Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

En Birmanie, la campagne “Des voix pour les momos” cherche à protéger les derniers éléphants

Eléphants de trait dans une exploitation forestière en Birmanie. Photographie de James Anderson, World Resources Institute. Source : Flickr (CC BY-NC-SA 2.0)

Plusieurs groupes de protection de l'environnement se sont associés afin de lancer une campagne de protection de la population décroissante des éléphants du Myanmar (Birmanie), connus sous le nom de “momos” en birman.

La campagne “Des voix pour les momos” enjoint le public à rejeter le commerce illégal de parties d’éléphants et d'autres animaux sauvages. Elle demande également au gouvernement de mettre en place des programmes pour mettre fin au braconnage des éléphants, tout en fournissant aux chasseurs des moyens de subsistance alternatifs.

On estime qu'il reste entre 1.400 et 2.000 éléphants sauvages en Birmanie. Un éléphant serait tué chaque semaine et l’alerte a été lancée sur le danger qui pèse sur ces animaux, qui pourraient être éradiqués d'ici vingt ans si le massacre ne s'arrête pas.

Une enquête récente a mis en garde contre la possible intensification du braconnage en Birmanie depuis que la Chine voisine a pris des mesures sévères contre la vente illégale d’animaux sauvages. Ceux qui sont à la recherche de parties d’éléphants et d'autres espèces menacés pourraient accroître la demande pour ces produits exotiques en provenance de Birmanie.

L'enquête signale également que la vente de parties animales est florissante non loin des pagodes de Rangoun et d'autres temples que les locaux et les touristes étrangers visitent régulièrement. Rangoun est le principal centre urbain du pays.

La nécessité d’éduquer le public sur la protection des éléphants est un but majeur de la campagne “Des voix pour les momos”. Dans ce but, une exposition de statues colorées d’éléphants en papier-mâché a été organisée dans tout Rangoun. Selon des artistes locaux, ces éléphants en papier-mâché, fabriqués à partir de journaux recyclés, sont les plus grands au monde.

Surprise ! Regardez qui est là… Oui, nos momos géants sont de retour ! Merci à notre partenaire Shwe Taung Group pour avoir donné une voix à nos éléphants adorés. Venez voir et jouer avec nos momos à Junction Square ! Prenez un selfie avec eux et n'oubliez pas le mot-clic #formomos.

L’exposition a eu un franc succès auprès des enfants :

Rejoignez-nous au Big British Day Out [Grande journée britannique, NdT] à la résidence de l'ambassadeur britannique ! Aujourd'hui seulement, tous les bienvenus. Marché alimentaire, jeux, maquillage sur le thème des éléphants et plus encore !

Dans le cadre de la campagne, une pétition [my] a également été lancée pour demander au gouvernement d'accélérer sa campagne de lutte contre le braconnage, et au public de renoncer à acheter des produits illégaux issus d’animaux. A la date de rédaction de cet article, plus de 2.200 signatures ont été récoltées.

Une vidéo de la campagne a été réalisée, mettant en scène des artistes locaux qui incitent les spectateurs à sauver les éléphants de Birmanie :

La campagne a également promu l’envoi de messages d’amour en faveur des éléphants lors de la célébration de la saint Valentin, le 14 février :

Joyeuse saint Valentin à tous nos abonnés.
RT pour répandre l'amour pour les éléphants partout dans le monde aujourd'hui !

Les utilisateurs de téléphones portables peuvent également utiliser les autocollants de la plateforme Viber afin de soutenir la campagne “Des voix pour les momos” :

Notre partenaire WWF-Myanmar est maintenant sur Viber et a des autocollants d'éléphants (“momos” en birman) super mignons. Cherchez “Voices for momos” sur le marché des autocollants de Viber pour les télécharger et répandez l'amour pour les éléphants !

Le travail de sensibilisation du public sur les momos n’est que la phase initiale de cette campagne. Le défi suivant sera d’obtenir l’engagement des autorités locales et des chasseurs quant à la nécessité d’arrêter le massacre des éléphants.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site