Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Taïwan est-il un pays ? Quid du Tibet alors ? Pour la Chine c'est non et les entreprises étrangères doivent s'aligner

Taïwan essaie d'établir des relations bilatérales avec d'autres pays sous la présidence de Tsai lingwen. Cette dernière est ici photographiée lors d'une poignée de main avec Michael Szony, Directeur du Centre Fairbank d'Etudes Chinoises de l'Université de Harvard, lors de sa visite le 9 janvier 2017. Photo du Bureau de la Présidente de la République de Chine.

[Article d'origine publié le 17 janvier 2017] Malgré ce que les gens pourraient penser ou dire, Hong Kong, Macao, Taïwan et le Tibet ne sont pas des pays. Pas aux yeux de la République Populaire de Chine (RPC) du moins.

Cette semaine et à la demande des autorités chinoises, une poignée de multinationales se sont publiquement excusées d'avoir inscrit Hong Kong, Macao, Taïwan et le Tibet dans la liste des pays de leurs sites internet.

Cette vague d'excuses de la part des entreprises suivantes : Hôtels JW Marriott, Zara, Delta Airlines et Medtronic, entre autres, a été déclenchée par un questionnaire électronique daté du 9 janvier et envoyé par le Marriott à ses membres chinois. Dans ce mail, les quatre territoires étaient répertoriés séparément de la Chine dans une question à propos des lieux de résidence.

Y voir plus clair

Objectivement, considérer ou non ces territoires comme des pays dépendra de la définition qu'on donne à ce terme. La partie occidentale de la région himalayenne du Tibet a été placée sous domination de la Chine au début des années 1950. Un mouvement médiatisé prônant l'indépendance de la région, qui est aussi le berceau d'une des plus importantes minorités ethniques et linguistiques en Chine, a conduit à des niveaux de surveillance policière et de contrôle de la population notoirement élevés. 

Si Taïwan est une entité politique autodéterminée depuis 1950, la Chine continentale revendique toujours ce territoire et a constamment utilisé son influence internationale pour isoler le gouvernement taïwanais. Les territoires de Hong Kong et de Macao relèvent eux du statut de “régions administratives spéciales” de la Chine. Cela maintient un haut niveau d'autonomie vis-à-vis du continent même si cette situation tend à être de plus en plus menacée. Ces trois territoires possèdent également leurs propres exécutifs.

Hong Kong, Macao et Taïwan disposent aussi de leurs propres documents de voyage différents de ceux de la Chine et reconnus internationalement. Dans les aéroports de la RPC, Hong Kong, Macao et Taïwan sont placés dans le hall des départs internationaux pour faciliter les modalités de contrôle de l'immigration.

L'information est devenue virale après qu'une capture d'écran du questionnaire du Marriott a été postée sur le réseau social chinois Weibo et à la suite de plusieurs articles de médias sociaux couvrant cette histoire. L'hôtel a rapidement retiré le questionnaire, mais le mal était déjà fait. Un journaliste chinois de The Paper a également prouvé que l'application mobile de la chaîne hôtelière listait les quatre territoires en tant que pays pour son enregistrement d'utilisateurs.

Deux jours plus tard, les responsables de l'Administration de la Cybersécurité de Shanghai ont signifié à la direction de Marriott Asia Pacific que leur formulaire ainsi que leur enregistrement d'utilisateurs avaient violé la loi chinoise, nui aux sentims du peuple chinois et ont ainsi ordonné la fermeture du site et de l'application pour au moins une semaine.

En réponse, le Marriott a publié trois excuses publiques sur Weibo entre le 9 et le 11 janvier. Ci-dessous se trouve la version traduite des excuses publiées sur Twitter le 11 janvier :

Marriott International respecte la souveraineté et l'intégrité territoriale de la Chine. Nous ne soutenons pas les groupes séparatistes qui subvertissent la souveraineté et l'intégrité territoriale de la Chine. Nous nous excusons sincèrement pour toute action qui aurait pu suggérer le contraire.

Cependant, dans la sphère internet chinoise, ces excuses étaient largement considérées comme dépourvues de sincérité après qu'un média chinois eut remarqué que le compte Twitter@MarriottRewards avait “liké” un tweet autour d'une histoire postée par un groupe séparatiste tibétain.

Pendant que les “patriotes” virtuels continuaient d'attaquer le Marriott, un certain nombre de compagnies nationales ont été forcées d'annuler leurs réservations de banquets dans les hôtels chinois de Marriott. Les sites de réservations ont également retiré les hôtels Marriott de leurs bases de données. Arne Sorenson, le directeur exécutif de Marriott International, a ainsi dû s'excuser une nouvelle fois lors d'une prise de parole publique.

“Ces sociétés étrangères immorales”

Le 12 janvier, avec la médiatisation publique grandissante du sujet, l'Administration de la cybersécurité de Shanghai a exigé de la marque de prêt à porter espagnole Zara et du constructeur de matériel médical américain Medtronic des excuses publiques pour avoir listé Taïwan comme un pays sur leurs sites internet. Les deux compagnies ont rapidement effectué une correction de leurs interfaces web avant de s'excuser.

Le même jour, l'Administration de l'aviation civile de Chine (CAAC) demandait à Delta Airlines de s'excuser pour avoir référencé Taïwan et le Tibet en tant que pays sur son site et son application mobile. Delta s'exécutait dès le lendemain.

Depuis lors, les internautes chinois et fidèles au parti se sont lancés dans une chasse aux sorcières pour trouver les multinationales listant l'une des quatre entités en tant que pays distinct. Jusqu'à présent, 23 compagnies aériennes internationales supplémentaires ont été dénoncées pour avoir référencé Hong Kong, Macao et Taïwan en tant que pays.

