs écrivains sur Internet a permis de résumer un certain nombre de caractéristiques que ces auteurs chinois semblent partager :

1. Ils ont 37 ans en moyenne ;
2. Le plus jeune du top 50 n'a que 26 ans ;
3. 65 % des 85 meilleurs écrivains sont des hommes et 35 % des femmes ;
4. En moyenne, chaque écrivain produit 5.000 mots chaque jour, bien que certains peuvent atteindre presque 20.000. La plupart d'entre eux passent plus de 8h à écrire.

Sur Twitter, l'auteure de littérature en ligne @Yolanda_23333 explique que la situation de monopole nuit à la littérature elle-même :

Maintenant, le domaine de la littérature en ligne est hautement monopolisé et tout devient difficile. Le travail est répétitif, il y a trop de plagiat, des problèmes qui continuent de surgir. Je ne sais pas combien de temps je vais pouvoir continuer (mon travail) mais je ferai ce que je pourrai pour écrire du mieux possible et éviter tous les tabous. Aujourd'hui j'ai décidé de supprimer mon texte “Sur le point de partir” et de le ré-écrire sous une forme plus longue. J'ai ajouté de nombreuses intrigues secondaires pour enrichir l'originale. Pas certaine que les lecteurs acceptent les changements. Je ne fais que suivre mon cœur.

Le monopole de la littérature sur Internet restreint également le choix des lecteurs. L'un d'entre eux s'en est plaint sur Weibo :

刚刚试图看哈《霍乱时期的爱情》,换了七八个小说阅读器搜了半天都没搜到,很失望,现在的小说阅读器充斥着网络文学,垃圾文学。没有多少能够滋润人们心灵的经典文学,失望,失望,好失望 ​

J'ai essayé de trouver le roman L'Amour aux temps du choléra. J'ai fouillé dans 7 ou 8 applications de lecture mais je n'ai pas réussi à le trouver. Je suis tellement déçu. Maintenant toutes les applications de lecture de romans sont pleine de littérature en ligne, de mauvaise littérature. Il n'y a aucun classique qui puisse enrichir l'esprit des gens. Tellement décevant…

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site