Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

L'Ouzbékistan et ses émigrants : Le Conte des deux présidents

Carte de l'Asie centrale. Plus de cinquante migrants de l'Ouzbékistan (rouge) sont morts dans l'incendie d'un bus au Kazakhstan (vert) en route vers la Russie le 18 janvier. Auteur: Cacahuate. Travail personnel basé sur la carte muette du monde. CC 2.0.

Carte de l'Asie centrale. Plus de cinquante migrants de l'Ouzbékistan (rouge) sont morts dans l'incendie d'un bus au Kazakhstan (vert) en route vers la Russie le 18 janvier. Auteur: Cacahuate. Travail personnel basé sur la carte muette du monde. CC 2.0.

Les citoyens de l'Ouzbékistan représentent l'une des plus grandes communautés d'immigrés en Russie et jouent un rôle majeur pour soulager la pauvreté de leurs familles restées au pays. Jusqu'à récemment, cependant, le gouvernement de ce pays d'Asie centrale a tardé à les reconnaître, l'ancien Président Islam Karimov les qualifiant même de “paresseux” lors d'un discours incendiaire en 2013.

Shavkat Mirziyoyev, son successeur, a pris un autre cours. Lorsqu'il a commenté l'horrible mort de 52 migrants ouzbeks dans un bus en route vers la Russie au début de janvier 2018, il a accusé son gouvernement et ses responsables d'avoir créé un environnement économique qui a forcé plus de deux millions de personnes à chercher un emploi mal payé ailleurs.

Lors d'une visite à un mausolée local, il a prié en mémoire des victimes du bus et a exprimé ses condoléances aux familles:

Кечаги бўлган палакатлар кўп нарсадан далолат беради. Халқимизни олдида ҳали қарзимиз кўп. Одамларизга шароит яратмаганимиз учун, улар бегона юртларга бориб иш қидириб юришибди. Бу албатта давлатчилик, давлат раҳбарияти, ҳамма тизимдаги раҳбарларнинг хато ва камчиликлари ўз вақтида бартараф этилмаганидан далолат беради.

Улар бегона юртларда сарсон-саргардон бўлиб юрибди деган гап, бу бекор гап эмас. Бечора уларнинг ҳам умидлари, орзулари бўлган албатта. Худодан не ниятлар қилиб, боламни боқаман, отамга бир сўм олиб келаман, деб йўлга чиққан. Қандай ёш-ёш йигитлар, мўмин мусулмонлар, ҳаммаси ўзбекистонликлар”

La tragédie qui s'est produite est la preuve de beaucoup de choses, y compris le fait que nous devons encore beaucoup de choses à la population. Des citoyens sont contraints d'aller chercher un emploi dans d'autres pays parce que nous n'avons pas créé les conditions pour eux. Cela montre que l'État, le gouvernement et tous les dirigeants de ce système étaient incapables d'éliminer les lacunes à temps.

Les malheureux errent dans d'autres pays à la recherche de travail. Ils ont aussi des rêves, bien sûr. Ils vont gagner un morceau de pain pour leurs enfants ou un peu d'argent pour leurs parents. De très jeunes hommes, tous des musulmans, tous des Ouzbeks.

Mirziyoev a pris la tête de l'Ouzbékistan en septembre 2017, après 13 ans en tant que Premier ministre de son prédécesseur Karimov, décédé d'un accident vasculaire cérébral. Les trois décennies de règne de Karimov ont commencé longtemps avant l'indépendance post-soviétique du pays. Il était bien connu pour sa brutalité et son autoritarisme [fr].

Mirziyoyev n'a donné que peu de signes d'ouverture vers la démocratie et les droits de l'homme depuis son arrivée au pouvoir, il a en revanche adopté le populisme comme stratégie de gouvernance. Ce sexagénaire a marqué des points auprès d'une population opprimée en évitant certaines des pires politiques de son prédécesseur, et en disant les bonnes choses au bon moment.

Karimov, en revanche, ne semblait jamais se soucier de comment il était vu par ses concitoyens. Sa harangue anti-migrants il y a près de cinq ans était symptomatique d'un homme qui avait perdu le contact avec les réalités quotidiennes de son peuple :

Дангасалар деб кимни ҳисоблайман? Ҳўв Москвани бориб кўчаларини, майдонларини супурадиганларни. Ўтта нима йўқ… Одам жирканади, ки ўзбек миллатидан шунақа бориб, ўзига бир бурда нон топиш учун шу ёққа бориши керак экан. Ҳа, Ўзбекистоннинг ўзида ҳеч ким очликдан ўлаётгани йўқ

Qui est-ce que je considère comme paresseux ? Ceux qui vont à Moscou pour balayer les rues, les places. Qu'ont-ils pour eux ? C'est dégoûtant. La nation ouzbek a si honte [à cause d'eux] – il s'avère que pour un morceau de pain, il faut aller si loin. Mais en Ouzbékistan personne ne meurt de faim, Dieu merci !

Le gouverneur régional ne suit pas les instructions

Peu de temps après le tragique incendie de bus qui s'est produit au Kazakhstan voisin le 18 janvier, Mirziyoyev a également publié un décret assouplissant les restrictions qui empêchaient effectivement de nombreux migrants internes de chercher du travail dans la capitale ouzbek Tachkent.

Les mesures en place avant le 22 janvier avaient réduit la pression démographique sur la capitale tout en alimentant davantage le départ des citoyens vers la Russie.

Le système d'enregistrement strict, la “propiska”, reste en place, mais les documents d'enregistrement ne sont plus des pré-requis pour trouver du travail dans cette ville de 2,5 millions d'habitants.

Néanmoins, il semble que tous les fonctionnaires de l'État ne sont pas prêts à s'adoucir en faveur des migrants.

Le gouverneur de l'une des régions les plus densément peuplées du pays a récemment été pris sur le fait par un enregistrement caché, en train d'injurier les 16 migrants originaires de sa région sur les 52 morts dans l'incendie du bus du 18 janvier, qu'il a traités d’ “enfoirés”.

Le gouverneur Shukrat Ganiev les a accusés de faire “honte” à sa région en essayant d'aller chercher du travail à l'étranger, dans des commentaires qui ont relayés par les médias le 24 janvier.

Il a également semblé regretter publiquement l'indemnisation accordée aux familles des victimes par l'État et a menacé de réduire le quota de la région pour le pèlerinage du hadj.

Dans l'un des nombreux commentaires furieux sous un article de RFE / RL sur l'enregistrement fuité, un lecteur a déclaré :

Обвиняя всех людей района и называя их ублюдками Шухрат Ганиев позорит честь Узбекистана, честь правительства страны. Таких крыс, как этот хоким, нужно гнать пинками. Президент признал проблемы, выразил соболезнование, а какой то каримовский манкурт говорит обратное. Да кто он такой, чтобы перечить нашему президен.

En accusant tout le monde dans la région et en les traitant d'enfoirés, Shukhrat Ganiev déshonore l'Ouzbékistan et son gouvernement. Des rats comme ce gouverneur doivent être démis de leurs fonctions. Le président a reconnu les problèmes [économiques], a exprimé ses condoléances, et ce traître à la Karimov [est pris] disant le contraire. Qui est-il pour contredire notre président ?

Ganiev était toujours à son poste au moment de l'écriture de cet article.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site