Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Singapour : Interdiction d'un documentaire sur des militantes palestiniennes adolescentes pour « récit biaisé »

Le film « Radiance of Resistance » est sorti en 2016. Photo de la page Facebook du film

Un documentaire axé sur la vie de deux militantes adolescentes de Palestine a été interdit par le gouvernement de Singapour parce qu'il présenterait le conflit israélo-palestinien « sans contrepoids. »

Sorti en 2016, « Radiance of Resistance » [‘Rayonnement de la résistance’ ; lien vers la bande-annonce] est réalisé par le cinéaste américain Jesse Roberts. Il devait être présenté au Festival de cinéma palestinien à Singapour pendant la première semaine de janvier 2018, mais a été retiré après que l'Info-Communications Media Development Authority (IMDA, Autorité de Développement des médias d'information et de communication) l'a classé comme « interdit toutes catégories ».

Selon le synopsis du film, il raconte l'histoire d'Ahed al-Tamimi, qui avait alors 14 ans, et de son amie de 9 ans, Janna Ayyad :

This film will take an intimate look at their everyday lives and their importance as the new generation of Palestinian non-violent resistance.

Ce film examinera intimement leur vie quotidienne et leur importance de nouvelle génération de la résistance palestinienne non violente.

Tamimi est apparue dans l'actualité en décembre 2017, quand elle a été inculpée pour avoir giflé un soldat israélien. Cet acte a été filmé sur vidéo et est devenu rapidement viral. Son affaire est toujours en attente.

On ignore si la décision de l'IMDA se voulait en partie une réaction à cette affaire très médiatisée, mais la déclaration expliquant la décision d'interdire le film en a souligné le « récit biaisé » :

The skewed narrative of the film is inflammatory and has the potential to cause disharmony amongst the different races and religions in Singapore […]

In holding up the girls as role models to be emulated in an ongoing conflict, the film incites activists to continue their resistance against the alleged oppressors.

Le récit biaisé du film est incendiaire et a le potentiel de nuire à l'harmonie entre les différents races et religions à Singapour […]

En présentant ces filles comme modèles à imiter pendant un conflit en cours, le film incite les militants à continuer leur résistance contre les oppresseurs présumés.

Singapour et Israël profitent de bonnes relations bilatérales. En même temps, Singapour maintient des liens d'amitié avec l'Autorité nationale palestinienne. En 2017, le Premier ministre de Singapour Lee Hsien Loong a dit que le conflit israélo-palestinien était une « question émotionnelle » particulièrement pour les musulmans. Il a noté que les voisins de Singapour en l'Asie du Sud-Est ont des populations à majorité musulman et que le pays lui-même a un nombre significatif de musulmans. L'un des principes fondamentaux de Singapour est la formation d'une société multiraciale harmonieuse.

Capture d'écran du site web annonçant l'annulation de la projection du documentaire « Radiance of Resistance »

Sur la page Facebook du film, les réalisateurs de « Radiance of Resistance » ont qualifié la décision du gouvernement de censure :

This is the kind of blatant censorship that we face in making films that lift the Palestinian voice and that Palestinian media faces in general.

Ceci est le genre de censure flagrante que nous affrontons en faisant les films qui amplifient la voix palestinienne et qu'affrontent en général les médias palestiniens.

L'artiste singapourien Alfian Sa'at a rejeté les arguments de l'IMDA :

There is no such thing as a purely objective documentary. They all come with a point of view, with a position, they are all subjective to various degrees. And actually I would rather have a documentary that is quite obviously subjective–polemical, or participatory–than one where its ideological slant is disguised under a veneer of objectivity.

And did you even consider that this documentary, ‘Radiance of Resistance’, exists to provide a balance, a corrective to the kinds of propaganda that Israel state television and the US-centric media produce about the Palestinians?

Un documentaire qui est purement objectif, ça n'existe pas. Ils ont tous un point de vue, une position, ils sont tous subjectifs à des degrés divers. Et en fait je préfère un film documentaire qui est manifestement subjectif — polémique, ou participatif — à un film dont le biais idéologique est déguisé sous un vernis d'objectivité.

Et vous est-il venu à l'idée que ce film, « Radiance of Resistance, » existe pour rééquilibrer, donner un correctif aux types de propagande que la télévision d'État d'Israël et les médias centrés sur les États-Unis produisent sur les Palestiniens ?

Les organisateurs du festival de cinéma se sont dits déçus que l'IMDA a interdit la projection publique du documentaire, mais ils ont décidé de ne pas faire appel, le délai étant trop court.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site