Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

La femme la plus riche d'Afrique limogée de la compagnie pétrolière nationale angolaise

Isabel dos Santos, fille de l'ancien président angolais José Eduardo dos Santos. Photo: Youtube, Góis Souza.

Sauf indication contraire tous les liens renvoient vers des pages en portugais.

Depuis son élection en août 2017 [fr] le Président angolais João Lourenço a pris des mesures qui ont surpris la nation. En plus de changer de chef du renseignement militaire, il a également limogé [fr] Isabel dos Santos, fille de l'ex-président José Eduardo dos Santos, de la présidence du Conseil de la compagnie pétrolière nationale Sonangol.

En décembre 2016, Lourenço a remplacé [fr] José Eduardo dos Santos à la tête du parti au pouvoir, le MPLA, et a assumé la présidence du pays après l'obtention de la majorité parlementaire lors des élections d'août.

José Eduardo était au pouvoir depuis plus de 35 ans [fr], une présidence marquée par des violations des droits humains et des restrictions à la liberté d'expression, les journalistes et les dissidents étant souvent visés. Après avoir quitté la présidence, José Eduardo continue d'être leader du MPLA et, après les dernières élections, il a rejoint le Conseil de la République, un organe consultatif du président dont les membres jouissent de l'immunité juridique, ce qui amène plusieurs observateurs à conclure qu'il continue de régner en coulisses.

Cependant, ces suppositions sont maintenant remises en doute à la lumière des récentes décisions de Lourenço, qui semble tenter de consolider son autorité sur le parti.

Carlos Saturnino a été nommé pour remplacer Isabel dos Santos. Saturnino a présidé le conseil de la Sonangol avant d'être révoqué et remplacé par Isabel dos Santos en juin 2016, sur les ordres de son père. En plus d'Isabel dos Santos, toute l'équipe du conseil d'administration de l'entreprise a été licenciée par Lourenço.

Est-ce la fin d'une époque?

En 2013, Isabel dos Santos a été identifiée par le magazine Forbes comme la femme la plus riche d'Afrique [en] estimant sa fortune personnelle à environ 4,5 milliards de dollars américains. Actuellement, elle est la plus grande actionnaire d'Unitel, le principal opérateur de téléphonie mobile du pays, et de la chaîne de télévision locale Zap. Elle est également impliquée dans NOS, un géant des télécommunications au Portugal, et a des investissements dans des banques internationales.

En Angola, nombreux sont ceux qui spéculent sur la signification du limogeage d'Isabel dos Santos. Rafael Marques, journaliste et activiste local très estimé, pense que sa carrière professionnelle est terminée sans Sonangol :

A Isabel dos Santos, agora sem a Sonangol, está acabada, porque todos os portugueses que a apoiavam e que faziam as suas relações públicas, e inclusivamente a imprensa, surgiam em função do poder que ela derivava do seu pai. Sem isto a Isabel não vai conseguir manter os seus negócios, porque são negócios que foram sempre mamar do Estado e que não obedecem a critérios de boa gestão. São negócios que se tornaram sorvedores dos fundos públicos em Angola.

Isabel dos Santos, maintenant sans Sonangol, est finie parce que tous les Portugais qui la soutenaient et conduisaient ses relations publiques, y compris la presse, étaient là à cause du pouvoir qu'elle tirait de son père. Sans cela, Isabel ne pourra pas maintenir ses affaires, car ce sont des entreprises qui ont toujours été soignées par l'État et qui ne respectaient pas les normes de bonne gouvernance. Ce sont des entreprises qui sont devenues dépendantes des fonds publics angolais.

Viana TV a demandé à des Angolais leur avis sur l'affaire. Pour Cristina Correia, c'est un jour véritablement historique :

Mais uma data inesquecível para os Angolanos, 11 de Novembro dia da independência, 15/de Novembro adeus a família Dos Santos. Ficará na História.

Encore une date inoubliable pour les Angolais, le 11 novembre le jour de l'indépendance, le 15 novembre, adieu à la famille Dos Santos. Il restera dans l'histoire.

Pour Leonel Mateus, l'affaire n'est rien d'autre qu'une persécution politique :

Só isso não basta, estas exonerações até parece perseguição as pessoas. Se estão a ser exoneradas por algum acto ilícito também devem responder julgamento.

Cela seul ne suffit pas, ces licenciements semblent même être de la persécution personnelle. S'ils sont licenciés pour un acte illégal, ils doivent également répondre devant un tribunal

Il y a ceux qui ne voient aucun changement réel si une responsabilité concrète n'est pas recherchée :

Isso não muda em nada a minha vida e nem mudou em nada as condições do país…Esse Jlo (João Lourenço) só está preocupado em exonerar e responsabilizar que é bom nada…tudo treta.

Cela ne change rien dans ma vie ni dans la situation du pays … Ce Jlo (João Lourenço) ne s'occupe que de licencier et de blâmer, ce qui n'est pas bon du tout … ce n'est qu'un truc.

Pedro Emanuel Ferreira s'est dissocié des approbations sur le licenciement d'Isabel dos Santos et a déclaré qu'il y avait des raisons d'être fier de la fille de l'ancien président :

Falaram tanto, porque fez bem de sair a Isabel, agora vão ler o trabalho que ela fez durante o pouco tempo como PCA da SONANGOL.
Angolano às vezes ri, festeja, atira pedra, sem saber realmente o que está a passar lá dentro.

Para mim, o que me importa não é se a Isabel e filha do Ex-presidente se está a trabalhar deixa trabalhar, quantos entraram e desfalcar, que ninguém abriu a boca, por ela ser quem é Uma Exoneração parece um festival da paz todo mundo ri.
Então ela por si própria mostrou trabalho, através dos números.

Ils parlent tellement, parce que c'était bon de faire partir Isabel, maintenant ils vont regarder le travail qu'elle a fait pendant son peu de temps de PDG de SONANGOL. Les Angolais tantôt rient, tantôt fêtent ou jettent des pierres, sans vraiment savoir ce qui se passe à l'intérieur.

Pour moi, ce qui est important, ce n'est pas qu'Isabel, la fille de l'ex-président travaille quitte son travail, combien sont venus et ont détourné des fonds, sans que personne n'ouvre la bouche à cause de ce qu'ils sont. Un limogeage semble être une fête de la paix, tout le monde rit.
Elle, cependant, elle a eu des résultats, selon les chiffres.

Un fait curieux est qu'Isabel dos Santos a lancé une marque de bière quelques jours plus tard en Angola, ce qui a conduit certains à penser que c'était une façon de détourner l'attention de son limogeage. Ceci a incité Yuri Aiss à commenter :

Um dos métodos mais rápido para destruir a sociedade Angolana, ela até já conhece o ponto fraco dos Angolanos

L'une des méthodes les plus rapides pour détruire la société angolaise, elle connaît déjà le point faible des Angolais

Pour leur part, les partis d’ opposition ont déclaré que ce renvoi était une bonne décision et qu'il était accueilli favorablement :

A UNITA, maior partido da oposição, considera a exoneração de Isabel dos Santos do cargo de presidente do Conselho de Administração da Sonangol “normal” e a CASA-CE, a segunda mais importante força política da oposição no Parlamento, aponta a decisão do Presidente da República como “bem-vinda”.

L'UNITA, le plus grand parti d'opposition, considère le licenciement d'Isabel dos Santos du poste de président du Conseil d'administration de la Sonangol comme “normal” et la CASA-CE, la deuxième force d'opposition politique au parlement, a qualifié la décision du Président de la République de “bienvenue”.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site