Les marques étrangères comme Christian Dior, Cartier, Hermès, Burberry et Armani ont également été signalées pour le même problème. Même la très populaire application mobile de streaming vidéo Huajiao, qui est pourtant une entreprise chinoise, a été épinglée pour avoir commis la même “erreur.”

Sur Weibo, la plupart des commentaires exprimaient des sentiments nationalistes hostiles aux sociétés multinationales, des commentaires que l'on pouvait retrouver sur le fil d'informations de la chaîne d'Etat, CCTV :

早就该对这些吃中国饭还砸中国饭碗的无良外商下手了!

Il faudrait sévir contre ces sociétés étrangères et immorales qui fracassent les bols de riz chinois après avoir mangé notre riz.

看来,国外确存在分裂中国的势力,而且渗透到了许多地方,从酒店到航空公司都有。

Il semblerait que des forces séparatistes extérieures aient pénétré l'espace chinois, notamment parmi les secteurs de l'hôtellerie et de l'aviation.

希望各个部门都查一下相关行业,领土主权问题没有讨价还价的余地

Les représentants de certaines industries doivent subir un examen complet. La souveraineté ne peut pas être compromise.

Certains ont appelé à une prise de décision plus punitive. Un utilisateur qui se fait appeler “West Crusade” explique :

维护国家主权尊严,不可指望一些不良外国公司的自查自改和所谓“道歉”,因为在中国国家主权和核心利益问题上,他们从来不是历史的法盲,也不是现实的瞎子,而是政治的流氓,我们必须以法律和外交的手段与其交涉,主动出击。

La souveraineté et la dignité de l'Etat devraient aller au-delà de la simple demande aux entreprises étrangères immorales de s'autocensurer, de corriger les erreurs et de s'excuser. Les entreprises n'ignorent pas la loi puisqu'elles sont totalement familières des principes de la Chine au regard de sa souveraineté. Elles ne sont pas aveugles mais jouent un jeu politique. Nous devons être proactifs en réglant le problème par des canaux légaux et diplomatiques.

 “C'est de facto un Etat séparé de la Chine”

En dehors du “Great Firewall of China” (La Grande Muraille électronique de Chine, c'est-à-dire les mesures de censure appliquées sur Internet), cet incident a déclenché des escarmouches entre Chinois continentaux, Hongkongais et Taïwanais sur Facebook. Les internautes des deux derniers cités expliquant en quoi Hong Kong et Taïwan opèrent indépendamment de la Chine.

On retrouve ci-dessous une sélection de commentaires issus de divers fils d'actualités. Depuis Taïwan pour commencer :

台灣有自己憲法 政府 軍隊 議會 本來就跟中國不是同一個國家,幾根五星旗叫言論自由 數千餅終們就是你中國的一部分 笑死人了 領居民證的算人民嗎? 領居民證的居民而已

Taïwan possède ses propres constitution, gouvernement, armée et législature. C'est de facto un Etat séparé de la Chine. C'est une blague de forcer les gens à faire partie de la Chine en brandissant le drapeau national à 5 étoiles autour de quelques milliers de personnes qui jurent fidélité. Les gens en Chine ne possèdent qu'une carte d'identité de résident, ils ne sont que des résidents [pas des citoyens].

以國家的高度去要求強迫外國企業行不義之事,你的高度就只能這麼低

Forcer des entreprises étrangères à accomplir des actes injustes au nom de l'Etat, cela définit votre niveau de bassesse.

Depuis la Chine continentale :

要讓一個中國原則稱為國際商界共識,馬虎不得。

Nous devons être sérieux dans la construction d'un consensus au sein du secteur commercial international autour du principe “d'une seule Chine”.

以前是一家人,给个面子,大家无所谓。现在弯弯要做统独议题,那就有得玩了。还是那句话:你们爱独立就滚去美国,日本独立,中国人的土地没你们的位置。

Par le passé, [la Chine et Taïwan] formaient une famille et étaient tolérants. L'indépendance de Taïwan est à l'ordre du jour désormais et cela marque le début d'une nouvelle partie dans le jeu. Si vous voulez l'indépendance, allez au Japon ou aux USA. Il n'y a pas de place pour vous sur le territoire du peuple chinois.

Depuis Hong Kong :

從今以後,大家記住叫中國的地方名,記住要加中國兩個字呀!例如,中國深圳,中國上海,中國北京,中國廣州,中國東莞等等!如果唔係,中國會嬲嬲豬㗎

A partir de maintenant, attachons Chine à toutes les régions chinoises. Par exemple Shenzhen Chine, Shanghai Chine, Beijing Chine, Guangzhou Chine, Dongguang Chine. Sinon la Chine se mettra en colère.

提提大家, International Country Calling Codes 如下:
中國–86,香港–852,澳門–853,台灣–886
分裂祖國,鐵証如山

Petit rappel pour tout le monde, voici les indicatifs d'appels des pays internationaux : Chine–86, Hong Kong–852, Macao–853, Taïwan–886
Une preuve si concrète qui divise notre patrie.

抵制淘宝,全國包郵不包括香港,即係香港已經獨立!!!

Nous devrions boycotter Taobao, son service de courrier national ne comprend pas Hong Kong. Cela veut dire que Hong Kong est indépendant !!

Enfin sur Twitter, Curtis S. Chin, l'ancien ambassadeur des USA, a résumé la réaction de la RPC sur cet incident par l'utilisation du mème du panda destructeur :

La réaction de la Chine quand elle trouve Taïwan et le Tibet listés comme des pays sur des sites internet : elle exige des excuses publiques de la part de Delta, Marriott, Medtronic, Zara, etc.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site