Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Netizen Report : les médias indépendants mis à mal par des cyber-attaques en Azerbaïdjan et aux Philippines

“Hacker”, Preiser Project via Flickr. (CC BY 2.0)

Le rapport Advox Netizen offre un aperçu international des défis, des victoires et des tendances émergentes en matière de droits Internet à travers le monde.

Depuis les piratages informatiques de niveau 1:1 aux offensives DDoS (par déni de service distribué), les attaques techniques sont devenues un moyen de plus en plus courant de faire taire les voix critiques s’élevant sur internet. Deux exemples de ces pratiques d’intimidation ont été relevés ces dernières semaines en Azerbaïdjan et aux Philippines.

Le site d’information indépendant Meydan TV a fait partie des cibles visées lors d'une vague d'attaques [tous les liens sont en anglais sauf mention contraire] lancées à l'encontre des dissidents azerbaïdjanais et de leurs soutiens via leurs sites internet, pages Facebook et comptes e-mail. Meydan TV, qui a couvert quotidiennement l’actualité politique et les mouvements sociaux (malgré des risques clairement identifiés), a ainsi vu son compte Facebook piraté, ce qui a entraîné la perte de l’équivalent d’un an de publications et de 100 000 abonnés.

Ces attaques semblent faire partie d’une vaste campagne de répression de la contestation en ligne à l’approche des élections présidentielles anticipées du 11 avril. D’autres mesures de ce type avaient été prises en toute légalité, par voie d’amendements, en 2017 et conduit au blocage par le gouvernement de plusieurs sites internet, dont Meydan TV et les sites d’information indépendants Azadliq, Radio Azatliq, Turan TV et Azerbaijan Hour, pour des raisons de “sécurité nationale”.

A des milliers de kilomètres, aux Philippines, c'est le site indépendant Kodao qui subit une puissante attaque. Au 10 février, son accès était bloqué depuis plus d’une semaine. L’Union nationale des journalistes des Philippines (NUJP) a condamné l’attaque et fait savoir qu’elle consiste en une “injection de code” à l’encontre du site WordPress de Kodao qui empêche l’équipe comme les techniciens de se connecter.

Evoquant la récente tentative du gouvernement Duterte de faire retirer sa licence à Rappler, autre site d’information indépendant connu, le NUJP a affirmé “considérer ces attaques comme faisant partie des actions menées par le gouvernement Duterte pour réduire au silence les médias critiques, à l’image de ses tentatives renouvelées de faire disparaître Rappler, ainsi que pour menacer d’autres organes d’information et diverses voix dissidentes”.

Un blogueur koweïtien condamné à 31 ans de prison pour avoir “insulté” les pays du Golfe

Bien qu’actuellement exilé au Royaume-Uni, le Koweïtien Abdullah al-Saleh a été reconnu coupable par contumace par une cour de son pays, de multiples accusations d’insultes mises en ligne à l’encontre des Emirats arabes unis, du Bahreïn et de l’Arabie saoudite. Il a été condamné à plusieurs peines de prison représentant un total de 31 années. Blogueur bien connu, Al-Saleh est également YouTubeur et s’exprime sur les réseaux sociaux, son compte Twitter comptant plus de 106 000 abonnés. Parmi ses nombreux commentaires politiques, Al-Saleh a ouvertement critiqué le blocus du Qatar orchestré par les Saoudiens.

Une journaliste de la BBC expulsée de Papouasie, en Indonésie, pour un tweet

La correspondante de la BBC en Indonésie Rebecca Henschke s’est vue sommée de quitter la province indonésienne isolée de Papouasie, suite aux déclarations de responsables militaires affirmant qu’un de ses tweets avait “blessé les membres de la TNI (l’armée indonésienne)”. Henschke réalisait un reportage sur une importante épidémie de rougeole et de varicelle, qui avait déjà tué au moins 61 enfants de Papousie. Le tweet incriminé, retiré depuis par la journaliste, laissait planer le doute quant à la qualité de la nourriture distribuée par l’armée indonésienne aux enfants souffrant de malnutrition.

