Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Dans les “restaurants Jatayu” népalais, les vautours peuvent enfin se nourrir sans diclofenac

Vautour de l'Himalaya au restaurant des vautours de Nawalparasi, au Népal. Photographie de Sagar Giri, reproduite avec autorisation.

Sauf mention contraire, les liens de cet article renvoient vers des pages en anglais.

Ils sont grands, plutôt moches et ont une mauvaise réputation. Bien que les vautours [fr] aient toujours été au cœur d'une relation amour-haine avec les humains, ils sont aussi nos alliés naturels. Ce sont principalement des charognards qui jouent un rôle important dans le processus de la mort dans la nature. En se nourrissant de grandes quantités de chair, ils contribuent à limiter la propagation des bactéries et des maladies des cadavres d'animaux en décomposition. Cependant, malgré ce rôle tampon essentiel, ils sont plus souvent considérés comme des nuisibles que comme des oiseaux importants.

Ainsi que l'a montré une étude de 2007, la population des vautours chaugouns (Gyps bengalensis) en Inde a décliné jusqu’à seulement 0.1 % de son niveau du début des années 1990. Dans l'ouest du Népal, la population de cette même espèce a diminué de 25 % entre 2002 et 2009. De la même manière, les populations de vautours indiens (Gyps indicus) et de vautours à long bec (Gyps tenuirostris) ont aussi diminué dramatiquement dans tout le sous-continent indien. Cette tendance n'est malheureusement pas limitée à l'Asie du Sud et le nombre de vautours diminue dans le monde entier. La pénurie de nourriture, les collisions avec des constructions humaines et l'empoisonnement sont, entre autres, mis en cause.

Pour lutter contre ce déclin, quelques pays ont monté un projet de sauvegarde intéressant : les restaurants Jatayu, ou restaurants pour vautours.

Un restaurant pour vautours géré par les villages

Pour restaurer les populations de vautours, des stations d'alimentations ont été créées dans plusieurs pays asiatiques : au Cambodge, en Inde, au Pakistan et au Népal. Dans ce dernier, elles sont gérées par les villages voisins et ont été surnommées restaurants Jatayu [fr], d’après un personnage révéré du Ramayana [fr], une fresque épique hindoue. Jatayu est le nom sanskrit du vautour.

Si vous êtes au Népal et que vous aimez la nature, visitez le restaurant Jatayu, ce sera une expérience unique. J'étais hypnotisée.

Ces “restaurants” se procurent du bétail âgé et improductif auprès de fermiers et prennent soin des animaux jusqu’à ce qu'ils meurent de vieillesse. Les éleveurs sont heureux de remettre leurs vieux animaux à ces restaurants car ils savent que les bêtes y seront bien traitées.

Quand une bête meure, elle est servie aux vautours, une fois que des tests ont montré qu'elle ne contenait pas de diclofénac.

Le diclofénac, le médicament-tueur responsable de l'extermination massive des vautours

L'utilisation de diclofénac [fr] pour soulager la douleur chez les animaux d'élevage est l'une des causes principales du grand nombre de morts de vautours au Népal, en Inde et dans d'autres pays d'Asie du Sud. Même de faibles doses de diclofénac peuvent être fatales aux vautours car elle provoquent une insuffisance rénale. Quand les reins cessent de fonctionner, la concentration d'acide urique augmente dans le sang des oiseaux et l'acide se cristallise autour de leurs organes internes.

Comme les vautours se nourrissent en groupe, une seule carcasse contenant du diclofénac peut provoquer la mort d'un grand nombre d'oiseaux.

Le médicament a été interdit en Inde, au Népal et au Pakistan en 2006 et au Bangladesh en 2010. Grâce à ces interdictions et à d'autres initiatives de protection de plusieurs organisations, dont des villages, ces espèces d'oiseaux “en voie de disparition” commencent à se remettre.

Ces restaurants pour vautours sont également devenus des attractions touristiques pour visiteurs domestiques et internationaux et représentent une source de revenus supplémentaires pour les villages voisins. Ceux-ci se sont aussi mis à vendre la peau et les os du bétail pour en faire du cuir et de l'engrais.

Grâce à la popularité croissante des restaurants Jatayu et des revenus qu'ils apportent aux villages, les gens qui détestaient et évitaient les vautours commencent à changer d'avis. Lentement mais sûrement, la mauvaise réputation dont souffraient ces oiseaux se transforme en une meilleure compréhension de leur importance dans le cycle de la vie et de la mort.

Si avez envie de voir ces grands oiseaux de près, vous pouvez visiter l’un des restaurants Jatayu gérés par les villages des districts de Nawalparasi, Rupandehi, Dang, Kailali ou Kaski.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site