L’Egypte bloque l’AMP de Google, occasionnant de nouvelles difficultés pour les sites indépendants d’information

Développée par Google, la technologie open source AMP (pour Pages Mobiles Accélérées) est inaccessible en Egypte depuis le 2 février. Véritable aubaine pour les médias en ligne indépendants égyptiens, ce projet leur permettait de pouvoir fonctionner depuis l’intérieur du pays et de ne plus être automatiquement bloqués. Tout comme d’autres petits sites internet égyptiens, le média en ligne et partenaire de Global Voices Mada Masr utilisait la plate-forme depuis que son site avait été complètement bloqué en mai 2017.

Les législateurs du Honduras s’attaquent aux discours haineux en ligne

Les législateurs du Honduras travaillent actuellement à une loi [en espagnol] permettant de réglementer la diffusion en ligne des discours de haine, insultes, menaces et autres incitations à la violence. Celle-ci imposerait aux plates-formes privées telles que Facebook et Twitter de déterminer si tel ou tel contenu a un caractère offensant ou pas. Les entreprises ne respectant pas les règles se verront infliger des sanctions financières. Dans une analyse critique [en espagnol] de la loi, menée pour l’ONG chilienne Derechos Digitales, l’expert Juan Carlos Lara explique :

La regulación de las expresiones en línea en Honduras se produce en un contexto político álgido, de riesgo para la libertad de prensa, y un reciente proceso electoral marcado por las protestas y la violencia, donde las redes sociales digitales fueron quizás un factor importante en la movilización social.

La réglementation de l’expression en ligne au Honduras s’inscrit dans un moment charnière de la vie politique du pays, alors que la liberté de la presse est menacée et que les dernières élections ont été ponctuées de manifestations et marquées par la violence [en espagnol], les réseaux sociaux ayant joué un rôle clé dans la mobilisation sociale.

En Chine, une entreprise d’Etat va contrôler les données de l’iCloud d’Apple

L’iCloud d’Apple passera sous le contrôle, le 28 février, de Guizhou-Cloud Big Data (GCBD), une société appartenant au gouvernement provincial de Guizhou. Malgré le fait qu’Apple assure que de très sérieuses mesures de sécurité et de protection des données privées ont été mises en place, et qu’“aucune porte dérobée ne pourra permettre de pénétrer [leurs] systèmes”, GCBD aura bel et bien accès aux données de tous les utilisateurs – y compris au contenu de leur communications – du fait d’une clause récemment ajoutée à l’accord que tout utilisateur d’iCloud en Chine est obligé d'accepter.

Reporters Sans Frontières conseille vivement [en français] aux journalistes et blogueurs de quitter l’iCloud en Chine. L’organisation de défense de la liberté de la presse a fait part de son inquiétude quant à la menace sur la sécurité des journalistes et de leurs données personnelles que pose cette nouvelle configuration.

YouTube met en place des vignettes pour identifier la propagande d’Etat

YouTube a annoncé son intention de commencer à identifier par un système de vignettes les contenus mis en ligne par les gouvernements ou par des sources d’information et d’actualité sponsorisées par un Etat. Sur son blog, l’entreprise explique : “Notre but est de fournir aux utilisateurs de nouvelles informations leur permettant de mieux comprendre la provenance des contenus qu’ils choisissent de regarder sur YouTube.” Au tout début, cette fonctionnalité ne sera disponible qu’aux Etats-Unis.

Facebook fait breveter un calculateur de statut socio-économique

Des chercheurs ont révélé la semaine dernière que Facebook avait fait protéger par un brevet un procédé technique permettant de mesurer efficacement le statut socio-économique d’une personne. Il s’agit de valoriser des données telles que le fait d’être propriétaire d’un logement, les voyages effectués, le niveau d’éducation, ce qui va permettre, notamment, d’élargir encore la stratégie de publicité ciblée développée par Facebook.

Des choses sympathiques se produisent encore

La ville espagnole de Barcelone a annoncé son intention de remplacer toutes les applications Microsoft des ordinateurs utilisés par son administration par des alternatives open source. Cette année, 70 % du budget informatique de la ville sera dédié au développement de logiciels open source.

Nouvelle recherche

Abonnez-vous au Netizen Report par e-mail

 

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site